A Call From The Garrigue. Standing Up For The Under Threat White Race.

The Protocols of the Learned Elders of Zion. English et Français

Scroll Down For The French Version/Défilement vers le bas pour la version Français

 

WORLD CONQUEST THROUGH WORLD JEWISH GOVERNMENT

THE PROTOCOLS

OF THE

LEARNED ELDERS

OF ZION

PROTOCOLS OF THE MEETINGS
OF THE LEARNED ELDERS OF ZION

PROTOCOL No. 1

1. . . . Putting aside fine phrases we shall speak of the significance of each thought: by comparisons and deductions we shall throw light upon surrounding facts. 

2. What I am about to set forth, then, is our system from the two points of view, that of ourselves and that of the GOYIM [i.e., non-Jews].

3. It must be noted that men with bad instincts are more in number than the good, and therefore the best results in governing them are attained by violence and terrorisation, and not by academic discussions. Every man aims at power, everyone would like to become a dictator if only he could, and rare indeed are the men who would not be willing to sacrifice the welfare of all for the sake of securing their own welfare.

4. What has restrained the beasts of prey who are called men? What has served for their guidance hitherto?

5. In the beginnings of the structure of society, they were subjected to brutal and blind force; afterwards—to Law, which is the same force, only disguised. I draw the conclusion that by the law of nature, right lies in force.

6. Political freedom is an idea but not a fact. This idea one must know how to apply whenever it appears necessary with this bait of an idea to attract the masses of the people to one’s party for the purpose of crushing another who is in authority. This task is rendered easier if the opponent has himself been infected with the idea of freedom, SO-CALLED LIBERALISM, and, for the sake of an idea, is willing to yield some of his power. It is precisely here that the triumph of our theory appears; the slackened reins of government are immediately, by the law of life, caught up and gathered together by a new hand, because the blind might of the nation cannot for one single day exist without guidance, and the new authority merely fits into the place of the old already weakened by liberalism. 


GOLD

7. In our day the power which has replaced that of the rulers who were liberal is the power of Gold. Time was when Faith ruled. The idea of freedom is impossible of realization because no one knows how to use it with moderation. It is enough to hand over a people to self-government for a certain length of time for that people to be turned into a disorganized mob. From that moment on we get internecine strife which soon develops into battles between classes, in the midst of which States burn down and their importance is reduced to that of a heap of ashes.

8. Whether a State exhausts itself in its own convulsions, whether its internal discord brings it under the power of external foes—in any case it can be accounted irretrievably lost: IT IS IN OUR POWER. The despotism of Capital, which is entirely in our hands, reaches out to it a straw that the State, willy-nilly, must take hold of: if not—it goes to the bottom.

9. Should anyone of a liberal mind say that such reflections as the above are immoral, I would put the following questions: If every State has two foes and if in regard to the external foe it is allowed and not considered immoral to use every manner and art of conflict, as for example to keep the enemy in ignorance of plans of attack and defence, to attack him by night or in superior numbers, then in what way can the same means in regard to a worse foe, the destroyer of the structure of society and the commonweal, be called immoral and not permissible?

10. Is it possible for any sound logical mind to hope with any success to guide crowds by the aid of reasonable counsels and arguments, when any objection or contradiction, senseless though it may be, can be made and when such objection may find more favour with the people, whose powers of reasoning are superficial? Men in masses and the men of the masses, being guided solely by petty passions, paltry beliefs, traditions and sentimental theorems, fall a prey to party dissension, which hinders any kind of agreement even on the basis of a perfectly reasonable argument. Every resolution of a crowd depends upon a chance or packed majority, which, in its ignorance of political secrets, puts forth some ridiculous resolution that lays in the administration a seed of anarchy.

11. The political has nothing in common with the moral. The ruler who is governed by the moral is not a skilled politician, and is therefore unstable on his throne. He who wishes to rule must have recourse both to cunning and to make-believe. Great national qualities, like frankness and honesty, are vices in politics, for they bring down rulers from their thrones more effectively and more certainly than the most powerful enemy. Such qualities must be the attributes of the kingdoms of the GOYIM, but we must in no wise be guided by them. 


RIGHT IS MIGHT

12. Our right lies in force. The word “right” is an abstract thought and proved by nothing. The word means no more than: Give me what I want in order that thereby I may have a proof that I am stronger than you.

13. Where does right begin? Where does it end?

14. In any State in which there is a bad organization of authority, an impersonality of laws and of the rulers who have lost their personality amid the flood of rights ever multiplying out of liberalism, I find a new right—to attack by the right of the strong, and to scatter to the winds all existing forces of order and regulation, to reconstruct all institutions and to become the sovereign lord of those who have left to us the rights of their power by laying them down voluntarily in their liberalism.

15. Our power in the present tottering condition of all forms of power will be more invincible than any other, because it will remain invisible until the moment when it has gained such strength that no cunning can any longer undermine it.

16. Out of the temporary evil we are now compelled to commit will emerge the good of an unshakable rule, which will restore the regular course of the machinery of the national life, brought to naught by liberalism. The result justifies the means. Let us, however, in our plans, direct our attention not so much to what is good and moral as to what is necessary and useful.

17. Before us is a plan in which is laid down strategically the line from which we cannot deviate without running the risk of seeing the labour of many centuries brought to naught.

18. In order to elaborate satisfactory forms of action it is necessary to have regard to the rascality, the slackness, the instability of the mob, its lack of capacity to understand and respect the conditions of its own life, or its own welfare. It must be understood that the might of a mob is blind, senseless and un-reasoning force ever at the mercy of a suggestion from any side. The blind cannot lead the blind without bringing them into the abyss; consequently, members of the mob, upstarts from the people even though they should be as a genius for wisdom, yet having no understanding of the political, cannot come forward as leaders of the mob without bringing the whole nation to ruin.

19. Only one trained from childhood for independent rule can have understanding of the words that can be made up of the political alphabet.

20. A people left to itself, i.e., to upstarts from its midst, brings itself to ruin by party dissensions excited by the pursuit of power and honours and the disorders arising therefrom. Is it possible for the masses of the people calmly and without petty jealousies to form judgment, to deal with the affairs of the country, which cannot be mixed up with personal interest? Can they defend themselves from an external foe? It is unthinkable; for a plan broken up into as many parts as there are heads in the mob, loses all homogeneity, and thereby becomes unintelligible and impossible of execution.

WE ARE DESPOTS

21. It is only with a despotic ruler that plans can be elaborated extensively and clearly in such a way as to distribute the whole properly among the several parts of the machinery of the State: from this the conclusion is inevitable that a satisfactory form of government for any country is one that concentrates in the hands of one responsible person. Without an absolute despotism there can be no existence for civilization which is carried on not by the masses but by their guide, whosoever that person may be. The mob is savage, and displays its savagery at every opportunity. The moment the mob seizes freedom in its hands it quickly turns to anarchy, which in itself is the highest degree of savagery.

22. Behold the alcoholic animals, bemused with drink, the right to an immoderate use of which comes along with freedom. It is not for us and ours to walk that road. The peoples of the GOYIM are bemused with alcoholic liquors; their youth has grown stupid on classicism and from early immorality, into which it has been inducted by our special agents—by tutors, lackeys, governesses in the houses of the wealthy, by clerks and others, by our women in the places of dissipation frequented by the GOYIM. In the number of these last I count also the so-called “society ladies,” voluntary followers of the others in corruption and luxury. 

23. Our countersign is—Force and Make-believe. Only force conquers in political affairs, especially if it be concealed in the talents essential to statesmen. Violence must be the principle, and cunning and make-believe the rule for governments which do not want to lay down their crowns at the feet of agents of some new power. This evil is the one and only means to attain the end, the good. Therefore we must not stop at bribery, deceit and treachery when they should serve towards the attainment of our end. In politics one must know how to seize the property of others without hesitation if by it we secure submission and sovereignty. 

24. Our State, marching along the path of peaceful conquest, has the right to replace the horrors of war by less noticeable and more satisfactory sentences of death, necessary to maintain the terror which tends to produce blind submission. Just but merciless severity is the greatest factor of strength in the State: not only for the sake of gain but also in the name of duty, for the sake of victory, we must keep to the programme of violence and make-believe. The doctrine of squaring accounts is precisely as strong as the means of which it makes use. Therefore it is not so much by the means themselves as by the doctrine of severity that we shall triumph and bring all governments into subjection to our super-government. It is enough for them to know that we are too merciless for all disobedience to cease. 


WE SHALL END LIBERTY

25. Far back in ancient times we were the first to cry among the masses of the people the words “Liberty, Equality, Fraternity,” words many times repeated since these days by stupid poll-parrots who, from all sides around, flew down upon these baits and with them carried away the well-being of the world, true freedom of the individual, formerly so well guarded against the pressure of the mob. The would-be wise men of the GOYIM, the intellectuals, could not make anything out of the uttered words in their abstractedness; did not see that in nature there is no equality, cannot be freedom: that Nature herself has established inequality of minds, of characters, and capacities, just as immutably as she has established subordination to her laws: never stopped to think that the mob is a blind thing, that upstarts elected from among it to bear rule are, in regard to the political, the same blind men as the mob itself, that the adept, though he be a fool, can yet rule, whereas the non-adept, even if he were a genius, understands nothing in the political—to all those things the GOYIM paid no regard; yet all the time it was based upon these things that dynastic rule rested: the father passed on to the son a knowledge of the course of political affairs in such wise that none should know it but members of the dynasty and none could betray it to the governed. As time went on, the meaning of the dynastic transference of the true position of affairs in the political was lost, and this aided the success of our cause.

26. In all corners of the earth the words “Liberty, Equality, Fraternity,” brought to our ranks, thanks to our blind agents, whole legions who bore our banners with enthusiasm. And all the time these words were canker-worms at work boring into the well-being of the GOYIM, putting an end everywhere to peace, quiet, solidarity and destroying all the foundations of the GOY States. As you will see later, this helped us to our triumph: it gave us the possibility, among other things, of getting into our hands the master card—the destruction of the privileges, or in other words of the very existence of the aristocracy of the GOYIM, that class which was the only defence peoples and countries had against us. On the ruins of the natural and genealogical aristocracy of the GOYIM we have set up the aristocracy of our educated class headed by the aristocracy of money. The qualifications for this aristocracy we have established in wealth, which is dependent upon us, and in knowledge, for which our learned elders provide the motive force.

27. Our triumph has been rendered easier by the fact that in our relations with the men, whom we wanted, we have always worked upon the most sensitive chords of the human mind, upon the cash account, upon the cupidity, upon the insatiability for material needs of man; and each one of these human weaknesses, taken alone, is sufficient to paralyse initiative, for it hands over the will of men to the disposition of him who has bought their activities.

28. The abstraction of freedom has enabled us to persuade the mob in all countries that their government is nothing but the steward of the people who are the owners of the country, and that the steward may be replaced like a worn-out glove.

29. It is this possibility of replacing the representatives of the people which has placed at our disposal, and, as it were, given us the power of appointment.

 

PROTOCOL No. 2

1. It is indispensable for our purpose that wars, so far as possible, should not result in territorial gains: war will thus be brought on to the economic ground, where the nations will not fail to perceive in the assistance we give the strength of our predominance, and this state of things will put both sides at the mercy of our international AGENTUR; which possesses millions of eyes ever on the watch and unhampered by any limitations whatsoever. Our international rights will then wipe out national rights, in the proper sense of right, and will rule the nations precisely as the civil law of States rules the relations of their subjects among themselves.

2. The administrators, whom we shall choose from among the public, with strict regard to their capacities for servile obedience, will not be persons trained in the arts of government, and will therefore easily become pawns in our game in the hands of men of learning and genius who will be their advisers, specialists bred and reared from early childhood to rule the affairs of the whole world. As is well known to you, these specialists of ours have been drawing to fit them for rule the information they need from our political plans from the lessons of history, from observations made of the events of every moment as it passes. The GOYIM are not guided by practical use of unprejudiced historical observation, but by theoretical routine without any critical regard for consequent results. We need not, therefore, take any account of them—let them amuse themselves until the hour strikes, or live on hopes of new forms of enterprising pastime, or on the memories of all they have enjoyed. For them let that play the principal part which we have persuaded them to accept as the dictates of science (theory). It is with this object in view that we are constantly, by means of our press, arousing a blind confidence in these theories. The intellectuals of the GOYIM will puff themselves up with their knowledge and without any logical verification of them will put into effect all the information available from science, which our AGENTUR specialists have cunningly pieced together for the purpose of educating their minds in the direction we want.

DESTRUCTIVE EDUCATION

3. Do not suppose for a moment that these statements are empty words: think carefully of the successes we arranged for Darwinism (Evolution), Marxism (Communism), Nietzsche-ism (Socialism). To us Jews, at any rate, it should be plain to see what a disintegrating importance these directives have had upon the minds of the GOYIM.

4. It is indispensable for us to take account of the thoughts, characters, tendencies of the nations in order to avoid making slips in the political and in the direction of administrative affairs. The triumph of our system of which the component parts of the machinery may be variously disposed according to the temperament of the peoples met on our way, will fail of success if the practical application of it be not based upon a summing up of the lessons of the past in the light of the present.

5. In the hands of the States of to-day there is a great force that creates the movement of thought in the people, and that is the Press. The part played by the Press is to keep pointing out requirements supposed to be indispensable, to give voice to the complaints of the people, to express and to create discontent. It is in the Press that the triumph of freedom of speech finds its incarnation. But the GOYIM States have not known how to make use of this force; and it has fallen into our hands. Through the Press we have gained the power to influence while remaining ourselves in the shade; thanks to the Press we have got the GOLD in our hands, notwithstanding that we have had to gather it out of the oceans of blood and tears. But it has paid us, though we have sacrificed many of our people. Each victim on our side is worth in the sight of God a thousand GOYIM.

 

PROTOCOL No. 3

1. To-day I may tell you that our goal is now only a few steps off. There remains a small space to cross and the whole long path we have trodden is ready now to close its cycle of the Symbolic Snake, by which we symbolize our people. When this ring closes, all the States of Europe will be locked in its coil as in a powerful vice.

2. The constitution scales of these days will shortly break down, for we have established them with a certain lack of accurate balance in order that they may oscillate incessantly until they wear through the pivot on which they turn. The GOYIM are under the impression that they have welded them sufficiently strong and they have all along kept on expecting that the scales would come into equilibrium. But the pivots—the kings on their thrones—are hemmed in by their representatives, who play the fool, distraught with their own uncontrolled and irresponsible power. This power they owe to the terror which has been breathed into the palaces. As they have no means of getting at their people, into their very midst, the kings on their thrones are no longer able to come to terms with them and so strengthen themselves against seekers after power. We have made a gulf between the far-seeing Sovereign Power and the blind force of the people so that both have lost all meaning, for like the blind man and his stick, both are powerless apart.

3. In order to incite seekers after power to a misuse of power we have set all forces in opposition one to another, breaking up their liberal tendencies towards independence. To this end we have stirred up every form of enterprise, we have armed all parties, we have set up authority as a target for every ambition. Of States we have made gladiatorial arenas where a lot of confused issues contend . . . A little more, and disorders and bankruptcy will be universal . . .

4. Babblers, inexhaustible, have turned into oratorical contests the sittings of Parliament and Administrative Boards. Bold journalists and unscrupulous pamphleteers daily fall upon executive officials. Abuses of power will put the final touch in preparing all institutions for their overthrow and everything will fly skyward under the blows of the maddened mob.

POVERTY OUR WEAPON

5. All people are chained down to heavy toil by poverty more firmly than ever. They were chained by slavery and serfdom; from these, one way and another, they might free themselves. These could be settled with, but from want they will never get away. We have included in the constitution such rights as to the masses appear fictitious and not actual rights. All these so-called “Peoples’ Rights” can exist only in idea, an idea which can never be realized in practical life. What is it to the proletariat labourer, bowed double over his heavy toil, crushed by his lot in life, if talkers get the right to babble, if journalists get the right to scribble any nonsense side by side with good stuff, once the proletariat has no other profit out of the constitution save only those pitiful crumbs which we fling them from our table in return for their voting in favour of what we dictate, in favour of the men we place in power, the servants of our AGENTUR . . . Republican rights for a poor man are no more than a bitter piece of irony, for the necessity he is under of toiling almost all day gives him no present use of them, but the other hand robs him of all guarantee of regular and certain earnings by making him dependent on strikes by his comrades or lockouts by his masters.

WE SUPPORT COMMUNISM

6. The people, under our guidance, have annihilated the aristocracy, who were their one and only defence and foster-mother for the sake of their own advantage which is inseparably bound up with the well-being of the people. Nowadays, with the destruction of the aristocracy, the people have fallen into the grips of merciless money-grinding scoundrels who have laid a pitiless and cruel yoke upon the necks of the workers.

7. We appear on the scene as alleged saviours of the worker from this oppression when we propose to him to enter the ranks of our fighting forces—Socialists, Anarchists, Communists—to whom we always give support in accordance with an alleged brotherly rule (of the solidarity of all humanity) of our SOCIAL MASONRY. The aristocracy, which enjoyed by law the labour of the workers, was interested in seeing that the workers were well fed, healthy, and strong. We are interested in just the opposite—in the diminution, the KILLING OUT OF THE GOYIM. Our power is in the chronic shortness of food and physical weakness of the worker because by all that this implies he is made the slave of our will, and he will not find in his own authorities either strength or energy to set against our will. Hunger creates the right of capital to rule the worker more surely than it was given to the aristocracy by the legal authority of kings.

8. By want and the envy and hatred which it engenders we shall move the mobs and with their hands we shall wipe out all those who hinder us on our way.

9. WHEN THE HOUR STRIKES FOR OUR SOVEREIGN LORD OF ALL THE WORLD TO BE CROWNED IT IS THESE SAME HANDS WHICH WILL SWEEP AWAY EVERYTHING THAT MIGHT BE A HINDRANCE THERETO. (The Biblical “Anti-Christ?”)

10. The GOYIM have lost the habit of thinking unless prompted by the suggestions of our specialists. Therefore they do not see the urgent necessity of what we, when our kingdom comes, shall adopt at once, namely this, that IT IS ESSENTIAL TO TEACH IN NATIONAL SCHOOLS ONE SIMPLE, TRUE PIECE OF KNOWLEDGE, THE BASIS OF ALL KNOWLEDGE—THE KNOWLEDGE OF THE STRUCTURE OF HUMAN LIFE, OF SOCIAL EXISTENCE, WHICH REQUIRES DIVISION OF LABOUR, AND, CONSEQUENTLY, THE DIVISION OF MEN INTO CLASSES AND CONDITIONS. It is essential for all to know that OWING TO DIFFERENCE IN THE OBJECTS OF HUMAN ACTIVITY THERE CANNOT BE ANY EQUALITY, that he, who by any act of his compromises a whole class, cannot be equally responsible before the law with him who affects no one but only his own honour. The true knowledge of the structure of society, into the secrets of which we do not admit the GOYIM, would demonstrate to all men that the positions and work must be kept within a certain circle, that they may not become a source of human suffering, arising from an education which does not correspond with the work which individuals are called upon to do. After a thorough study of this knowledge, the peoples will voluntarily submit to authority and accept such position as is appointed them in the State. In the present state of knowledge and the direction we have given to its development of the people, blindly believing things in print—cherishes—thanks to promptings intended to mislead and to its own ignorance—a blind hatred towards all conditions which it considers above itself, for it has no understanding of the meaning of class and condition.

JEWS WILL BE SAFE

11. THIS HATRED WILL BE STILL FURTHER MAGNIFIED BY THE EFFECTS of an ECONOMIC CRISES, which will stop dealing on the exchanges and bring industry to a standstill. We shall create by all the secret subterranean methods open to us and with the aid of gold, which is all in our hands, A UNIVERSAL ECONOMIC CRISES WHEREBY WE SHALL THROW UPON THE STREETS WHOLE MOBS OF WORKERS SIMULTANEOUSLY IN ALL THE COUNTRIES OF EUROPE. These mobs will rush delightedly to shed the blood of those whom, in the simplicity of their ignorance, they have envied from their cradles, and whose property they will then be able to loot.

12. “OURS” THEY WILL NOT TOUCH, BECAUSE THE MOMENT OF ATTACK WILL BE KNOWN TO US AND WE SHALL TAKE MEASURES TO PROTECT OUR OWN.

13. We have demonstrated that progress will bring all the GOYIM to the sovereignty of reason. Our despotism will be precisely that; for it will know how, by wise severities, to pacificate all unrest, to cauterize liberalism out of all institutions.

14. When the populace has seen that all sorts of concessions and indulgences are yielded it in the name of freedom it has imagined itself to be sovereign lord and has stormed its way to power, but, naturally like every other blind man, it has come upon a host of stumbling blocks. IT HAS RUSHED TO FIND A GUIDE, IT HAS NEVER HAD THE SENSE TO RETURN TO THE FORMER STATE and it has laid down its plenipotentiary powers at OUR feet. Remember the French Revolution, to which it was we [the Philadelphes (i.e. French branch of the Illuminati)]who gave the name of “Great”: the secrets of its preparations are well known to us for it was wholly the work of our hands.

15. Ever since that time we have been leading the peoples from one disenchantment to another, so that in the end they should turn also from us in favour of that KING-DESPOT OF THE BLOOD OF ZION, WHOM WE ARE PREPARING FOR THE WORLD.

16. At the present day we are, as an international force, invincible, because if attacked by some we are supported by other States. It is the bottomless rascality of the GOYIM peoples, who crawl on their bellies to force, but are merciless towards weakness, unsparing to faults and indulgent to crimes, unwilling to bear the contradictions of a free social system but patient unto martyrdom under the violence of a bold despotism—it is those qualities which are aiding us to independence. From the premier-dictators of the present day, the GOYIM peoples suffer patiently and bear such abuses as for the least of them they would have beheaded twenty kings.

17. What is the explanation of this phenomenon, this curious inconsequence of the masses of the peoples in their attitude towards what would appear to be events of the same order?

18. It is explained by the fact that these dictators whisper to the peoples through their agents that through these abuses they are inflicting injury on the States with the highest purpose—to secure the welfare of the peoples, the international brotherhood of them all, their solidarity and equality of rights. Naturally they do not tell the peoples that this unification must be accomplished only under our sovereign rule.

19. And thus the people condemn the upright and acquit the guilty, persuaded ever more and more that it can do whatsoever it wishes. Thanks to this state of things, the people are destroying every kind of stability and creating disorders at every step.

20. The word “freedom” brings out the communities of men to fight against every kind of force, against every kind of authority even against God and the laws of nature. For this reason we, when we come into our kingdom, shall have to erase this word from the lexicon of life as implying a principle of brute force which turns mobs into bloodthirsty beasts.

21. These beasts, it is true, fall asleep again every time when they have drunk their fill of blood, and at such time can easily be riveted into their chains. But if they be not given blood they will not sleep and continue to struggle. przion2.htm

WORLD CONQUEST THROUGH JEWISH WORLD GOVERNMENT

THE PROTOCOLS

OF THE

LEARNED ELDERS

OF ZION

PROTOCOL No. 4

1. Every republic passes through several stages. The first of these is comprised in the early days of mad raging by the blind mob, tossed hither and thither, right and left: the second is demagogy from which is born anarchy, and that leads inevitably to despotism—not any longer legal and overt, and therefore responsible despotism, but to unseen and secretly hidden, yet nevertheless sensibly felt despotism in the hands of some secret organization or other, whose acts are the more unscrupulous inasmuch as it works behind a screen, behind the backs of all sorts of agents, the changing of whom not only does not injuriously affect but actually aids the secret force by saving it, thanks to continual changes, from the necessity of expanding its resources on the rewarding of long services.

2. Who and what is in a position to overthrow an invisible force? And this is precisely what our force is. GENTILE masonry blindly serves as a screen for us and our objects, but the plan of action of our force, even its very abiding-place, remains for the whole people an unknown mystery.

WE SHALL DESTROY GOD

3. But even freedom might be harmless and have its place in the State economy without injury to the well-being of the peoples if it rested upon the foundation of faith in God, upon the brotherhood of humanity, unconnected with the conception of equality, which is negatived by the very laws of creation, for they have established subordination. With such a faith as this a people might be governed by a wardship of parishes, and would walk contentedly and humbly under the guiding hand of its spiritual pastor submitting to the dispositions of God upon earth. This is the reason why IT IS INDISPENSABLE FOR US TO UNDERMINE ALL FAITH, TO TEAR OUT OF THE MIND OF THE “GOYIM” THE VERY PRINCIPLE OF GOD-HEAD AND THE SPIRIT, AND TO PUT IN ITS PLACE ARITHMETICAL CALCULATIONS AND MATERIAL NEEDS.

4. In order to give the GOYIM no time to think and take note, their minds must be diverted towards industry and trade. Thus, all the nations will be swallowed up in the pursuit of gain and in the race for it will not take note of their common foe. But again, in order that freedom may once for all disintegrate and ruin the communities of the GOYIM, we must put industry on a speculative basis: the result of this will be that what is withdrawn from the land by industry will slip through the hands and pass into speculation, that is, to our classes.

5. The intensified struggle for superiority and shocks delivered to economic life will create, nay, have already created, disenchanted, cold and heartless communities. Such communities will foster a strong aversion towards the higher political and towards religion. Their only guide is gain, that is Gold, which they will erect into a veritable cult, for the sake of those material delights which it can give. Then will the hour strike when, not for the sake of attaining the good, not even to win wealth, but solely out of hatred towards the privileged, the lower classes of the GOYIM will follow our lead against our rivals for power, the intellectuals of the GOYIM.

PROTOCOL No. 5

1. What form of administrative rule can be given to communities in which corruption has penetrated everywhere, communities where riches are attained only by the clever surprise tactics of semi-swindling tricks; where looseness reigns: where morality is maintained by penal measures and harsh laws but not by voluntarily accepted principles: where the feelings towards faith and country are obligated by cosmopolitan convictions? What form of rule is to be given to these communities if not that despotism which I shall describe to you later? We shall create an intensified centralization of government in order to grip in our hands all the forces of the community. We shall regulate mechanically all the actions of the political life of our subjects by new laws. These laws will withdraw one by one all the indulgences and liberties which have been permitted by the GOYIM, and our kingdom will be distinguished by a despotism of such magnificent proportions as to be at any moment and in every place in a position to wipe out any GOYIM who oppose us by deed or word.

2. We shall be told that such a despotism as I speak of is not consistent with the progress of these days, but I will prove to you that it is.

3. In the times when the peoples looked upon kings on their thrones as on a pure manifestation of the will of God, they submitted without a murmur to the despotic power of kings: but from the day when we insinuated into their minds the conception of their own rights they began to regard the occupants of thrones as mere ordinary mortals. The holy unction of the Lord’s Anointed has fallen from the heads of kings in the eyes of the people, and when we also robbed them of their faith in God the might of power was flung upon the streets into the place of public proprietorship and was seized by us.

MASSES LED BY LIES

4. Moreover, the art of directing masses and individuals by means of cleverly manipulated theory and verbiage, by regulations of life in common and all sorts of other quirks, in all which the GOYIM understand nothing, belongs likewise to the specialists of our administrative brain. Reared on analysis, observation, on delicacies of fine calculation, in this species of skill we have no rivals, any more than we have either in the drawing up of plans of political actions and solidarity. In this respect the Jesuits alone might have compared with us, but we have contrived to discredit them in the eyes of the unthinking mob as an overt organization, while we ourselves all the while have kept our secret organization in the shade. However, it is probably all the same to the world who is its sovereign lord, whether the head of Catholicism or our despot of the blood of Zion! But to us, the Chosen People, it is very far from being a matter of indifference.

5. FOR A TIME PERHAPS WE MIGHT BE SUCCESSFULLY DEALT WITH BY A COALITION OF THE “GOYIM” OF ALL THE WORLD: but from this danger we are secured by the discord existing among them whose roots are so deeply seated that they can never now be plucked up. We have set one against another the personal and national reckonings of the GOYIM, religious and race hatreds, which we have fostered into a huge growth in the course of the past twenty centuries. This is the reason why there is not one State which would anywhere receive support if it were to raise its arm, for every one of them must bear in mind that any agreement against us would be unprofitable to itself. We are too strong—there is no evading our power. THE NATIONS CANNOT COME TO EVEN AN INCONSIDERABLE PRIVATE AGREEMENT WITHOUT OUR SECRETLY HAVING A HAND IN IT.

6. PER ME REGES REGNANT. “It is through me that Kings reign.” And it was said by the prophets that we were chosen by God Himself to rule over the whole earth. God has endowed us with genius that we may be equal to our task. Were genius in the opposite camp it would still struggle against us, but even so, a newcomer is no match for the old-established settler: the struggle would be merciless between us, such a fight as the world has never seen. Aye, and the genius on their side would have arrived too late. All the wheels of the machinery of all States go by the force of the engine, which is in our hands, and that engine of the machinery of States is—Gold. The science of political economy invented by our learned elders has for long past been giving royal prestige to capital.

MONOPOLY CAPITAL

7. Capital, if it is to co-operate untrammelled, must be free to establish a monopoly of industry and trade: this is already being put in execution by an unseen hand in all quarters of the world. This freedom will give political force to those engaged in industry, and that will help to oppress the people. Nowadays it is more important to disarm the peoples than to lead them into war: more important to use for our advantage the passions which have burst into flames than to quench their fire: more important to eradicate them. THE PRINCIPLE OBJECT OF OUR DIRECTORATE CONSISTS IN THIS: TO DEBILITATE THE PUBLIC MIND BY CRITICISM; TO LEAD IT AWAY FROM SERIOUS REFLECTIONS CALCULATED TO AROUSE RESISTANCE; TO DISTRACT THE FORCES OF THE MIND TOWARDS A SHAM FIGHT OF EMPTY ELOQUENCE.

8. In all ages the people of the world, equally with individuals, have accepted words for deeds, for THEY ARE CONTENT WITH A SHOW and rarely pause to note, in the public arena, whether promises are followed by performance. Therefore we shall establish show institutions which will give eloquent proof of their benefit to progress.

9. We shall assume to ourselves the liberal physiognomy of all parties, of all directions, and we shall give that physiognomy a VOICE IN ORATORS WHO WILL SPEAK SO MUCH THAT THEY WILL EXHAUST THE PATIENCE OF THEIR HEARERS AND PRODUCE AN ABHORRENCE OF ORATORY.

10. IN ORDER TO PUT PUBLIC OPINION INTO OUR HANDS WE MUST BRING IT INTO A STATE OF BEWILDERMENT BY GIVING EXPRESSION FROM ALL SIDES TO SO MANY CONTRADICTORY OPINIONS AND FOR SUCH LENGTH OF TIME AS WILL SUFFICE TO MAKE THE “GOYIM” LOSE THEIR HEADS IN THE LABYRINTH AND COME TO SEE THAT THE BEST THING IS TO HAVE NO OPINION OF ANY KIND IN MATTERS POLITICAL, which it is not given to the public to understand, because they are understood only by him who guides the public. This is the first secret.

11. The second secret requisite for the success of our government is comprised in the following: To multiply to such an extent national failings, habits, passions, conditions of civil life, that it will be impossible for anyone to know where he is in the resulting chaos, so that the people in consequence will fail to understand one another. This measure will also serve us in another way, namely, to sow discord in all parties, to dislocate all collective forces which are still unwilling to submit to us, and to discourage any kind of personal initiative which might in any degree hinder our affair. THERE IS NOTHING MORE DANGEROUS THAN PERSONAL INITIATIVE: if it has genius behind it, such initiative can do more than can be done by millions of people among whom we have sown discord. We must so direct the education of the GOYIM communities that whenever they come upon a matter requiring initiative they may drop their hands in despairing impotence. The strain which results from freedom of actions saps the forces when it meets with the freedom of another. From this collision arise grave moral shocks, disenchantments, failures. BY ALL THESE MEANS WE SHALL SO WEAR DOWN THE “GOYIM” THAT THEY WILL BE COMPELLED TO OFFER US INTERNATIONAL POWER OF A NATURE THAT BY ITS POSITION WILL ENABLE US WITHOUT ANY VIOLENCE GRADUALLY TO ABSORB ALL THE STATE FORCES OF THE WORLD AND TO FORM A SUPER-GOVERNMENT. In place of the rulers of to-day we shall set up a bogey which will be called the Super-Government Administration. Its hands will reach out in all directions like nippers and its organization will be of such colossal dimensions that it cannot fail to subdue all the nations of the world. (League of Nations and subsequent United Nations Organization – Ed).

 

PROTOCOL No. 6

1. We shall soon begin to establish huge monopolies, reservoirs of colossal riches, upon which even large fortunes of the GOYIM will depend to such an extent that they will go to the bottom together with the credit of the States on the day after the political smash . . . (Compulsory superannuation, Social Security).

2. You gentlemen here present who are economists, just strike an estimate of the significance of this combination! . . .

3. In every possible way we must develop the significance of our Super-Government by representing it as the Protector and Benefactor of all those who voluntarily submit to us.

4. The aristocracy of the GOYIM as a political force, is dead—We need not take it into account; but as landed proprietors they can still be harmful to us from the fact that they are self-sufficing in the resources upon which they live. It is essential therefore for us at whatever cost to deprive them of their land. This object will be best attained by increasing the burdens upon landed property—in loading lands with debts. These measures will check land-holding and keep it in a state of humble and unconditional submission.

5. The aristocrats of the GOYIM, being hereditarily incapable of contenting themselves with little, will rapidly burn up and fizzle out.

WE SHALL ENSLAVE GENTILES

6. At the same time we must intensively patronize trade and industry, but, first and foremost, speculation, the part played by which is to provide a counterpoise to industry: the absence of speculative industry will multiply capital in private hands and will serve to restore agriculture by freeing the land from indebtedness to the land banks. What we want is that industry should drain off from the land both labour and capital and by means of speculation transfer into our hands all the money of the world, and thereby throw all the GOYIM into the ranks of the proletariat. Then the GOYIM will bow down before us, if for no other reason but to get the right to exist.

7. To complete the ruin of the industry of the GOYIM we shall bring to the assistance of speculation the luxury which we have developed among the GOYIM, that greedy demand for luxury which is swallowing up everything. WE SHALL RAISE THE RATE OF WAGES WHICH, HOWEVER, WILL NOT BRING ANY ADVANTAGE TO THE WORKERS, FOR, AT THE SAME TIME, WE SHALL PRODUCE A RISE IN PRICES OF THE FIRST NECESSARIES OF LIFE, ALLEGING THAT IT ARISES FROM THE DECLINE OF AGRICULTURE AND CATTLE-BREEDING: WE SHALL FURTHER UNDERMINE ARTFULLY AND DEEPLY SOURCES OF PRODUCTION, BY ACCUSTOMING THE WORKERS TO ANARCHY AND TO DRUNKENNESS AND SIDE BY SIDE THEREWITH TAKING ALL MEASURE TO EXTIRPATE FROM THE FACE OF THE EARTH ALL THE EDUCATED FORCES OF THE “GOYIM.”

8. IN ORDER THAT THE TRUE MEANING OF THINGS MAY NOT STRIKE THE “GOYIM” BEFORE THE PROPER TIME WE SHALL MASK IT UNDER AN ALLEGED ARDENT DESIRE TO SERVE THE WORKING CLASSES AND THE GREAT PRINCIPLES OF POLITICAL ECONOMY ABOUT WHICH OUR ECONOMIC THEORIES ARE CARRYING ON AN ENERGETIC PROPAGANDA.

 

PROTOCOL No. 7

1. The intensification of armaments, the increase of police forces—are all essential for the completion of the aforementioned plans. What we have to get at is that there should be in all the States of the world, besides ourselves, only the masses of the proletariat, a few millionaires devoted to our interests, police and soldiers.

2. Throughout all Europe, and by means of relations with Europe, in other continents also, we must create ferments, discords and hostility. Therein we gain a double advantage. In the first place we keep in check all countries, for they will know that we have the power whenever we like to create disorders or to restore order. All these countries are accustomed to see in us an indispensable force of coercion. In the second place, by our intrigues we shall tangle up all the threads which we have stretched into the cabinets of all States by means of the political, by economic treaties, or loan obligations. In order to succeed in this we must use great cunning and penetration during negotiations and agreements, but, as regards what is called the “official language,” we shall keep to the opposite tactics and assume the mask of honesty and complacency. In this way the peoples and governments of the GOYIM, whom we have taught to look only at the outside whatever we present to their notice, will still continue to accept us as the benefactors and saviours of the human race.

UNIVERSAL WAR

3. We must be in a position to respond to every act of opposition by war with the neighbours of that country which dares to oppose us: but if these neighbours should also venture to stand collectively together against us, then we must offer resistance by a universal war.

4. The principal factor of success in the political is the secrecy of its undertakings: the word should not agree with the deeds of the diplomat.

5. We must compel the governments of the GOYIM to take action in the direction favoured by our widely conceived plan, already approaching the desired consummation, by what we shall represent as public opinion, secretly promoted by us through the means of that so-called “Great Power”—THE PRESS, WHICH, WITH A FEW EXCEPTIONS THAT MAY BE DISREGARDED, IS ALREADY ENTIRELY IN OUR HANDS.

6. In a word, to sum up our system of keeping the governments of the goyim in Europe in check, we shall show our strength to one of them by terrorist attempts and to all, if we allow the possibility of a general rising against us, we shall respond with the guns of America or China or Japan. (The Russo-Japanese War of 1904-1905; Japan; Iraq and Afghanistan – Ed.).

 

PROTOCOL No. 8

1. We must arm ourselves with all the weapons which our opponents might employ against us. We must search out in the very finest shades of expression and the knotty points of the lexicon of law justification for those cases where we shall have to pronounce judgments that might appear abnormally audacious and unjust, for it is important that these resolutions should be set forth in expressions that shall seem to be the most exalted moral principles cast into legal form. (Genocide Convention? U.N. Declaration of the Rights of the Child?) Our directorate must surround itself with all these forces of civilization among which it will have to work. It will surround itself with publicists, practical jurists, administrators, diplomats and, finally, with persons prepared by a special super-educational training IN OUR SPECIAL SCHOOLS (Rhodes Scholars? London School of Economics?) These persons will have consonance of all the secrets of the social structure, they will know all the languages that can be made up by political alphabets and words; they will be made acquainted with the whole underside of human nature, with all its sensitive chords on which they will have to play. These chords are the cast of mind of the GOYIM, their tendencies, short-comings, vices and qualities, the particularities of classes and conditions. Needless to say that the talented assistants of authority, of whom I speak, will be taken not from among the GOYIM, who are accustomed to perform their administrative work without giving themselves the trouble to think what its aim is, and never consider what it is needed for. The administrators of the GOYIM sign papers without reading them, (As Margaret Thatcher signed-away British sovereignty by the Maastricht Treaty? As Australian Parliamentarians signed over 2,000 U.N. Treaties . . . unread?) and they serve either for mercenary reasons or from ambition.

2. We shall surround our government with a whole world of economists. That is the reason why economic sciences form the principal subject of the teaching given to the Jews. Around us again will be a whole constellation of bankers, industrialists, capitalists and—THE MAIN THING—MILLIONAIRES, BECAUSE IN SUBSTANCE EVERYTHING WILL BE SETTLED BY THE QUESTION OF FIGURES.

3. For a time, until there will no longer be any risk in entrusting responsible posts in our State to our brother-Jews, we shall put them in the hands of persons whose past and reputation are such that between them and the people lies an abyss, persons who, in case of disobedience to our instructions, must face criminal charges or disappear—this in order to make them defend our interests to their last gasp.

PROTOCOL No. 9

1. In applying our principles let attention be paid to the character of the people in whose country you live and act; a general, identical application of them, until such time as the people shall have been re-educated to our pattern, cannot have success. But by approaching their application cautiously you will see that not a decade will pass before the most stubborn character will change and we shall add a new people to the ranks of those already subdued by us.

2. The words of the liberal, which are in effect the words of our Masonic watchword, namely, “Liberty, Equality, Fraternity,” will, when we come into our kingdom, be changed by us into words no longer of a watchword, but only an expression of idealism, namely, into “The right of liberty, the duty of equality, the ideal of brotherhood.” That is how we shall put it,—and so we shall catch the bull by the horns . . . DE FACTO we have already wiped out every kind of rule except our own, although DE JURE there still remain a good many of them. Nowadays, if any States raise a protest against us it is only PROFORMA at our discretion and by our direction, for THEIR ANTI-SEMITISM IS INDISPENSABLE TO US FOR THE MANAGEMENT OF OUR LESSER BRETHREN. I will not enter into further explanations, for this matter has formed the subject of repeated discussions amongst us. (Anti-Semitism is a mechanism devised and controlled by World Jewry).

JEWISH SUPER-STATE

3. For us there are not checks to limit the range of our activity. Our Super-Government subsists in extra-legal conditions which are described in the accepted terminology by the energetic and forcible word—Dictatorship. I am in a position to tell you with a clear conscience that at the proper time we, the law-givers, shall execute judgment and sentence, we shall slay and we shall spare, we, as head of all our troops, are mounted on the steed of the leader. We rule by force of will, because in our hands are the fragments of a once powerful party, now vanquished by us. AND THE WEAPONS IN OUR HANDS ARE LIMITLESS AMBITIONS, BURNING GREEDINESS, MERCILESS VENGEANCE, HATREDS AND MALICE.

4. IT IS FROM US THAT THE ALL-ENGULFING TERROR PROCEEDS. WE HAVE IN OUR SERVICE PERSONS OF ALL OPINIONS, OF ALL DOCTRINES, RESTORATING MONARCHISTS, DEMAGOGUES, SOCIALISTS, COMMUNISTS, AND UTOPIAN DREAMERS OF EVERY KIND. We have harnessed them all to the task: EACH ONE OF THEM ON HIS OWN ACCOUNT IS BORING AWAY AT THE LAST REMNANTS OF AUTHORITY, IS STRIVING TO OVERTHROW ALL ESTABLISHED FORM OF ORDER. By these acts all States are in torture; they exhort to tranquillity, are ready to sacrifice everything for peace: BUT WE WILL NOT GIVE THEM PEACE UNTIL THEY OPENLY ACKNOWLEDGE OUR INTERNATIONAL SUPER-GOVERNMENT, AND WITH SUBMISSIVENESS.

5. The people have raised a howl about the necessity of settling the question of Socialism by way of an international agreement. DIVISION INTO FRACTIONAL PARTIES HAS GIVEN THEM INTO OUR HANDS, FOR, IN ORDER TO CARRY ON A CONTESTED STRUGGLE ONE MUST HAVE MONEY, AND THE MONEY IS ALL IN OUR HANDS.

6. We might have reason to apprehend a union between the “clear-sighted” force of the GOY kings on their thrones and the “blind” force of the GOY mobs, but we have taken all the needful measure against any such possibility: between the one and the other force we have erected a bulwark in the shape of a mutual terror between them. In this way the blind force of the people remains our support and we, and we only, shall provide them with a leader and, of course, direct them along the road that leads to our goal.

7. In order that the hand of the blind mob may not free itself from our guiding hand, we must every now and then enter into close communion with it, if not actually in person, at any rate through some of the most trusty of our brethren. When we are acknowledged as the only authority we shall discuss with the people personally on the market, places, and we shall instruct them on questions of the political in such wise as may turn them in the direction that suits us.

8. Who is going to verify what is taught in the village schools? But what an envoy of the government or a king on his throne himself may say cannot but become immediately known to the whole State, for it will be spread abroad by the voice of the people.

9. In order to annihilate the institutions of the GOYIM before it is time we have touched them with craft and delicacy, and have taken hold of the ends of the springs which move their mechanism. These springs lay in a strict but just sense of order; we have replaced them by the chaotic license of liberalism. We have got our hands into the administration of the law, into the conduct of elections, into the press, into liberty of the person, BUT PRINCIPALLY INTO EDUCATION AND TRAINING AS BEING THE CORNERSTONES OF A FREE EXISTENCE.

CHRISTIAN YOUTH DESTROYED

10. WE HAVE FOOLED, BEMUSED AND CORRUPTED THE YOUTH OF THE “GOYIM” BY REARING THEM IN PRINCIPLES AND THEORIES WHICH ARE KNOWN TO US TO BE FALSE ALTHOUGH IT IS THAT THEY HAVE BEEN INCULCATED.

11. Above the existing laws without substantially altering them, and by merely twisting them into contradictions of interpretations, we have erected something grandiose in the way of results. These results found expression in the fact that the INTERPRETATIONS MASKED THE LAW: afterwards they entirely hid them from the eyes of the governments owing to the impossibility of making anything out of the tangled web of legislation.

12. This is the origin of the theory of course of arbitration.

13. You may say that the GOYIM will rise upon us, arms in hand, if they guess what is going on before the time comes; but in the West we have against this a manoeuvre of such appalling terror that the very stoutest hearts quail—the undergrounds, metropolitans, those subterranean corridors which, before the time comes, will be driven under all the capitals and from whence those capitals will be blown into the air with all their organizations and archives.

WORLD CONQUEST THROUGH WORLD JEWISH GOVERNMENT

THE PROTOCOLS

OF THE

LEARNED ELDERS

OF ZION

PROTOCOL No. 10

1. To-day I begin with a repetition of what I said before, and I BEG YOU TO BEAR IN MIND THAT GOVERNMENTS AND PEOPLE ARE CONTENT IN THE POLITICAL WITH OUTSIDE APPEARANCES. And how, indeed, are the GOYIM to perceive the underlying meaning of things when their representatives give the best of their energies to enjoying themselves? For our policy it is of the greatest importance to take cognizance of this detail; it will be of assistance to us when we come to consider the division of authority of property, of the dwelling, of taxation (the idea of concealed taxes), of the reflex force of the laws. All these questions are such as ought not to be touched upon directly and openly before the people. In cases where it is indispensable to touch upon them they must not be categorically named, it must merely be declared without detailed exposition that the principles of contemporary law are acknowledged by us. The reason of keeping silence in this respect is that by not naming a principle we leave ourselves freedom of action, to drop this or that out of it without attracting notice; if they were all categorically named they would all appear to have been already given.

2. The mob cherishes a special affection and respect for the geniuses of political power and accepts all their deeds of violence with the admiring response: “rascally, well, yes, it is rascally, but it’s clever! . . . a trick, if you like, but how craftily played, how magnificently done, what impudent audacity!” . . .

OUR GOAL – WORLD POWER

3. We count upon attracting all nations to the task of erecting the new fundamental structure, the project for which has been drawn up by us. This is why, before everything, it is indispensable for us to arm ourselves and to store up in ourselves that absolutely reckless audacity and irresistible might of the spirit which in the person of our active workers will break down all hindrances on our way.

4. WHEN WE HAVE ACCOMPLISHED OUR COUP D’ETAT WE SHALL SAY THEN TO THE VARIOUS PEOPLES: “EVERYTHING HAS GONE TERRIBLY BADLY, ALL HAVE BEEN WORN OUT WITH SUFFERING. WE ARE DESTROYING THE CAUSES OF YOUR TORMENT—NATIONALITIES, FRONTIERS, DIFFERENCES OF COINAGES. YOU ARE AT LIBERTY, OF COURSE, TO PRONOUNCE SENTENCE UPON US, BUT CAN IT POSSIBLY BE A JUST ONE IF IT IS CONFIRMED BY YOU BEFORE YOU MAKE ANY TRIAL OF WHAT WE ARE OFFERING YOU.” . . . THEN WILL THE MOB EXALT US AND BEAR US UP IN THEIR HANDS IN A UNANIMOUS TRIUMPH OF HOPES AND EXPECTATIONS. VOTING, WHICH WE HAVE MADE THE INSTRUMENT WHICH WILL SET US ON THE THRONE OF THE WORLD BY TEACHING EVEN THE VERY SMALLEST UNITS OF MEMBERS OF THE HUMAN RACE TO VOTE BY MEANS OF MEETINGS AND AGREEMENTS BY GROUPS, WILL THEN HAVE SERVED ITS PURPOSES AND WILL PLAY ITS PART THEN FOR THE LAST TIME BY A UNANIMITY OF DESIRE TO MAKE CLOSE ACQUAINTANCE WITH US BEFORE CONDEMNING US.

5. TO SECURE THIS WE MUST HAVE EVERYBODY VOTE WITHOUT DISTINCTION OF CLASSES AND QUALIFICATIONS, in order to establish an absolute majority, which cannot be got from the educated propertied classes. In this way, by inculcating in all a sense of self-importance, we shall destroy among the GOYIM the importance of the family and its educational value and remove the possibility of individual minds splitting off, for the mob, handled by us, will not let them come to the front nor even give them a hearing; it is accustomed to listen to us only who pay it for obedience and attention. In this way we shall create a blind, mighty force which will never be in a position to move in any direction without the guidance of our agents set at its head by us as leaders of the mob. The people will submit to this regime because it will know that upon these leaders will depend its earnings, gratifications and the receipt of all kinds of benefits.

6. A scheme of government should come ready made from one brain, because it will never be clinched firmly if it is allowed to be split into fractional parts in the minds of many. It is allowable, therefore, for us to have cognizance of the scheme of action but not to discuss it lest we disturb its artfulness, the interdependence of its component parts, the practical force of the secret meaning of each clause. To discuss and make alterations in a labour of this kind by means of numerous votings is to impress upon it the stamp of all ratiocinations and misunderstandings which have failed to penetrate the depth and nexus of its plottings. We want our schemes to be forcible and suitably concocted. Therefore WE OUGHT NOT TO FLING THE WORK OF GENIUS OF OUR GUIDE to the fangs of the mob or even of a select company.

7. These schemes will not turn existing institutions upside down just yet. They will only effect changes in their economy and consequently in the whole combined movement of their progress, which will thus be directed along the paths laid down in our schemes.

POISON OF LIBERALISM

8. Under various names there exists in all countries approximately one and the same thing. Representation, Ministry, Senate, State Council, Legislative and Executive Corps. I need not explain to you the mechanism of the relation of these institutions to one another, because you are aware of all that; only take note of the fact that each of the above-named institutions corresponds to some important function of the State, and I would beg you to remark that the word “important” I apply not to the institution but to the function, consequently it is not the institutions which are important but their functions. These institutions have divided up among themselves all the functions of government—administrative, legislative, executive, wherefore they have come to operate as do the organs in the human body. If we injure one part in the machinery of State, the State falls sick, like a human body, and . . . will die.

9. When we introduced into the State organism the poison of Liberalism its whole political complexion underwent a change. States have been seized with a mortal illness—blood poisoning. All that remains is to await the end of their death agony.

10. Liberalism produced Constitutional States, which took the place of what was the only safeguard of the GOYIM, namely, Despotism; and A CONSTITUTION, AS YOU WELL KNOW, IS NOTHING ELSE BUT A SCHOOL OF DISCORDS, misunderstandings, quarrels, disagreements, fruitless party agitations, party whims—in a word, a school of everything that serves to destroy the personality of State activity. THE TRIBUNE OF THE “TALKERIES” HAS, NO LESS EFFECTIVELY THAN THE PRESS, CONDEMNED THE RULERS TO INACTIVITY AND IMPOTENCE, and thereby rendered them useless and superfluous, for which reason indeed they have been in many countries deposed. THEN IT WAS THAT THE ERA OF REPUBLICS BECOME POSSIBLE OF REALIZATION; AND THEN IT WAS THAT WE REPLACED THE RULER BY A CARICATURE OF A GOVERNMENT—BY A PRESIDENT, TAKEN FROM THE MOB, FROM THE MIDST OF OUR PUPPET CREATURES, OR SLAVES. This was the foundation of the mine which we have laid under the GOY people, I should rather say, under the GOY peoples.

WE NAME PRESIDENTS

11. In the near future we shall establish the responsibility of presidents.

12. By that time we shall be in a position to disregard forms in carrying through matters for which our impersonal puppet will be responsible. What do we care if the ranks of those striving for power should be thinned, if there should arise a deadlock from the impossibility of finding presidents, a deadlock which will finally disorganize the country? . . .

13. In order that our scheme may produce this result we shall arrange elections in favour of such presidents as have in their past some dark, undiscovered stain, some “Panama” or other—then they will be trustworthy agents for the accomplishment of our plans out of fear of revelations and from the natural desire of everyone who has attained power, namely, the retention of the privileges, advantages and honour connected with the office of president. The chamber of deputies will provide cover for, will protect, will elect presidents, but we shall take from it the right to propose new, or make changes in existing laws, for this right will be given by us to the responsible president, a puppet in our hands. Naturally, the authority of the presidents will then become a target for every possible form of attack, but we shall provide him with a means of self-defence in the right of an appeal to the people, for the decision of the people over the heads of their representatives, that is to say, an appeal to that same blind slave of ours—the majority of the mob. Independently of this we shall invest the president with the right of declaring a state of war. We shall justify this last right on the ground that the president as chief of the whole army of the country must have it at his disposal, in case of need for the defence of the new republican constitution, the right to defend which will belong to him as the responsible representative of this constitution. (Iran? Grenada? Kuwait? Iraq? Panama? Somalia? Bosnia? Kosovo? Indonesia?)

14. It is easy to understand that in these conditions the key of the shrine will lie in our hands, and no one outside ourselves will any longer direct the force of legislation.

15. Besides this we shall, with the introduction of the new republican constitution, take from the Chamber the right of interpolation on government measures, on the pretext of preserving political secrecy, and, further, we shall by the new constitution reduce the number of representatives to a minimum, thereby proportionately reducing political passions and the passion for politics. If, however, they should, which is hardly to be expected, burst into flame, even in this minimum, we shall nullify them by a stirring appeal and a reference to the majority of the whole people . . . Upon the president will depend the appointment of presidents and vice-presidents of the Chamber and the Senate. Instead of constant sessions of Parliaments we shall reduce their sittings to a few months. Moreover, the president, as chief of the executive power, will have the right to summon and dissolve Parliament, and, in the latter case, to prolong the time for the appointment of a new parliamentary assembly. But in order that the consequences of all these acts which in substance are illegal, should not, prematurely for our plans, fall upon the responsibility established by us of the president, WE SHALL INSTIGATE MINISTERS AND OTHER OFFICIALS OF THE HIGHER ADMINISTRATION ABOUT THE PRESIDENT TO EVADE HIS DISPOSITIONS BY TAKING MEASURES OF THEIR OWN, for doing which they will be made the scapegoats in his place . . . This part we especially recommend to be given to be played by the Senate, the Council of State, or the Council of Ministers, but not to an individual official.

16. The president will, at our discretion, interpret the sense of such of the existing laws as admit of various interpretation; he will further annul them when we indicate to him the necessity to do so, besides this, he will have the right to propose temporary laws, and even new departures in the government constitutional working, the pretext both for the one and the other being the requirements for the supreme welfare of the State. (Presidential Decrees such as F.D.R. employed to debase the US dollar and steal the gold and to place the U.S. under a permanent State of Emergency and War against its own citizens?)

WE SHALL DESTROY

17. By such measure we shall obtain the power of destroying little by little, step by step, all that at the outset when we enter on our rights, we are compelled to introduce into the constitutions of States to prepare for the transition to an imperceptible abolition of every kind of constitution, and then the time is come to turn every form of government into OUR DESPOTISM.

18. The recognition of our despot may also come before the destruction of the constitution; the moment for this recognition will come when the peoples, utterly wearied by the irregularities and incompetence—a matter which we shall arrange for—of their rulers, will clamour: “Away with them and give us one king over all the earth who will unite us and annihilate the causes of disorders—frontiers, nationalities, religions, State debts—who will give us peace and quiet which we cannot find under our rulers and representatives.”

19. But you yourselves perfectly well know that TO PRODUCE THE POSSIBILITY OF THE EXPRESSION OF SUCH WISHES BY ALL THE NATIONS IT IS INDISPENSABLE TO TROUBLE IN ALL COUNTRIES THE PEOPLE’S RELATIONS WITH THEIR GOVERNMENTS SO AS TO UTTERLY EXHAUST HUMANITY WITH DISSENSION, HATRED, STRUGGLE, ENVY AND EVEN BY THE USE OF TORTURE, BY STARVATION, BY THE INOCULATION OF DISEASES, BY WANT, SO THAT THE “GOYIM” SEE NO OTHER ISSUE THAN TO TAKE REFUGE IN OUR COMPLETE SOVEREIGNTY IN MONEY AND IN ALL ELSE.

20. But if we give the nations of the world a breathing space the moment we long for is hardly likely ever to arrive.

 

PROTOCOL No. 11

1. The State Council has been, as it were, the emphatic expression of the authority of the ruler: it will be, as the “show” part of the Legislative Corps, what may be called the editorial committee of the laws and decrees of the ruler.

2. This, then, is the program of the new constitution. We shall make Law, Right and Justice (1) in the guise of proposals to the Legislative Corps, (2) by decrees of the president under the guise of general regulations, of orders of the Senate and of resolutions of the State Council in the guise of ministerial orders, (3) and in case a suitable occasion should arise—in the form of a revolution in the State.

3. Having established approximately the MODUS AGENDI we will occupy ourselves with details of those combinations by which we have still to complete the revolution in the course of the machinery of State in the direction already indicated. By these combinations I mean the freedom of the Press, the right of association, freedom of conscience, the voting principle, and many another that must disappear for ever from the memory of man, or undergo a radical alteration the day after the promulgation of the new constitution. It is only at the moment that we shall be able at once to announce all our orders, for, afterwards, every noticeable alteration will be dangerous, for the following reasons: if this alteration be brought in with harsh severity and in a sense of severity and limitations, it may lead to a feeling of despair caused by fear of new alterations in the same direction; if, on the other hand, it be brought in a sense of further indulgences it will be said that we have recognized our own wrong-doing and this will destroy the prestige of the infallibility of our authority, or else it will be said that we have become alarmed and are compelled to show a yielding disposition, for which we shall get no thanks because it will be supposed to be compulsory . . . Both the one and the other are injurious to the prestige of the new constitution. What we want is that from the first moment of its promulgation, while the peoples of the world are still stunned by the accomplished fact of the revolution, still in a condition of terror and uncertainty, they should recognize once for all that we are so strong, so inexpugnable, so super-abundantly filled with power, that in no case shall we take any account of them, and so far from paying any attention to their opinions or wishes, we are ready and able to crush with irresistible power all expression or manifestation thereof at every moment and in every place, that we have seized at once everything we wanted and shall in no case divide our power with them . . . Then in fear and trembling they will close their eyes to everything, and be content to await what will be the end of it all.

WE ARE WOLVES

4. The GOYIM are a flock of sheep, and we are their wolves. And you know what happens when the wolves get hold of the flock? . . .

5. There is another reason also why they will close their eyes: for we shall keep promising them to give back all the liberties we have taken away as soon as we have quelled the enemies of peace and tamed all parties . . .

6. It is not worth to say anything about how long a time they will be kept waiting for this return of their liberties . . .

7. For what purpose then have we invented this whole policy and insinuated it into the minds of the GOY without giving them any chance to examine its underlying meaning? For what, indeed, if not in order to obtain in a roundabout way what is for our scattered tribe unattainable by the direct road? It is this which has served as the basis for our organization of SECRET MASONRY WHICH IS NOT KNOWN TO, AND AIMS WHICH ARE NOT EVEN SO MUCH AS SUSPECTED BY, THESE “GOY” CATTLE, ATTRACTED BY US INTO THE “SHOW” ARMY OF MASONIC LODGES IN ORDER TO THROW DUST IN THE EYES OF THEIR FELLOWS.

8. God has granted to us, His Chosen People, the gift of the dispersion, and in this which appears in all eyes to be our weakness, has come forth all our strength, which has now brought us to the threshold of sovereignty over all the world.

9. There now remains not much more for us to build up upon the foundation we have laid.

 

PROTOCOL No. 12

1. The word “freedom,” which can be interpreted in various ways, is defined by us as follows –

2. Freedom is the right to do what which the law allows. This interpretation of the word will at the proper time be of service to us, because all freedom will thus be in our hands, since the laws will abolish or create only that which is desirable for us according to the aforesaid program.

3. We shall deal with the press in the following way: what is the part played by the press to-day? It serves to excite and inflame those passions which are needed for our purpose or else it serves selfish ends of parties. It is often vapid, unjust, mendacious, and the majority of the public have not the slightest idea what ends the press really serves. We shall saddle and bridle it with a tight curb: we shall do the same also with all productions of the printing press, for where would be the sense of getting rid of the attacks of the press if we remain targets for pamphlets and books? The produce of publicity, which nowadays is a source of heavy expense owing to the necessity of censoring it, will be turned by us into a very lucrative source of income to our State: we shall lay on it a special stamp tax and require deposits of caution-money before permitting the establishment of any organ of the press or of printing offices; these will then have to guarantee our government against any kind of attack on the part of the press. For any attempt to attack us, if such still be possible, we shall inflict fines without mercy. Such measures as stamp tax, deposit of caution-money and fines secured by these deposits, will bring in a huge income to the government. It is true that party organs might not spare money for the sake of publicity, but these we shall shut up at the second attack upon us. No one shall with impunity lay a finger on the aureole of our government infallibility. The pretext for stopping any publication will be the alleged plea that it is agitating the public mind without occasion or justification. I BEG YOU TO NOTE THAT AMONG THOSE MAKING ATTACKS UPON US WILL ALSO BE ORGANS ESTABLISHED BY US, BUT THEY WILL ATTACK EXCLUSIVELY POINTS THAT WE HAVE PRE-DETERMINED TO ALTER.

WE CONTROL THE PRESS

4. NOT A SINGLE ANNOUNCEMENT WILL REACH THE PUBLIC WITHOUT OUR CONTROL. Even now this is already being attained by us inasmuch as all news items are received by a few agencies, in whose offices they are focused from all parts of the world. These agencies will then be already entirely ours and will give publicity only to what we dictate to them.

5. If already now we have contrived to possess ourselves of the minds of the GOY communities to such an extent they all come near looking upon the events of the world through the coloured glasses of those spectacles we are setting astride their noses; if already now there is not a single State where there exist for us any barriers to admittance into what GOY stupidity calls State secrets: what will our positions be then, when we shall be acknowledged supreme lords of the world in the person of our king of all the world . . .

6. Let us turn again to the FUTURE OF THE PRINTING PRESS. Every one desirous of being a publisher, librarian, or printer, will be obliged to provide himself with the diploma instituted therefore, which, in case of any fault, will be immediately impounded. With such measures THE INSTRUMENT OF THOUGHT WILL BECOME AN EDUCATIVE MEANS ON THE HANDS OF OUR GOVERNMENT, WHICH WILL NO LONGER ALLOW THE MASS OF THE NATION TO BE LED ASTRAY IN BY-WAYS AND FANTASIES ABOUT THE BLESSINGS OF PROGRESS. Is there any one of us who does not know that these phantom blessings are the direct roads to foolish imaginings which give birth to anarchical relations of men among themselves and towards authority, because progress, or rather the idea of progress, has introduced the conception of every kind of emancipation, but has failed to establish its limits . . . All the so-called liberals are anarchists, if not in fact, at any rate in thought. Every one of them in hunting after phantoms of freedom, and falling exclusively into license, that is, into the anarchy of protest for the sake of protest . . .

FREE PRESS DESTROYED

7. We turn to the periodical press. We shall impose on it, as on all printed matter, stamp taxes per sheet and deposits of caution-money, and books of less than 30 sheets will pay double. We shall reckon them as pamphlets in order, on the one hand, to reduce the number of magazines, which are the worst form of printed poison, and, on the other, in order that this measure may force writers into such lengthy productions that they will be little read, especially as they will be costly. At the same time what we shall publish ourselves to influence mental development in the direction laid down for our profit will be cheap and will be read voraciously. The tax will bring vapid literary ambitions within bounds and the liability to penalties will make literary men dependent upon us. And if there should be any found who are desirous of writing against us, they will not find any person eager to print their productions. Before accepting any production for publication in print, the publisher or printer will have to apply to the authorities for permission to do so. Thus we shall know beforehand of all tricks preparing against us and shall nullify them by getting ahead with explanations on the subject treated of.

8. Literature and journalism are two of the most important educative forces, and therefore our government will become proprietor of the majority of the journals. This will neutralize the injurious influence of the privately-owned press and will put us in possession of a tremendous influence upon the public mind . . . If we give permits for ten journals, we shall ourselves found thirty, and so on in the same proportion. This, however, must in no wise be suspected by the public. For which reason all journals published by us will be of the most opposite, in appearance, tendencies and opinions, thereby creating confidence in us and bringing over to us quite unsuspicious opponents, who will thus fall into our trap and be rendered harmless.

9. In the front rank will stand organs of an official character. They will always stand guard over our interests, and therefore their influence will be comparatively insignificant.

10. In the second rank will be the semi-official organs, whose part it will be to attack the tepid and indifferent.

11. In the third rank we shall set up our own, to all appearance, opposition, which, in at least one of its organs [Nazism? – Ed], will present what looks like the very antipodes to us. Our real opponents at heart will accept this simulated opposition as their own and will show us their cards.

12. All our newspapers will be of all possible complexions—aristocratic, republican, revolutionary, even anarchical—for so long, of course, as the constitution exists . . . Like the Indian idol “Vishnu” they will have a hundred hands, and every one of them will have a finger on any one of the public opinions as required. When a pulse quickens these hands will lead opinion in the direction of our aims, for an excited patient loses all power of judgment and easily yields to suggestion. Those fools who will think they are repeating the opinion of a newspaper of their own camp will be repeating our opinion or any opinion that seems desirable for us. In the vain belief that they are following the organ of their party they will, in fact, follow the flag which we hang out for them.

13. In order to direct our newspaper militia in this sense we must take special and minute care in organizing this matter. Under the title of central department of the press we shall institute literary gatherings at which our agents will without attracting attention issue the orders and watchwords of the day. By discussing and controverting, but always superficially, without touching the essence of the matter, our organs will carry on a sham fight fusillade with the official newspapers solely for the purpose of giving occasion for us to express ourselves more fully than could well be done from the outset in official announcements, whenever, of course, that is to our advantage.

14. THESE ATTACKS UPON US WILL ALSO SERVE ANOTHER PURPOSE, NAMELY, THAT OUR SUBJECTS WILL BE CONVINCED TO THE EXISTENCE OF FULL FREEDOM OF SPEECH AND SO GIVE OUR AGENTS AN OCCASION TO AFFIRM THAT ALL ORGANS WHICH OPPOSE US ARE EMPTY BABBLERS, since they are incapable of finding any substantial objections to our orders.

ONLY LIES PRINTED

15. Methods of organization like these, imperceptible to the public eye but absolutely sure, are the best calculated to succeed in bringing the attention and the confidence of the public to the side of our government. Thanks to such methods we shall be in a position as from time to time may be required, to excite or to tranquillize the public mind on political questions, to persuade or to confuse, printing now truth, now lies, facts or their contradictions, according as they may be well or ill received, always very cautiously feeling our ground before stepping upon it . . . WE SHALL HAVE A SURE TRIUMPH OVER OUR OPPONENTS SINCE THEY WILL NOT HAVE AT THEIR DISPOSITION ORGANS OF THE PRESS IN WHICH THEY CAN GIVE FULL AND FINAL EXPRESSION TO THEIR VIEWS owing to the aforesaid methods of dealing with the press. We shall not even need to refute them except very superficially.

16. Trial shots like these, fired by us in the third rank of our press, in case of need, will be energetically refuted by us in our semi-official organs.

17. Even nowadays, already, to take only the French press, there are forms which reveal Masonic solidarity in acting on the watchword: all organs of the press are bound together by professional secrecy; like the augurs of old, not one of their numbers will give away the secret of his sources of information unless it be resolved to make announcement of them. Not one journalist will venture to betray this secret, for not one of them is ever admitted to practice literature unless his whole past has some disgraceful sore or other . . . These sores would be immediately revealed. So long as they remain the secret of a few the prestige of the journalist attracts the majority of the country—the mob follow after him with enthusiasm.

18. Our calculations are especially extended to the provinces. It is indispensable for us to inflame there those hopes and impulses with which we could at any moment fall upon the capital, and we shall represent to the capitals that these expressions are the independent hopes and impulses of the provinces. Naturally, the source of them will be always one and the same—ours. WHAT WE NEED IS THAT, UNTIL SUCH TIME AS WE ARE IN THE PLENITUDE POWER, THE CAPITALS SHOULD FIND THEMSELVES STIFLED BY THE PROVINCIAL OPINION OF THE NATIONS, I.E., OF A MAJORITY ARRANGED BY OUR AGENTUR. What we need is that at the psychological moment the capitals should not be in a position to discuss an accomplished fact for the simple reason, if for no other, that it has been accepted by the public opinion of a majority in the provinces.

19. WHEN WE ARE IN THE PERIOD OF THE NEW REGIME TRANSITIONAL TO THAT OF OUR ASSUMPTION OF FULL SOVEREIGNTY WE MUST NOT ADMIT ANY REVELATION BY THE PRESS OF ANY FORM OF PUBLIC DISHONESTY; IT IS NECESSARY THAT THE NEW REGIME SHOULD BE THOUGHT TO HAVE SO PERFECTLY CONTENDED EVERYBODY THAT EVEN CRIMINALITY HAS DISAPPEARED . . . Cases of the manifestation of criminality should remain known only to their victims and to chance witnesses—no more.

WORLD CONQUEST THROUGH WORLD JEWISH GOVERNMENT

THE PROTOCOLS

OF THE

LEARNED ELDERS

OF ZION

PROTOCOL No. 13

1. The need for daily bread forces the GOYIM to keep silence and be our humble servants. Agents taken on to our press from among the GOYIM will at our orders discuss anything which it is inconvenient for us to issue directly in official documents, and we meanwhile, quietly amid the din of the discussion so raised, shall simply take and carry through such measures as we wish and then offer them to the public as an accomplished fact. No one will dare to demand the abrogation of a matter once settled, all the more so as it will be represented as an improvement . . . And immediately the press will distract the current of thought towards, new questions, (have we not trained people always to be seeking something new?). Into the discussions of these new questions will throw themselves those of the brainless dispensers of fortunes who are not able even now to understand that they have not the remotest conception about the matters which they undertake to discuss. Questions of the political are unattainable for any save those who have guided it already for many ages, the creators.

2. From all this you will see that in securing the opinion of the mob we are only facilitating the working of our machinery, and you may remark that it is not for actions but for words issued by us on this or that question that we seem to seek approval. We are constantly making public declaration that we are guided in all our undertakings by the hope, joined to the conviction, that we are serving the common weal.

WE DECEIVE WORKERS

3. In order to distract people who may be too troublesome from discussions of questions of the political we are now putting forward what we allege to be new questions of the political, namely, questions of industry. In this sphere let them discuss themselves silly! The masses are agreed to remain inactive, to take a rest from what they suppose to be political (which we trained them to in order to use them as a means of combating the GOY governments) only on condition of being found new employments, in which we are prescribing them something that looks like the same political object. In order that the masses themselves may not guess what they are about WE FURTHER DISTRACT THEM WITH AMUSEMENTS, GAMES, PASTIMES, PASSIONS, PEOPLE’S PALACES . . . SOON WE SHALL BEGIN THROUGH THE PRESS TO PROPOSE COMPETITIONS IN ART, IN SPORT IN ALL KINDS: these interests will finally distract their minds from questions in which we should find ourselves compelled to oppose them. Growing more and more unaccustomed to reflect and form any opinions of their own, people will begin to talk in the same tone as we because we alone shall be offering them new directions for thought . . . of course through such persons as will not be suspected of solidarity with us.

4. The part played by the liberals, utopian dreamers, will be finally played out when our government is acknowledged. Till such time they will continue to do us good service. Therefore we shall continue to direct their minds to all sorts of vain conceptions of fantastic theories, new and apparently progressive: for have we not with complete success turned the brainless heads of the GOYIM with progress, till there is not among the GOYIM one mind able to perceive that under this word lies a departure from truth in all cases where it is not a question of material inventions, for truth is one, and in it there is no place for progress. Progress, like a fallacious idea, serves to obscure truth so that none may know it except us, the Chosen of God, its guardians.

5. When, we come into our kingdom our orators will expound great problems which have turned humanity upside down in order to bring it at the end under our beneficent rule.

6. Who will ever suspect then that ALL THESE PEOPLES WERE STAGE-MANAGED BY US ACCORDING TO A POLITICAL PLAN WHICH NO ONE HAS SO MUCH AS GUESSED AT IN THE COURSE OF MANY CENTURIES?

 

PROTOCOL No. 14

1. When we come into our kingdom it will be undesirable for us that there should exist any other religion than ours of the One God with whom our destiny is bound up by our position as the Chosen People and through whom our same destiny is united with the destinies of the world. We must therefore sweep away all other forms of belief. If this gives birth to the atheists whom we see to-day, it will not, being only a transitional stage, interfere with our views, but will serve as a warning for those generations which will hearken to our preaching of the religion of Moses, that, by its stable and thoroughly elaborated system has brought all the peoples of the world into subjection to us. Therein we shall emphasize its mystical right, on which, as we shall say, all its educative power is based …. Then at every possible opportunity we shall publish articles in which we shall make comparisons between our beneficent rule and those of past ages. The blessing of tranquillity, though it be a tranquillity forcibly brought about by centuries of agitation, will throw into higher relief the benefits to which we shall point. The errors of the GOYIM governments will be depicted by us in the most vivid hues. We shall implant such an abhorrence of them that the peoples will prefer tranquillity in a state of serfdom to those rights of vaunted freedom which have tortured humanity and exhausted the very sources of human existence, sources which have been exploited by a mob of rascally adventurers who know not what they do . . . USELESS CHANGES OF FORMS OF GOVERNMENT TO WHICH WE INSTIGATED THE “GOYIM” WHEN WE WERE UNDERMINING THEIR STATE STRUCTURES, WILL HAVE SO WEARIED THE PEOPLES BY THAT TIME THAT THEY WILL PREFER TO SUFFER ANYTHING UNDER US RATHER THAN RUN THE RISK OF ENDURING AGAIN ALL THE AGITATIONS AND MISERIES THEY HAVE GONE THROUGH. (This “religion of Moses,” the so-called “Oral Torah” or Babylonian Talmud, is the antithesis of Moses and the Prophets).

WE SHALL FORBID CHRIST

2. At the same time we shall not omit to emphasize the historical mistakes of the GOY governments which have tormented humanity for so many centuries by their lack of understanding of everything that constitutes the true good of humanity in their chase after fantastic schemes of social blessings, and have never noticed that these schemes kept on producing a worse and never a better state of the universal relations which are the basis of human life . . .

3. The whole force of our principles and methods will lie in the fact that we shall present them and expound them as a splendid contrast to the dead and decomposed old order of things in social life.

4. Our philosophers will discuss all the shortcomings of the various beliefs of the “GOYIM,” BUT NO ONE WILL EVER BRING UNDER DISCUSSION OUR FAITH FROM ITS TRUE POINT OF VIEW SINCE THIS WILL BE FULLY LEARNED BY NONE SAVE OURS WHO WILL NEVER DARE TO BETRAY ITS SECRETS.

5. IN COUNTRIES KNOWN AS PROGRESSIVE AND ENLIGHTENED WE HAVE CREATED A SENSELESS, FILTHY, ABOMINABLE LITERATURE. For some time after our entrance to power we shall continue to encourage its existence in order to provide a telling relief by contrast to the speeches, party program, which will be distributed from exalted quarters of ours . . . Our wise men, trained to become leaders of the GOYIM, will compose speeches, projects, memoirs, articles, which will be used by us to influence the minds of the GOYIM, directing them towards such understanding and forms of knowledge as have been determined by us.

 

PROTOCOL No. 15

1. When we at last definitely come into our kingdom by the aid of COUPS D’ETAT prepared everywhere for one and the same day, after definitely acknowledged (and not a little time will pass before that comes about, perhaps even a whole century) we shall make it our task to see that against us such things as plots shall no longer exist. With this purpose we shall slay without mercy all who take arms (in hand, like Waco? Randy Weaver? Port Arthur? Oklahoma?) to oppose our coming into our kingdom. Every kind of new institution of anything like a secret society will also be punished with death; those of them which are now in existence, are known to us, serve us and have served us, we shall disband and send into exile to continents far removed from Europe. IN THIS WAY WE SHALL PROCEED WITH THOSE “GOY” MASONS WHO KNOW TOO MUCH; such of these as we may for some reason spare will be kept in constant fear of exile. We shall promulgate a law making all former members of secret societies liable to exile from Europe as the centre of our rule.

2. Resolutions of our government will be final, without appeal.

3. In the GOY societies, in which we have planted and deeply rooted discord and Protestantism, the only possible way of restoring order is to employ merciless measures that prove the direct force of authority: no regard must be paid to the victims who fall, they suffer for the well-being of the future. The attainment of that well-being, even at the expense of sacrifices, is the duty of any kind of government that acknowledges as justification for its existence not only its privileges but its obligations. The principal guarantee of stability of rule is to confirm the aureole of power, and this aureole is attained only by such a majestic inflexibility of might as shall carry on its face the emblems of inviolability from mystical causes—from the choice of God. SUCH WAS, UNTIL RECENT TIMES, THE RUSSIAN AUTOCRACY, THE ONE AND ONLY SERIOUS FOE WE HAD IN THE WORLD, WITHOUT COUNTING THE PAPACY. Bear in mind the example when Italy, drenched with blood, never touched a hair of the head of Sulla who had poured forth that blood: Sulla enjoyed an apotheosis for his might in him, but his intrepid return to Italy ringed him round with inviolability. The people do not lay a finger on him who hypnotizes them by his daring and strength of mind.

SECRET SOCIETIES

4. Meantime, however, until we come into our kingdom, we shall act in the contrary way: we shall create and multiply free Masonic lodges in all the countries of the world, absorb into them all who may become or who are prominent in public activity, for these lodges we shall find our principal intelligence office and means of influence. All these lodges we shall bring under one central administration, known to us alone and to all others absolutely unknown, which will be composed of our learned elders. The lodges will have their representatives who will serve to screen the above-mentioned administration of MASONRY and from whom will issue the watchword and program. In these lodges we shall tie together the knot which binds together all revolutionary and liberal elements. Their composition will be made up of all strata of society. The most secret political plots will be known to us and fall under our guiding hands on the very day of their conception. AMONG THE MEMBERS OF THESE LODGES WILL BE ALMOST ALL THE AGENTS OF INTERNATIONAL AND NATIONAL POLICE since their service is for us irreplaceable in the respect that the police is in a position not only to use its own particular measures with the insubordinate, but also to screen our activities and provide pretexts for discontents, ET CETERA.

5. The class of people who most willingly enter into secret societies are those who live by their wits, careerists, and in general people, mostly light-minded, with whom we shall have no difficulty in dealing and in using to wind up the mechanism of the machine devised by us. If this world grows agitated the meaning of that will be that we have had to stir up in order to break up its too great solidarity. BUT IF THERE SHOULD ARISE IN ITS MIDST A PLOT, THEN AT THE HEAD OF THAT PLOT WILL BE NO OTHER THAN ONE OF OUR MOST TRUSTED SERVANTS. It is natural that we and no other should lead MASONIC activities, for we know whither we are leading, we know the final goal of every form of activity whereas the GOYIM have knowledge of nothing, not even of the immediate effect of action; they put before themselves, usually, the momentary reckoning of the satisfaction of their self-opinion in the accomplishment of their thought without even remarking that the very conception never belonged to their initiative but to our instigation of their thought . . .

GENTILES ARE STUPID

6. The GOYIM enter the lodges out of curiosity or in the hope by their means to get a nibble at the public pie, and some of them in order to obtain a hearing before the public for their impracticable and groundless fantasies: they thirst for the emotion of success and applause, of which we are remarkably generous. And the reason why we give them this success is to make use of the high conceit of themselves to which it gives birth, for that insensibly disposes them to assimilate our suggestions without being on their guard against them in the fullness of their confidence that it is their own infallibility which is giving utterance to their own thoughts and that it is impossible for them to borrow those of others . . . You cannot imagine to what extent the wisest of the GOYIM can be brought to a state of unconscious naivete in the presence of this condition of high conceit of themselves, and at the same time how easy it is to take the heart out of them by the slightest ill-success, though it be nothing more than the stoppage of the applause they had, and to reduce them to a slavish submission for the sake of winning a renewal of success …. BY SO MUCH AS OURS DISREGARD SUCCESS IF ONLY THEY CAN CARRY THROUGH THEIR PLANS, BY SO MUCH THE “GOYIM” ARE WILLING TO SACRIFICE ANY PLANS ONLY TO HAVE SUCCESS. This psychology of theirs materially facilitates for us the task of setting them in the required direction. These tigers in appearance have the souls of sheep and the wind blows freely through their heads. We have set them on the hobby-horse of an idea about the absorption of individuality by the symbolic unit of COLLECTIVISM . . . They have never yet and they never will have the sense to reflect that this hobby-horse is a manifest violation of the most important law of nature, which has established from the very creation of the world one unit unlike another and precisely for the purpose of instituting individuality . . .

7. If we have been able to bring them to such a pitch of stupid blindness is it not a proof, and an amazingly clear proof, of the degree to which the mind of the GOYIM is undeveloped in comparison with our mind? This it is, mainly, which guarantees our success.

GENTILES ARE CATTLE

8. And how far-seeing were our learned elders in ancient times when they said that to attain a serious end it behoves not to stop at any means or to count the victims sacrificed for the sake of that end . . . We have not counted the victims of the seed of the GOY cattle, though we have sacrificed many of our own, but for that we have now already given them such a position on the earth as they could not even have dreamed of. The comparatively small numbers of the victims from the number of ours have preserved our nationality from destruction.

9. Death is the inevitable end for all. It is better to bring that end nearer to those who hinder our affairs than to ourselves, to the founders of this affair. WE EXECUTE MASONS IN SUCH WISE THAT NONE SAVE THE BROTHERHOOD CAN EVER HAVE A SUSPICION OF IT, NOT EVEN THE VICTIMS THEMSELVES OF OUR DEATH SENTENCE, THEY ALL DIE WHEN REQUIRED AS IF FROM A NORMAL KIND OF ILLNESS . . . Knowing this, even the brotherhood in its turn dare not protest. By such methods we have plucked out of the midst of MASONRY the very root of protest against our disposition. While preaching liberalism to the GOY we at the same time keep our own people and our agents in a state of unquestioning submission.

10. Under our influence the execution of the laws of the GOYIM has been reduced to a minimum. The prestige of the law has been exploded by the liberal interpretations introduced into this sphere. In the most important and fundamental affairs and questions, JUDGES DECIDE AS WE DICTATE TO THEM, see matters in the light wherewith we enfold them for the administration of the GOYIM, of course, through persons who are our tools though we do not appear to have anything in common with them— by newspaper opinion or by other means . . . Even senators and the higher administration accept our counsels. The purely brute mind of the GOYIM is incapable of use for analysis and observation, and still more for the foreseeing whither a certain manner of setting a question may tend.

11. In this difference in capacity for thought between the GOYIM and ourselves may be clearly discerned the seal of our position as the Chosen People and of our higher quality of humanness, in contradistinction to the brute mind of the GOYIM. Their eyes are open, but see nothing before them and do not invent (unless perhaps, material things). From this it is plain that nature herself has destined us to guide and rule the world.

WE DEMAND SUBMISSION

12. When comes the time of our overt rule, the time to manifest its blessing, we shall remake all legislatures, all our laws will be brief, plain, stable, without any kind of interpretations, so that anyone will be in a position to know them perfectly. The main feature which will run right through them is submission to orders, and this principle will be carried to a grandiose height. Every abuse will then disappear in consequence of the responsibility of all down to the lowest unit before the higher authority of the representative of power. Abuses of power subordinate to this last instance will be so mercilessly punished that none will be found anxious to try experiments with their own powers. We shall follow up jealously every action of the administration on which depends the smooth running of the machinery of the State, for slackness in this produces slackness everywhere; not a single case of illegality or abuse of power will be left without exemplary punishment.

13. Concealment of guilt, connivance between those in the service of the administration— all this kind of evil will disappear after the very first examples of severe punishment. The aureole of our power demands suitable, that is, cruel, punishments for the slightest infringement, for the sake of gain, of its supreme prestige. The sufferer, though his punishment may exceed his fault, will count as a soldier falling on the administrative field of battle in the interests of authority, principle and law, which do not permit that any of those who hold the reins of the public coach should turn aside from the public highway to their own private paths. FOR EXAMPLES OUR JUDGES WILL KNOW THAT WHENEVER THEY FEEL DISPOSED TO PLUME THEMSELVES ON FOOLISH CLEMENCY THEY ARE VIOLATING THE LAW OF JUSTICE WHICH IS INSTITUTED FOR THE EXEMPLARY EDIFICATION OF MEN BY PENALTIES FOR LAPSES AND NOT FOR DISPLAY OF THE SPIRITUAL QUALITIES OF THE JUDGES . . . Such qualities it is proper to show in private life, but not in a public square which is the educational basis of human life.

14. Our legal staff will serve not beyond the age of 55, firstly because old men more obstinately hold to prejudiced opinions, and are less capable of submitting to new directions, and secondly because this will give us the possibility by this measure of securing elasticity in the changing of staff, which will thus the more easily bend under our pressure: he who wishes to keep his place will have to give blind obedience to deserve it. In general, our judges will be elected by us only from among those who thoroughly understand that the part they have to play is to punish and apply laws and not to dream about the manifestations of liberalism at the expense of the educational scheme of the State, as the GOYIM in these days imagine it to be . . . This method of shuffling the staff will serve also to explode any collective solidarity of those in the same service and will bind all to the interests of the government upon which their fate will depend. The young generation of judges will be trained in certain views regarding the inadmissibility of any abuses that might disturb the established order of our subjects among themselves.

15. In these days the judges of the GOYIM create indulgences to every kind of crimes, not having a just understanding of their office, because the rulers of the present age in appointing judges to office take no care to inculcate in them a sense of duty and consciousness of the matter which is demanded of them. As a brute beast lets out its young in search of prey, so do the GOYIM give to them for what purpose such place was created. This is the reason why their governments are being ruined by their own forces through the acts of their own administration.

16. Let us borrow from the example of the results of these actions yet another lesson for our government.

17. We shall root out liberalism from all the important strategic posts of our government on which depends the training of subordinates for our State structure. Such posts will fall exclusively to those who have been trained by us for administrative rule. To the possible objection that the retirement of old servants will cost the Treasury heavily, I reply, firstly, they will be provided with some private service in place of what they lose, and, secondly, I have to remark that all the money in the world will be concentrated in our hands, consequently it is not our government that has to fear expense.

WE SHALL BE CRUEL

18. Our absolutism will in all things be logically consecutive and therefore in each one of its decrees our supreme will must be respected and unquestionably fulfilled: it will ignore all murmurs, all discontents of every kind and will destroy to the root every kind of manifestation of them in act by punishment of an exemplary character.

19. We shall abolish the right of appeal, which will be transferred exclusively to our disposal—to the cognizance of him who rules, for we must not allow the conception among the people of a thought that there could be such a thing as a decision that is not right of judges set up by us. If, however, anything like this should occur, we shall ourselves quash the decision, but inflict therewith such exemplary punishment on the judge for lack of understanding of his duty and the purpose of his appointment as will prevent a repetition of such cases . . . I repeat that it must be born in mind that we shall know every step of our administration which only needs to be closely watched for the people to be content with us, for it has the right to demand from a good government a good official.

20. OUR GOVERNMENT WILL HAVE THE APPEARANCE OF A PATRIARCHAL PATERNAL GUARDIANSHIP ON THE PART OF OUR RULER. Our own nation and our subjects will discern in his person a father caring for their every need, their every act, their every interrelation as subjects one with another, as well as their relations to the ruler. They will then be so thoroughly imbued with the thought that it is impossible for them to dispense with this wardship and guidance, if they wish to live in peace and quiet, THAT THEY WILL ACKNOWLEDGE THE AUTOCRACY OF OUR RULER WITH A DEVOTION BORDERING ON “APOTHEOSIS,” especially when they are convinced that those whom we set up do not put their own in place of authority, but only blindly execute his dictates. They will be rejoiced that we have regulated everything in their lives as is done by wise parents who desire to train children in the cause of duty and submission. For the peoples of the world in regard to the secrets of our polity are ever through the ages only children under age, precisely as are also their governments.

21. As you see, I found our despotism on right and duty: the right to compel the execution of duty is the direct obligation of a government which is a father for its subjects. It has the right of the strong that it may use it for the benefit of directing humanity towards that order which is defined by nature, namely, submission. Everything in the world is in a state of submission, if not to man, then to circumstances or its own inner character, in all cases, to what is stronger. And so shall we be this something stronger for the sake of good.

22. We are obliged without hesitation to sacrifice individuals, who commit a breach of established order, for in the exemplary punishment of evil lies a great educational problem.

23. When the King of Israel sets upon his sacred head the crown offered him by Europe he will become patriarch of the world. The indispensable victims offered by him in consequence of their suitability will never reach the number of victims offered in the course of centuries by the mania of magnificence, the emulation between the GOY governments.

24. Our King will be in constant communion with the peoples, making to them from the tribune speeches which fame will in that same hour distribute over all the world.

PROTOCOL No. 16

1. In order to effect the destruction of all collective forces except ours we shall emasculate the first stage of collectivism—the UNIVERSITIES, by re-educating them in a new direction. THEIR OFFICIALS AND PROFESSORS WILL BE PREPARED FOR THEIR BUSINESS BY DETAILED SECRET PROGRAMS OF ACTION FROM WHICH THEY WILL NOT WITH IMMUNITY DIVERGE, NOT BY ONE IOTA. THEY WILL BE APPOINTED WITH ESPECIAL PRECAUTION, AND WILL BE SO PLACED AS TO BE WHOLLY DEPENDENT UPON THE GOVERNMENT.

2. We shall exclude from the course of instruction State Law as also all that concerns the political question. These subjects will be taught to a few dozen of persons chosen for their pre-eminent capacities from among the number of the initiated. THE UNIVERSITIES MUST NO LONGER SEND OUT FROM THEIR HALLS MILK SOPS CONCOCTING PLANS FOR A CONSTITUTION, LIKE A COMEDY OR A TRAGEDY, BUSYING THEMSELVES WITH QUESTIONS OF POLICY IN WHICH EVEN THEIR OWN FATHERS NEVER HAD ANY POWER OF THOUGHT.

3. The ill-guided acquaintance of a large number of persons with questions of polity creates utopian dreamers and bad subjects, as you can see for yourselves from the example of the universal education in this direction of the GOYIM. We must introduce into their education all those principles which have so brilliantly broken up their order. But when we are in power we shall remove every kind of disturbing subject from the course of education and shall make out of the youth obedient children of authority, loving him who rules as the support and hope of peace and quiet.

WE SHALL CHANGE HISTORY

4. Classicism as also any form of study of ancient history, in which there are more bad than good examples, we shall replace with the study of the program of the future. We shall erase from the memory of men all facts of previous centuries which are undesirable to us, and leave only those which depict all the errors of the government of the GOYIM. The study of practical life, of the obligations of order, of the relations of people one to another, of avoiding bad and selfish examples, which spread the infection of evil, and similar questions of an educative nature, will stand in the forefront of the teaching program, which will be drawn up on a separate plan for each calling or state of life, in no wise generalizing the teaching. This treatment of the question has special importance.

5. Each state of life must be trained within strict limits corresponding to its destination and work in life. The OCCASIONAL GENIUS HAS ALWAYS MANAGED AND ALWAYS WILL MANAGE TO SLIP THROUGH INTO OTHER STATES OF LIFE, BUT IT IS THE MOST PERFECT FOLLY FOR THE SAKE OF THIS RARE OCCASIONAL GENIUS TO LET THROUGH INTO RANKS FOREIGN TO THEM THE UNTALENTED WHO THUS ROB OF THEIR PLACES THOSE WHO BELONG TO THOSE RANKS BY BIRTH OR EMPLOYMENT. YOU KNOW YOURSELVES IN WHAT ALL THIS HAS ENDED FOR THE “GOYIM” WHO ALLOWED THIS CRYING ABSURDITY.

6. In order that he who rules may be seated firmly in the hearts and minds of his subjects it is necessary for the time of his activity to instruct the whole nation in the schools and on the market places about this meaning and his acts and all his beneficent initiatives.

7. We shall abolish every kind of freedom of instruction. Learners of all ages have the right to assemble together with their parents in the educational establishments as it were in a club: during these assemblies, on holidays, teachers will read what will pass as free lectures on questions of human relations, of the laws of examples, of the philosophy of new theories not yet declared to the world. These theories will be raised by us to the stage of a dogma of faith as a traditional stage towards our faith. On the completion of this exposition of our program of action in the present and the future I will read you the principles of these theories.

8. In a word, knowing by the experience of many centuries that people live and are guided by ideas, that these ideas are imbibed by people only by the aid of education provided with equal success for all ages of growth, but of course by varying methods, we shall swallow up and confiscate to our own use the last scintilla of independence of thought, which we have for long past been directing towards subjects and ideas useful for us. The system of bridling thought is already at work in the so-called system of teaching by OBJECT LESSONS, the purpose of which is to turn the GOYIM into unthinking submissive brutes waiting for things to be presented before their eyes in order to form an idea of them . . . In France, one of our best agents, Bourgeois, has already made public a new program of teaching by object lessons.

WORLD CONQUEST THROUGH WORLD JEWISH GOVERNMENT

THE PROTOCOLS

OF THE

LEARNED ELDERS

OF ZION

PROTOCOL No. 17

1. The practice of advocacy produces men cold, cruel, persistent, unprincipled, who in all cases take up an impersonal, purely legal standpoint. They have the inveterate habit to refer everything to its value for the defense and not to the public welfare of its results. They do not usually decline to undertake any defense whatever, they strive for an acquittal at all costs, caviling over every petty crux of jurisprudence and thereby they demoralize justice. For this reason we shall set this profession into narrow frames which will keep it inside this sphere of executive public service. Advocates, equally with judges, will be deprived of the right of communication with litigants; they will receive business only from the court and will study it by notes of report and documents, defending their clients after they have been interrogated in court on facts that have appeared. They will receive an honorarium without regard to the quality of the defense. This will render them mere reporters on law-business in the interests of justice and as counterpoise to the proctor who will be the reporter in the interests of prosecution; this will shorten business before the courts. In this way will be established a practice of honest unprejudiced defense conducted not from personal interest but by conviction. This will also, by the way, remove the present practice of corrupt bargain between advocation to agree only to let that side win which pays most . . .

WE SHALL DESTROY THE CLERGY

2. WE HAVE LONG PAST TAKEN CARE TO DISCREDIT THE PRIESTHOOD OF THE “GOYIM,” and thereby to ruin their mission on earth which in these days might still be a great hindrance to us. Day by day its influence on the peoples of the world is falling lower. FREEDOM OF CONSCIENCE HAS BEEN DECLARED EVERYWHERE, SO THAT NOW ONLY YEARS DIVIDE US FROM THE MOMENT OF THE COMPLETE WRECKING OF THAT CHRISTIAN RELIGION: as to other religions we shall have still less difficulty in dealing with them, but it would be premature to speak of this now. We shall set clericalism and clericals into such narrow frames as to make their influence move in retrogressive proportion to its former progress.

3. When the time comes finally to destroy the papal court the finger of an invisible hand will point the nations towards this court. When, however, the nations fling themselves upon it, we shall come forward in the guise of its defenders as if to save excessive bloodshed. By this diversion we shall penetrate to its very bowels and be sure we shall never come out again until we have gnawed through the entire strength of this place. (Karl Rothschild acted as “peacemaker” between the Vatican and her enemies, loaning the Vatican five million pounds in a period of difficulty. Gregory XVI conferred a Papal decoration on Kalman Rothschild since when Rothschilds have been “Guardians of the Vatican Treasury”).

4. THE KING OF THE JEWS WILL BE THE REAL POPE OF THE UNIVERSE, THE PATRIARCH OF THE INTERNATIONAL CHURCH

5. But, IN THE MEANTIME, while we are re-educating youth in new traditional religions and afterwards in ours, WE SHALL NOT OVERTLY LAY A FINGER ON EXISTING CHURCHES, BUT WE SHALL FIGHT AGAINST THEM BY CRITICISM CALCULATED TO PRODUCE SCHISM . . .

6. In general, then, our contemporary press will continue to CONVICT State affairs, religions, incapacities of the GOYIM, always using the most unprincipled expressions in order by every means to lower their prestige in the manner which can only be practiced by the genius of our gifted tribe . . . (Calling the Jim Jones massacre in Guyana a mass suicide, not a C.I.A./MK-ULTRA/U.S. Government massacre? Denying the massacre of the Branch Dravidian sect at Waco, Texas, was a needless and deliberate massacre by the B.A.T.F./F.B.I/C.I.A/U.S. Government).

7. Our kingdom will be an apologia of the divinity Vishnu, in whom is found its personification—in our hundred hands will be, one in each, the springs of the machinery of social life. We shall see everything without the aid of official police which, in that scope of its rights which we elaborated for the use of the GOYIM, hinders governments from seeing. In our programs ONE-THIRD OF OUR SUBJECTS WILL KEEP THE REST UNDER OBSERVATION from a sense of duty, on the principle of volunteer service to the State. It will then be no disgrace to be a spy and informer, but a merit: unfounded denunciations, however, will be cruelly punished that there may be no development of abuses of this right.

8. Our agents will be taken from the higher as well as the lower ranks of society, from among the administrative class who spend their time in amusements, editors, printers and publishers, booksellers, clerks, and salesmen, workmen, coachmen, lackeys, et cetera. This body, having no rights and not being empowered to take any action on their own account, and consequently a police without any power, will only witness and report: verification of their reports and arrests will depend upon a responsible group of controllers of police affairs, while the actual act of arrest will be performed by the gendarmerie and the municipal police. Any person not denouncing anything seen or heard concerning questions of polity will also be charged with and made responsible for concealment, if it be proved that he is guilty of this crime.

9. JUST AS NOWADAYS OUR BRETHREN, ARE OBLIGED AT THEIR OWN RISK TO DENOUNCE TO THE KAHAL APOSTATES OF THEIR OWN FAMILY or members who have been noticed doing anything in opposition to the KAHAL, SO IN OUR KINGDOM OVER ALL THE WORLD IT WILL BE OBLIGATORY FOR ALL OUR SUBJECTS TO OBSERVE THE DUTY OF SERVICE TO THE STATE IN THIS DIRECTION.

10. Such an organization will extirpate abuses of authority, of force, of bribery, everything in fact which we by our counsels, by our theories of the superhuman rights of man, have introduced into the customs of the GOYIM . . . But how else were we to procure that increase of causes predisposing to disorders in the midst of their administration? . . . Among the number of those methods one of the most important is—agents for the restoration of order, so placed as to have the opportunity in their disintegrating activity of developing and displaying their evil inclinations—obstinate self-conceit, irresponsible exercise of authority, and, first and foremost, venality. (Janet Reno? B.A.T.F.? C.I.A.?)

 

PROTOCOL No. 18

1. When it becomes necessary for us to strengthen the strict measures of secret defense (the most fatal poison for the prestige of authority) we shall arrange a simulation of disorders or some manifestation of discontents finding expression through the co-operation of good speakers. Round these speakers will assemble all who are sympathetic to his utterances. This will give us the pretext for domiciliary prerequisitions and surveillance on the part of our servants from among the number of the GOYIM police . . . (Australia’s One Nation Party? A.D.L./B’nai B’rith activities against the peace?)

2. As the majority of conspirators act out of love for the game, for the sake of talking, so, until they commit some overt act we shall not lay a finger on them but only introduce into their midst observation elements . . . It must be remembered that the prestige of authority is lessened if it frequently discovers conspiracies against itself: this implies a presumption of consciousness of weakness, or, what is still worse, of injustice. You are aware that we have broken the prestige of the GOY kings by frequent attempts upon their lives through our agents, blind sheep of our flock, who are easily moved by a few liberal phrases to crimes provided only they be painted in political colors. WE HAVE COMPELLED THE RULERS TO ACKNOWLEDGE THEIR WEAKNESS IN ADVERTISING OVERT MEASURES OF SECRET DEFENSE AND THEREBY WE SHALL BRING THE PROMISE OF AUTHORITY TO DESTRUCTION.

3. Our ruler will be secretly protected only by the most insignificant guard, because we shall not admit so much as a thought that there could exist against him any sedition with which he is not strong enough to contend and is compelled to hide from it.

4. If we should admit this thought, as the GOYIM have done and are doing, we should IPSO FACTO be signing a death sentence, if not for our ruler, at any rate for his dynasty, at no distant date.

GOVERNMENT BY FEAR

5. According to strictly enforced outward appearances our ruler will employ his power only for the advantage of the nation and in no wise for his own or dynastic profits. Therefore, with the observance of this decorum, his authority will be respected and guarded by the subjects themselves, it will receive an apotheosis in the admission that with it is bound up the well-being of every citizen of the State, for upon it will depend all order in the common life of the pack . . .

6. OVERT DEFENSE OF THE KIND ARGUES WEAKNESS IN THE ORGANIZATION OF HIS STRENGTH.

7. Our ruler will always be among the people and be surrounded by a mob of apparently curious men and women, who will occupy the front ranks about him, to all appearance by chance, and will restrain the ranks of the rest out of respect as it will appear for good order. This will sow an example of restraint also in others. If a petitioner appears among the people trying to hand a petition and forcing his way through the ranks, the first ranks must receive the petition and before the eyes of the petitioner pass it to the ruler, so that all may know that what is handed in reaches its destination, that consequently, there exists a control of the ruler himself. The aureole of power requires for his existence that the people may be able to say: “If the king knew of this,” or: “the king will hear it.”

8. WITH THE ESTABLISHMENT OF OFFICIAL DEFENSE, THE MYSTICAL PRESTIGE OF AUTHORITY DISAPPEARS: given a certain audacity, and everyone counts himself master of it, the sedition-monger is conscious of his strength, and when occasion serves watches for the moment to make an attempt upon authority . . . For the GOYIM we have been preaching something else, but by that very fact we are enabled to see what measures of overt defense have brought them to . . .

9. CRIMINALS WITH US WILL BE ARRESTED AT THE FIRST, more or less, well-grounded SUSPICION: it cannot be allowed that out of fear of a possible mistake an opportunity should be given of escape to persons suspected of a political lapse of crime, for in these matters we shall be literally merciless. If it is still possible, by stretching a point, to admit a reconsideration of the motive causes in simple crimes, there is no possibility of excuse for persons occupying themselves with questions in which nobody except the government can understand anything . . . And it is not all governments that understand true policy.

 

PROTOCOL No. 19

1. If we do not permit any independent dabbling in the political we shall on the other hand encourage every kind of report or petition with proposals for the government to examine into all kinds of projects for the amelioration of the condition of the people; this will reveal to us the defects or else the fantasies of our subjects, to which we shall respond either by accomplishing them or by a wise rebuttment to prove the shortsightedness of one who judges wrongly.

2. Sedition-mongering is nothing more than the yapping of a lap-dog at an elephant. For a government well organized, not from the police but from the public point of view, the lap-dog yaps at the elephant in entire unconsciousness of its strength and importance. It needs no more than to take a good example to show the relative importance of both and the lap-dogs will cease to yap and will wag their tails the moment they set eyes on an elephant.

3. In order to destroy the prestige of heroism for political crime we shall send it for trial in the category of thieving, murder, and every kind of abominable and filthy crime. Public opinion will then confuse in its conception this category of crime with the disgrace attaching to every other and will brand it with the same contempt.

4. We have done our best, and I hope we have succeeded to obtain that the GOYIM should not arrive at this means of contending with sedition. It was for this reason that through the Press and in speeches, indirectly—in cleverly compiled school-books on history, we have advertised the martyrdom alleged to have been accredited by sedition-mongers for the idea of the commonweal. This advertisement has increased the contingent of liberals and has brought thousands of GOYIM into the ranks of our livestock cattle.

 

PROTOCOL No. 20

1. To-day we shall touch upon the financial program, which I put off to the end of my report as being the most difficult, the crowning and the decisive point of our plans. Before entering upon it I will remind you that I have already spoken before by way of a hint when I said that the sum total of our actions is settled by the question of figures.

2. When we come into our kingdom our autocratic government will avoid, from a principle of self-preservation, sensibly burdening the masses of the people with taxes, remembering that it plays the part of father and protector. But as State organization cost dear it is necessary nevertheless to obtain the funds required for it. It will, therefore, elaborate with particular precaution the question of equilibrium in this matter.

3. Our rule, in which the king will enjoy the legal fiction that everything in his State belongs to him (which may easily be translated into fact), will be enabled to resort to the lawful confiscation of all sums of every kind for the regulation of their circulation in the State. From this follows that taxation will best be covered by a progressive tax on property. In this manner the dues will be paid without straitening or ruining anybody in the form of a percentage of the amount of property. The rich must be aware that it is their duty to place a part of their superfluities at the disposal of the State since the State guarantees them security of possession of the rest of their property and the right of honest gains, I say honest, for the control over property will do away with robbery on a legal basis.

4. This social reform must come from above, for the time is ripe for it—it is indispensable as a pledge of peace.

WE SHALL DESTROY CAPITAL

5. The tax upon the poor man is a seed of revolution and works to the detriment of the State which in hunting after the trifling is missing the big. Quite apart from this, a tax on capitalists diminishes the growth of wealth in private hands in which we have in these days concentrated it as a counterpoise to the government strength of the GOYIM—their State finances.

6. A tax increasing in a percentage ratio to capital will give much larger revenue than the present individual or property tax, which is useful to us now for the sole reason that it excites trouble and discontent among the GOYIM. (Now we know the purpose of the 16th Amendment!!)

7. The force upon which our king will rest consists in the equilibrium and the guarantee of peace, for the sake of which things it is indispensable that the capitalists should yield up a portion of their incomes for the sake of the secure working of the machinery of the State. State needs must be paid by those who will not feel the burden and have enough to take from.

8. Such a measure will destroy the hatred of the poor man for the rich, in whom he will see a necessary financial support for the State, will see in him the organizer of peace and well-being since he will see that it is the rich man who is paying the necessary means to attain these things.

9. In order that payers of the educated classes should not too much distress themselves over the new payments they will have full accounts given them of the destination of those payments, with the exception of such sums as will be appropriated for the needs of the throne and the administrative institutions.

10. He who reigns will not have any properties of his own once all in the State represented his patrimony, or else the one would be in contradiction to the other; the fact of holding private means would destroy the right of property in the common possessions of all.

11. Relatives of him who reigns, his heirs excepted, who will be maintained by the resources of the State, must enter the ranks of servants of the State or must work to obtain the right to property; the privilege of royal blood must not serve for the spoiling of the treasury.

12. Purchase, receipt of money or inheritance will be subject to the payment of a stamp progressive tax. Any transfer of property, whether money or other, without evidence of payment of this tax which will be strictly registered by names, will render the former holder liable to pay interest on the tax from the moment of transfer of these sums up to the discovery of his evasion of declaration of the transfer. Transfer documents must be presented weekly at the local treasury office with notifications of the name, surname and permanent place of residence of the former and the new holder of the property. This transfer with register of names must begin from a definite sum which exceeds the ordinary expenses of buying and selling necessaries, and these will be subject to payment only by a stamp impost of a definite percentage of the unit.

13. Just strike an estimate of how many times such taxes as these will cover the revenue of the GOYIM States.

WE CAUSE DEPRESSIONS

14. The State exchequer will have to maintain a definite complement of reserve sums, and all that is collected above that complement must be returned into circulation. On these sums will be organized public works. The initiative in works of this kind, proceeding from State sources, will bind the working class firmly to the interests of the State and to those who reign. From these same sums also a part will be set aside as rewards of inventiveness and productiveness.

15. On no account should so much as a single unit above the definite and freely estimated sums be retained in the State Treasuries, for money exists to be circulated and any kind of stagnation of money acts ruinously on the running of the State machinery, for which it is the lubricant; a stagnation of the lubricant may stop the regular working of the mechanism.

16. The substitution of interest-bearing paper for a part of the token of exchange has produced exactly this stagnation. The consequences of this circumstance are already sufficiently noticeable.

17. A court of account will also be instituted by us, and in it the ruler will find at any moment a full accounting for State income and expenditure, with the exception of the current monthly account, not yet made up, and that of the preceding month, which will not yet have been delivered.

18. The one and only person who will have no interest in robbing the State is its owner, the ruler. This is why his personal control will remove the possibility of leakages or extravagances.

19. The representative function of the ruler at receptions for the sake of etiquette, which absorbs so much invaluable time, will be abolished in order that the ruler may have time for control and consideration. His power will not then be split up into fractional parts among time-serving favorites who surround the throne for its pomp and splendor, and are interested only in their own and not in the common interests of the State.

20. Economic crises have been produced by us for the GOYIM by no other means than the withdrawal of money from circulation. Huge capitals have stagnated, withdrawing money from States, which were constantly obliged to apply to those same stagnant capitals for loans. These loans burdened the finances of the State with the payment of interest and made them the bond slaves of these capitals . . . The concentration of industry in the hands of capitalists out of the hands of small masters has drained away all the juices of the peoples and with them also the States . . . (Now we know the purpose of the Federal Reserve Bank Corporation!!)

21. The present issue of money in general does not correspond with the requirements per head, and cannot therefore satisfy all the needs of the workers. The issue of money ought to correspond with the growth of population and thereby children also must absolutely be reckoned as consumers of currency from the day of their birth. The revision of issue is a material question for the whole world.

22. YOU ARE AWARE THAT THE GOLD STANDARD HAS BEEN THE RUIN OF THE STATES WHICH ADOPTED IT, FOR IT HAS NOT BEEN ABLE TO SATISFY THE DEMANDS FOR MONEY, THE MORE SO THAT WE HAVE REMOVED GOLD FROM CIRCULATION AS FAR AS POSSIBLE.

GENTILE STATES BANKRUPT

23. With us the standard that must be introduced is the cost of working-man power, whether it be reckoned in paper or in wood. We shall make the issue of money in accordance with the normal requirements of each subject, adding to the quantity with every birth and subtracting with every death.

24. The accounts will be managed by each department (the French administrative division), each circle.

25. In order that there may be no delays in the paying out of money for State needs the sums and terms of such payments will be fixed by decree of the ruler; this will do away with the protection by a ministry of one institution to the detriment of others.

26. The budgets of income and expenditure will be carried out side by side that they may not be obscured by distance one to another.

27. The reforms projected by us in the financial institutions and principles of the GOYIM will be clothed by us in such forms as will alarm nobody. We shall point out the necessity of reforms in consequence of the disorderly darkness into which the GOYIM by their irregularities have plunged the finances. The first irregularity, as we shall point out, consists in their beginning with drawing up a single budget which year after year grows owing to the following cause: this budget is dragged out to half the year, then they demand a budget to put things right, and this they expend in three months, after which they ask for a supplementary budget, and all this ends with a liquidation budget. But, as the budget of the following year is drawn up in accordance with the sum of the total addition, the annual departure from the normal reaches as much as 50 per cent in a year, and so the annual budget is trebled in ten years. Thanks to such methods, allowed by the carelessness of the GOY States, their treasuries are empty. The period of loans supervenes, and that has swallowed up remainders and brought all the GOY States to bankruptcy. (The United States was declared “bankrupt” at the Geneva Convention of 1929! [see 31 USC 5112, 5118, and 5119).

28. You understand perfectly that economic arrangements of this kind, which have been suggested to the GOYIM by us, cannot be carried on by us.

29. Every kind of loan proves infirmity in the State and a want of understanding of the rights of the State. Loans hang like a sword of Damocles over the heads of rulers, who, instead of taking from their subjects by a temporary tax, come begging with outstretched palm to our bankers. Foreign loans are leeches which there is no possibility of removing from the body of the State until they fall off of themselves or the State flings them off. But the GOY States do not tear them off; they go on in persisting in putting more on to themselves so that they must inevitably perish, drained by voluntary blood-letting.

TYRANNY OF USURY

30. What also indeed is, in substance, a loan, especially a foreign loan? A loan is—an issue of government bills of exchange containing a percentage obligation commensurate to the sum of the loan capital. If the loan bears a charge of 5 per cent, then in twenty years the State vainly pays away in interest a sum equal to the loan borrowed, in forty years it is paying a double sum, in sixty—treble, and all the while the debt remains an unpaid debt.

31. From this calculation it is obvious that with any form of taxation per head the State is baling out the last coppers of the poor taxpayers in order to settle accounts with wealthy foreigners, from whom it has borrowed money instead of collecting these coppers for its own needs without the additional interest.

32. So long as loans were internal the GOYIM only shuffled their money from the pockets of the poor to those of the rich, but when we bought up the necessary persons in order to transfer loans into the external sphere, (Woodrow Wilson and F.D. Roosevelt) all the wealth of States flowed into our cash-boxes and all the GOYIM began to pay us the tribute of subjects.

33. If the superficiality of GOY kings on their thrones in regard to State affairs and the venality of ministers or the want of understanding of financial matters on the part of other ruling persons have made their countries debtors to our treasuries to amounts quite impossible to pay it has not been accomplished without, on our part, heavy expenditure of trouble and money.

34. Stagnation of money will not be allowed by us and therefore there will be no State interest-bearing paper, except a one per-cent series, so that there will be no payment of interest to leeches that suck all the strength out of the State. The right to issue interest-bearing paper will be given exclusively to industrial companies who find no difficulty in paying interest out of profits, whereas the State does not make interest on borrowed money like these companies, for the State borrows to spend and not to use in operations. (Now we know why President Kennedy was assassinated in 1963 when he refused to borrow any more of the “Bank Notes” from the bankers of the Federal Reserve Bank and began circulating non-interest bearing “Notes” of the “United States of America”!!!).

35. Industrial paper will be bought also by the government which from being as now a payer of tribute by loan operations will be transformed into a lender of money at a profit. This measure will stop the stagnation of money, parasitic profits and idleness, all of which were useful for us among the GOYIM so long as they were independent but are not desirable under our rule.

36. How clear is the undeveloped power of thought of the purely brute brains of the GOYIM, as expressed in the fact that they have been borrowing from us with payment of interest without ever thinking that all the same these very moneys plus an addition for payment of interest must be got by them from their own State pockets in order to settle up with us. What could have been simpler than to take the money they wanted from their own people?

37. But it is a proof of the genius of our chosen mind that we have contrived to present the matter of loans to them in such a light that they have even seen in them an advantage for themselves.

38. Our accounts, which we shall present when the time comes, in the light of centuries of experience gained by experiments made by us on the GOY States, will be distinguished by clearness and definiteness and will show at a glance to all men the advantage of our innovations. They will put an end to those abuses to which we owe our mastery over the GOYIM, but which cannot be allowed in our kingdom.

39. We shall so hedge about our system of accounting that neither the ruler nor the most insignificant public servant will be in a position to divert even the smallest sum from its destination without detection or to direct it in another direction except that which will be once fixed in a definite plan of action. (Is this why a “private corporation,” known as the “Internal Revenue Service,” is in charge of collecting the “payments” of the “Income Taxes” and the IRS always deposits those “payments” to the Federal Reserve bank and never to the Treasury of the United States??)

40. And without a definite plan it is impossible to rule. Marching along an undetermined road and with undetermined resources brings to ruin by the way heroes and demi-gods.

41. The GOY rulers, whom we once upon a time advised should be distracted from State occupations by representative receptions, observances of etiquette, entertainments, were only screens for our rule. (Like the House of Windsor (Guelph) and the rest of the “Black Nobility”?) The accounts of favorite courtiers who replaced them in the sphere of affairs were drawn up for them by our agents, and every time gave satisfaction to short-sighted minds by promises that in the future economies and improvements were foreseen . . . Economies from what? From new taxes?—were questions that might have been but were not asked by those who read our accounts and projects.

42. You know to what they have been brought by this carelessness, to what pitch of financial disorder they have arrived, notwithstanding the astonishing industry of their peoples . . .

WORLD CONQUEST THROUGH WORLD JEWISH GOVERNMENT

THE PROTOCOLS

OF THE

LEARNED ELDERS

OF ZION

PROTOCOL No. 21

1. To what I reported to you at the last meeting I shall now add a detailed explanation of internal loans. Of foreign loans I shall say nothing more, because they have fed us with the national moneys of the GOYIM, but for our State there will be no foreigners, that is, nothing external.

2. We have taken advantage of the venality of administrators and slackness of rulers to get our moneys twice, thrice and more times over, by lending to the GOY governments moneys which were not at all needed by the States. Could anyone do the like in regard to us? . . . Therefore, I shall only deal with the details of internal loans.

3. States announce that such a loan is to be concluded and open subscriptions for their own bills of exchange, that is, for their interest-bearing paper. That they may be within the reach of all the price is determined at from a hundred to a thousand; and a discount is made for the earliest subscribers. Next day by artificial means the price of them goes up, the alleged reason being that everyone is rushing to buy them. In a few days the treasury safes are, as they say, overflowing and there’s more money than they can do with (why then take it?) The subscription, it is alleged, covers many times over the issue total of the loan; in this lies the whole stage effect – look you, they say, what confidence is shown in the government’s bills of exchange.

4. But when the comedy is played out there emerges the fact that a debit and an exceedingly burdensome debit has been created. For the payment of interest it becomes necessary to have recourse to new loans, which do not swallow up but only add to the capital debt. And when this credit is exhausted it becomes necessary by new taxes to cover, not the loan, BUT ONLY THE INTEREST ON IT. These taxes are a debit employed to cover a debit . . . (Hence THE CRY TO BALANCE THE BUDGET!)

5. Later comes the time for conversions, but they diminish the payment of interest without covering the debt, and besides they cannot be made without the consent of the lenders; on announcing a conversion a proposal is made to return the money to those who are not willing to convert their paper. If everybody expressed his unwillingness and demanded his money back, the government would be hoist on their own petard and would be found insolvent and unable to pay the proposed sums. By good luck the subjects of the GOY governments, knowing nothing about financial affairs, have always preferred losses on exchange and diminution of interest to the risk of new investments of their moneys, and have thereby many a time enabled these governments to throw off their shoulders a debit of several millions.

6. Nowadays, with external loans, these tricks cannot be played by the GOYIM for they know that we shall demand all our moneys back.

7. In this way in acknowledged bankruptcy will best prove to the various countries the absence of any means between the interests of the peoples and of those who rule them.

8. I beg you to concentrate your particular attention upon this point and upon the following: nowadays all internal loans are consolidated by so-called flying loans, that is, such as have terms of payment more or less near. These debts consist of moneys paid into the savings banks and reserve funds. If left for long at the disposition of a government these funds evaporate in the payment of interest on foreign loans, and are placed by the deposit of equivalent amount of RENTS.

9. And these last it is which patch up all the leaks in the State treasuries of the GOYIM.

10. When we ascend the throne of the world all these financial and similar shifts, as being not in accord with our interests, will be swept away so as not to leave a trace, as also will be destroyed all money markets, since we shall not allow the prestige of our power to be shaken by fluctuations of prices set upon our values, which we shall announce by law at the price which represents their full worth without any possibility of lowering or raising. (Raising gives the pretext for lowering, which indeed was where we made a beginning in relation to the values of the GOYIM).

11. We shall replace the money markets by grandiose government credit institutions, the object of which will be to fix the price of industrial values in accordance with government views. These institutions will be in a position to fling upon the market five hundred millions of industrial paper in one day, or to buy up for the same amount. In this way all industrial undertakings will come into dependence upon us. You may imagine for yourselves what immense power we shall thereby secure for ourselves . . .

 

PROTOCOL No. 22

1. In all that has so far been reported by me to you, I have endeavoured to depict with care the secret of what is coming, of what is past, and of what is going on now, rushing into the flood of the great events coming already in the near future, the secret of our relations to the GOYIM and of financial operations. On this subject there remains still a little for me to add.

2. IN OUR HANDS IS THE GREATEST POWER OF OUR DAY—GOLD: IN TWO DAYS WE CAN PROCURE FROM OUR STOREHOUSES ANY QUANTITY WE MAY PLEASE.

3. Surely there is no need to seek further proof that our rule is predestined by God? Surely we shall not fail with such wealth to prove that all that evil which for so many centuries we have had to commit has served at the end of ends the cause of true well-being—the bringing of everything into order? Though it be even by the exercise of some violence, yet all the same it will be established. (The motto of the Freemasons—”Out of Chaos, Order”). We shall contrive to prove that we are benefactors who have restored to the rent and mangled earth the true good and also freedom of the person, and therewith we shall enable it to be enjoyed in peace and quiet, with proper dignity of relations, on the condition, of course, of strict observance of the laws established by us. We shall make plain therewith that freedom does not consist in dissipation and in the right of unbridled license any more than the dignity and force of a man do not consist in the right of everyone to promulgate destructive principles in the nature of freedom of conscience, equality and the like, that freedom of the person in no wise consists in the right to agitate oneself and others by abominable speeches before disorderly mobs, and that true freedom consists in the inviolability of the person who honourably and strictly observes all the laws of life in common, that human dignity is wrapped up in consciousness of the rights and also of the absence of rights of each, and not wholly and solely in fantastic imaginings about the subject of one’s EGO.

4. One authority will be glorious because it will be all-powerful, will rule and guide, and not muddle along after leaders and orators shrieking themselves hoarse with senseless words which they call great principles and which are nothing else, to speak honestly, but utopian . . . Our authority will be the crown of order, and in that is included the whole happiness of man. The aureole of this authority will inspire a mystical bowing of the knee before it and a reverent fear before it of all the peoples. True force makes no terms with any right, not even with that of God: none dare come near to it so as to take so much as a span from it away.

 

PROTOCOL No. 23

1. That the peoples may become accustomed to obedience it is necessary to inculcate lessons of humility and therefore to reduce the production of articles of luxury. By this we shall improve morals which have been debased by emulation in the sphere of luxury. We shall re-establish small master production which will mean laying a mine under the private capital of manufactures. This is indispensable also for the reason that manufacturers on the grand scale often move, though not always consciously, the thoughts of the masses in directions against the government. A people of small masters knows nothing of unemployment and this binds him closely with existing order, and consequently with the firmness of authority. For us its part will have been played out the moment authority is transferred into our hands. Drunkenness also will be prohibited by law and punishable as a crime against the humanness of man who is turned into a brute under the influence of alcohol.

2. Subjects, I repeat once more, give blind obedience only to the strong hand which is absolutely independent of them, for in it they feel the sword of defence and support against social scourges . . . What do they want with an angelic spirit in a king? What they have to see in him is the personification of force and power.

3. The supreme lord who will replace all now existing rulers, dragging in their existence among societies demoralized by us, societies that have denied even the authority of God, from whose midst breeds out on all sides the fire of anarchy, must first of all proceed to quench this all-devouring flame. Therefore he will be obliged to kill off those existing societies, though he should drench them with his own blood, that he may resurrect them again in the form of regularly organized troops fighting consciously with every kind of infection that may cover the body of the State with sores.

4. This Chosen One of God is chosen from above to demolish the senseless forces moved by instinct and not reason, by brutishness and not humanness. These forces now triumph in manifestations of robbery and every kind of violence under the mask of principles of freedom and rights. They have overthrown all forms of social order to erect on the ruins the throne of the King of the Jews; but their part will be played out the moment he enters into his kingdom. Then it will be necessary to sweep them away from his path, on which must be left no knot, no splinter.

5. Then will it be possible for us to say to the peoples of the world: “Give thanks to God and bow the knee before him who bears on his front the seal of the predestination of man, to which God himself has led his star that none other but Him might free us from all the before-mentioned forces and evils”.

 

PROTOCOL No. 24

1. I pass now to the method of confirming the dynastic roots of King David to the last strata of the earth.

2. This confirmation will first and foremost be included in that which to this day has rested the force of conservatism by our learned elders of the conduct of the affairs of the world, in the directing of the education of thought of all humanity.

3. Certain members of the seed of David will prepare the kings and their heirs, selecting not by right of heritage but by eminent capacities, inducting them into the most secret mysteries of the political, into schemes of government, but providing always that none may come to knowledge of the secrets. The object of this mode of action is that all may know that government cannot be entrusted to those who have not been inducted into the secret places of its art . . .

4. To these persons only will be taught the practical application of the aforenamed plans by comparison of the experiences of many centuries, all the observations on the politico-economic moves and social sciences—in a word, all the spirit of laws which have been unshakably established by nature herself for the regulation of the relations of humanity.

5. Direct heirs will often be set aside from ascending the throne if in their time of training they exhibit frivolity, softness and other qualities that are the ruin of authority, which render them incapable of governing and in themselves dangerous for kingly office.

6. Only those who are unconditionally capable for firm, even if it be to cruelty, direct rule will receive the reins of rule from our learned elders.

7. In case of falling sick with weakness of will or other form of incapacity. kings must by law hand over the reins of rule to new and capable hands.

8. The king’s plan of action for the current moment, and all the more so for the future, will be unknown, even to those who are called his closest counsellors.

KING OF THE JEWS

9. Only the king and the three who stood sponsor for him will know what is coming.

10. In the person of the king who with unbending will is master of himself and of humanity all will discern as it were fate with its mysterious ways. None will know what the king wishes to attain by his dispositions, and therefore none will dare to stand across an unknown path.

11. It is understood that the brain reservoir of the king must correspond in capacity to the plan of government it has to contain. It is for this reason that he will ascend the throne not otherwise than after examination of his mind by the aforesaid learned elders.

12. That the people may know and love their king, it is indispensable for him to converse in the market-places with his people. This ensures the necessary clinching of the two forces which are now divided one from another by us by the terror.

13. This terror was indispensable for us till the time comes for both these forces separately to fall under our influence.

14. The king of the Jews must not be at the mercy of his passions, and especially of sensuality: on no side of his character must he give brute instincts power over his mind. Sensuality worse than all else disorganizes the capacities of the mind and clearness of views, distracting the thoughts to the worst and most brutal side of human activity.

15. The prop of humanity in the person of the supreme lord of all the world of the holy seed of David must sacrifice to his people all personal inclinations.

16. Our supreme lord must be of an exemplary irreproachability. przion7.htm

Signed by the representative of

Zion, of the 33rd Degree

With grateful thanks to http://www.biblebelievers.org.au/

 

Les protocoles des sages de Sion

Traduction NILUS

Premier protocole

Nous parlerons bien franchement et discuterons le sens de chaque réflexion, faisant ressorti, par des comparaisons et des déductions, des explications complètes. J’exposerai, par ce moyen, la conception de notre politique, ainsi que celte des Goïm (expression juive pour désigner tous les Gentils). Il faut remarquer que le nombre des hommes aux instincts corrompus est plus grand que celui des gens aux instincts nobles. C’est pourquoi les meilleurs résultats s’obtiennent, dans le gouvernement du monde, en employant la violence et l’intimidation plutôt que les discussions académiques. Tout homme a soif du pouvoir ; chacun aimerait à être un dictateur si seulement il le pouvait, et bien rares sont ceux qui ne consentiraient pas à sacrifier le bien-être d’autrui pour atteindre leurs buts personnels.

Le droit réside dans la force

Qu’est-ce qui a contenu les sauvages bêtes de proie, que nous appelons hommes ? Par quoi ont-ils été gouvernés jusqu’à ce jour ? Aux premières époques de la vie sociale, ils étaient soumis à la force brutale et aveugle, puis ils se soumirent à la loi, qui n’est, en réalité, que la même force masquée. Cette constatation me mène à déduire que, de par la loi naturelle, le droit réside dans la force.

Ce qui tue la vraie liberté

La liberté politique n’est pas un fait, mais une idée. Cette idée, il fait savoir comment l’appliquer quand il est nécessaire, afin de la faire servir d’appât pour attirer les forces de la foule à son parti, si ce parti a décidé d’usurper celles d’un rival. Le problème est simplifié si ledit rival s’infecte d’idées de liberté, de soi-disant libéralisme, et si, pour l’amour de telles idées, il cède une partie de son pouvoir.

Notre idée va triompher de façon évidente en ceci : les rênes du Gouvernement étant abandonnées, il s’ensuivra, de par la loi de la vie, qu’elles seront immédiatement saisies par une nouvelle main, parce que la force aveugle de la foule ne peut exister un seul jour sans chef. Le nouveau Gouvernement ne fait que remplir la place de l’ancien que son libéralisme a affaibli.

– 13 –

L’or a détruit la religion L’anarchie nous livre les peuples

De nos jours, la puissance de l’or a supprimé celle des autorités libérales. Il fut un temps où la religion gouvernait. L’idée de liberté est irréalisable, parce que personne ne sait en user avec discrétion.

II suffit de donner un instant à la foule le pouvoir de se gouverner elle-même pour qu’elle devienne, aussitôt une cohue désorganisée. Dès car moment, naissent des dissensions qui ne tardent pas à devenir des conflits sociaux ; les états sont mis en flammes et toute leur importance disparaît. Qu’un état soit épuisé par ses propres convulsions intérieures, ou qu’il soit livré, par les guerres civiles, à un ennemi étranger, il peut, dans l’un et l’autre cas, – être considéré comme définitivement détruit, – il est en notre pouvoir.

L’or est entre nos mains

Le despotisme du capital, qui est entièrement, entre nos mains, tendra à cet État un brin de paille auquel il sera inévitablement forcé de s’accrocher sous peine de tomber dons l’abîme.

Pas de moralité dans la lutte

Si, pour des motifs de libéralisme, quelqu’un était tenté de me faire remarquer que semblables discussions sont immorales, je poserais cette question : – Pourquoi n’est-il pas immoral qu’un État qui a deux ennemis; l’un au dehors, l’autre au dedans, emploie, pour les combattre, des moyens différents : plans secrets de défense, attaques nocturnes ou avec des forces supérieures ? Pourquoi, en effet, serait-il immoral que l’État employât de tels moyens contre celui qui, ruine ses fondements et sa prospérité ?

Il faut semer l’anarchie dans les masses

Un esprit logique et sensé peut-il espérer réussir à gouverner les foules par des arguments et des raisonnements, alors qu’il est possible que ces arguments et ces raisonnements soient contredits par d’autres arguments ? Si ridicules qu’ils puissent être, ils sont faits pour séduire cette partie du peuple qui ne peut pas penser très profondément. étant entièrement guidée par des raisons mesquines, des habitudes, des conventions et des théories sentimentales. La population ignorante et non initiée, ainsi que tous ceux qui se sont élevés de son sein, s’embarrasse dans les dissensions de partis qui entravent toute possibilité d’entente, même sur une base d’arguments solides. Toute décision des masses dépend d’une majorité de hasard, préparée d’avance, qui, dans son ignorance des secrets de la politique, prend des décisions absurdes, semant ainsi dans le Gouvernement les germes de l’anarchie.

– 14 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Pas de morale en politique

La Politique n’a riens de commun avec la morale. Un souverain gouverné par la morale n’est pas un habile politique ; il n’est donc pas d’aplomb sur un trône. Celui qui veut gouverner doit recourir à la ruse et à l’hypocrisie. En politique, les grandes qualités humaines d’honnêteté et de sincérité deviennent des vices et détrônent un souverain plus immanquablement que son plus cruel ennemi. Ces qualités doivent être les attributs des pays non juifs, mais, nous ne sommes aucunement obligés d’en faire nos guides.

Le droit et la force

Notre droit réside dans la force. Le mot « droit » est une idée abstraite qui ne repose sur rien. 11 ne signifie pas autre chose que ceci : « Donnez-moi ce dont j’ai besoin pour prouver que je vis plus fort que vous ».

Où commence le « droit » ? Où finit-il ? Dans un État où le pouvoir est mal organisé, où les lois et la personne du souverain, sont annihilées dans un continuel empiétement du libéralisme, j’adopte un nouveau système d’attaque, me servant du droit de la force pour détruire les ordonnances, et règlements existants, me saisir des lois, réorganiser les institutions et devenir ainsi le dictateur de ceux qui, de leur propre volonté, ont libéralement renoncé à leur puissance et nous l’ont conférée.

L’invincibilité de la Judèo-maçonnerie

Notre force, étant donnée la situation branlante des pouvoirs, sera plus grande qu’aucune autre, parce qu’elle sera invisible jusqu’au jour où elle sera telle qu’aucune ruse ne la saurait miner.

Libéralisme destructeur

Du mal temporaire, auquel nous sommes actuellement obligés d’avoir recours, sortira le bienfait d’un gouvernement inébranlable qui rétablira le cours du mécanisme de l’existence normale détruit par le libéralisme: La fin justifie les moyens. Il faut, en dressant nos plans, que nous fassions plus attention à ce qui est nécessaire et profitable qu’à ce qui est bon et moral.

Nous avons devant nous un plan sur lequel est tirée une ligne stratégique dont nous ne pouvons nous écarter sans détruire l’œuvre de siècles entiers.

La foule est aveugle

Pour élaborer un plan d’action convenable, il faut se mettre en l’esprit la veulerie, l’instabilité et le manque de pondération de la foule incapable de comprendre et de respecter les conditions de sa propre existence et de son bien-être. Il faut se rendre compte, que la force de la foule est aveugle, dépourvue de raison dans le discernement et qu’elle prête l’oreille tantôt à droite, tantôt à gauche. Si un aveugle conduit un autre

– 15 –

aveugle, ils tombent tous deux dans le fossé. En conséquence, les parvenus, sortis des rangs du peuple, fussent-ils des génies, ne peuvent pas se poser en chefs des masses sans ruiner la nation.

L’impuissance des partis

Seul un personnage élevé pour exercer la souveraineté autocratique peut lire les mots formés par les lettres de l’alphabet politique. Le peuple livré à lui-même, c’est-à-dire des chefs sortis des rangs, est ruiné par les querelles de partis qui naissent de la soif du pouvoir et des honneurs et qui créent les troubles et le désordre.

Est-il possible à la masse de juger avec calme et d’administrer sans jalousie les affaires de l’État qu’il ne lui faudra pas confondre avec ses propres intérêts ? Peut-elle servir de défense contre un ennemi étranger ? C’est impossible, car un plan, divisé en autant de parties qu’il y a de cerveaux dans la masse, perd sa valeur et devient inintelligible et inexécutable.

Seul gouvernement possible : l’autocratie

Seul un autocrate peut concevoir de vastes projets et assigner â toute chose son rôle particulier dans le mécanisme de la machine gouvernementale. C’est pourquoi nous concluons qu’il est utile au bien-être du pays que son gouvernement soit entre les mains d’une seule personne responsable. Sans le despotisme absolu, pas de civilisation possible, car la civilisation ne peut avancer que sous la protection d’un chef, quel qu’il soit, pourvu qu’il ne soit pas entre les mains de la masse..

La foule est barbare et le prouve en toute occasion.

Dés que le peuple s’est assuré la liberté, il se hâte de la transformer en anarchie qui, par elle-même, est le comble de la barbarie.

Alcoolisme et corruption

Considérez ces brutes alcoolisées stupéfiées par la boisson, dont la liberté tolère un usage illimité ! Allons-nous nous permettre et permettre à nos semblables de les imiter ? Chez les chrétiens, le peuple est abruti par l’alcool, la jeunesse est détraquée par les classiques et la débauche prématurée à laquelle l’ont incitée nos agents : précepteurs, domestiques, institutrices dans les maisons riches, employés, etc., nos femmes dans les lieux de plaisir ; j’ajoute à ces dernières les soi-disant « femmes du monde », – leurs imitatrices volontaires en matière de luxe et de corruption

La force et l’hypocrisie

Notre devise doit être : « Tous les moyens de la force et de l’hypocrisie ».

Seule; la force pure est victorieuse en politique, surtout quand elle se cache dans le talent indispensable aux hommes d’État. La violence doit être le principe, la ruse et l’hypocrisie la règle de ces gouvernements qui ne veulent pas déposer leur couronne aux

– 16 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

pieds des agents d’un nouveau pouvoir quelconque. Ce mal est le seul moyen d’arriver au bien. Ne nous laissons donc pas, arrêter par l’achat des consciences, l’imposture et la trahison, si par eux nous servons notre cause.

En politique; n’hésitons pas à confisquer la propriété; si nous pouvons ainsi acquérir soumission et pouvoir.

La terreur

Notre État, suivant la voie des conquêtes pacifiques, a le droit de substituer aux horreurs de la guerre des exécutions moins apparentes et plus expéditives qui sont nécessaires pour maintenir la terreur et produire une soumission. aveugle. Une sévérité juste et implacable est le principal acteur de la puissance d’un État. Ce n’est pas simplement pour l’avantage qu’on peut en tirer, mais encore par l’amour du devoir et de la victoire que nous devons nous en tenir au programme de violence et d’hypocrisie. Nos principes sont aussi puissants que les moyens que nous employons pour les mettre à exécution. C’est pourquoi nous triompherons certainement, non seulement par ces moyens mêmes, mais par la sévérité de nos doctrines, et nous rendrons tous les Gouvernements esclaves de notre Super-Gouvernement. Il suffira que l’on sache que nous sommes Implacables quand il s’agit de briser la résistance.

« Liberté-Egalité-Fraternité »

Nous fûmes les premiers, jadis, à crier au peuple : « Liberté, Égalité, Fraternité », ces mots si souvent répétés, depuis lors, par d’ignorants perroquets, venus en foule de tous les points du globe autour de cette enseigne. À force de les répéter, ils ont privé le monde de sa prospérité et les individus de leur vraie liberté personnelle si bien protégée naguère contre la populace qui voulait l’étouffer:

Les Gentils, soi-disant sages et intelligents, ne discernèrent pas combien étaient abstraits ces mots qu’ils prononçaient et ne remarquèrent point combien ils s’accordaient peu les uns avec les autres et même se contredisaient.

ils ne virent pas qu’il n’est aucune égalité dans la Nature qui créa elle-même des types divers et inégaux d’intelligence, de caractère et de capacité. De même en est-il pour la soumission aux lois de la Nature. Ces prétendus sages n’ont pas deviné que la foule est une puissance aveugle et que les parvenus sortis de son sein pour gouverner sont également aveugles en politique ; ils n’ont pas compris davantage qu’un homme destiné à régner, fût-il un imbécile,. peut gouverner tandis qu’un autre qui n’a pas reçu l’éducation voulue, fût-il un génie n’entendra rien à la politique.

Tout ceci a échappé aux Gentils.

Contre les régimes dynastiques

Ce fut sur cette base, cependant, que fut fondé le régime dynastique. Le père enseignait au fils le sens et le cours des évolutions politiques de telle manière que, sauf les seuls membres de la dynastie, personne n’en eût connaissance et n’en pût dévoi1er les

– 17 –

secrets au peuple gouverné. Avec le temps, le sens des vrais enseignements, tels qu’ils avaient été transmis dans les dynasties, de génération en génération, se perdit, et cette perte contribua au succès de notre cause.

L’abolition des privilèges

Notre appel « Liberté; Égalité, Fraternité » amena dans nos rangs, des quatre coins du monde, grâce à nos agents inconscients, des légions entière qui portèrent nos bannières avec extase. Pendant ce temps, ces mots, tels autant de vers rongeurs, dévoraient la prospérité des Chrétiens, détruisaient leur paix; leur fermeté et leur union, ruinant ainsi les fondements des États. Comme nous le verrons plus loin, ce fut cette action qui amena notre triomphe. Elle nous donna, entre autres choses, la possibilité de jouer notre as d’atout : l’abolition des privilèges, en d’autres termes, l’existence de l’aristocratie des Gentils, seule protection qu’avaient contre nous les nations et les pays.

L’aristocratie ploutocratique3

Sur les ruines de l’aristocratie naturelle et héréditaire, nous élevâmes, en-lui donnant des bases ploutocratiques, une aristocratie à nous. Nous l’établîmes sur la richesse tenue sous notre contrôle et sur la science promue par nos savants.

Flatter les faiblesses et les passions

Notre triomphe fut facilité par le fait que, grâce à nos relations avec des gens qui nous étaient indispensables, nous avons toujours appuyé sur les cordes les plus sensibles de l’esprit humain, exploitant le faible de nos victimes pour les bénéfices, leurs convoitises, leur insatiabilité, les besoins matériels de l’homme. Chacune de ces faiblesses, prise à part, est capable de détruire toute initiative ; en les flattant, nous mettons la force de volonté du peuple à la merci de ceux, qui voulaient le priver de cette initiative.

La liberté nous livre le pouvoir

Le caractère abstrait du mot « Liberté » permit de convaincre la populace que le Gouvernement n’est qu’un gérant représentant le propriétaire; c’est-à-dire la nation, et qu’on peut s’en débarrasser comme d’une paire de gants usés.

Le seul fait que les représentants de la nation peuvent être déposés les livra à notre pouvoir et mit pratiquement leur choix entre nos mains

3 Du grec ploutos: riche et cratie: pouvoir. Gouvernement où le pouvoir appartient aux riches.

A ne pas confondre avec dictature ou royauté (voir autocratie). Si le dictateur, le roi et leur entourage sont riches, tous les riches ne participent pas forcément au pouvoir. Tout pouvoir est toujours plus ou moins ploutocratique (“le pouvoir de l’argent”: Plus on a d’argent et plus on a de pouvoir, et vice versa). Le libéralisme l’est particulièrement. L’ultra libéralisme en est la forme la plus achevée.

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

– 18 –

Traduction NILUS

Deuxième protocole

Nécessité des guerres économiques

Il est indispensable à nos desseins que les guerres, n’amènent aucune altération territoriale. Dans ces conditions, toute guerre serait transférée sur le terrain économique. Alors les nations reconnaîtront notre supériorité en voyant les services que nous rendons ; cet état de choses mettra les deux adversaires. tout spécialement formés dès la plus tendre enfance pour disposer de ressources absolument illimitées. Alors nos droits internationaux balayeront les lois du monde entier et gouverneront les pays comme les gouvernements individuels leurs sujets.

Fonctionnaires serviles

Nous choisirons parmi le public des administrateurs aux tendances serviles. Ils seront inexpérimentés dans l’art de gouverner: Nous les transformerons facilement en pions sur notre échiquier où ils seront mus par nos savants et sages conseillers, tout spécialement formés dés la plus tendre enfance pour le gouvernement du monde. Ainsi que vous le savez déjà, ces hommes ont étudié cette science de gouverner d’après nos plans, politiques, l’expérience de l’Histoire et l’observation des événements actuels.. Les Gentils ne profitent pas des observations continuellement fournies par l’Histoire, mais ils s’en tiennent à une routine de théorie, sans se préoccuper des résultats qu’elle ne peut donner. Nous n’accorderons donc aucune importance aux Gentils. Qu’ils s’amusent jusqu’à ce que les temps soient accomplis ; qu’ils vivent dans l’espérance de nouveaux plaisirs, ou dans le souvenir des joies passées, Qu’ils croient que ces lois théoriques que nous leur avons inspirées sont d’une suprême importance. Avec cette idée en perspective et le concours de notre presse, nous augmenterons sans cesse leur confiance aveugle en ces lois. L’élite intellectuelle des Gentils s’enorgueillira de sa science et, sans la vérifier, la mettra en pratique telle que la lui auront présentée nos agents, pour former leurs esprits dans le sens voulu par nous.

Darwin, Marx, Nietzsche exploités par les Juifs

Ne croyez pas que nos assertions sont des mots en l’air. Considérez le succès de Darwin, Marx et Nietzsche, préparé par nous. L’effet démoralisant des tendances de ces doctrines sur l’esprit des Gentils ne devrait certes pas nous échapper.

– 19 –

Pouvoir d’adaptation

Pour ne pas risquer de commettre des fautes dans notre politique ou dans notre administration, il nous est essentiel. d’étudier et d’avoir bien présents à l’esprit le courant actuel de la pensée, le caractère et les tendances des nations.

Le triomphe de notre théorie est son adaptabilité au tempérament des nations avec lesquelles nous prenons contact. Elle ne peut réussir que si son application pratique repose sur l’expérience du passé, jointe à l’observation du présent.

La presse

La presse est, entre les mains des Gouvernements existants, une grande puissance par laquelle ils dominent l’esprit public. La presse révèle les réclamations vitales de la populace, informe de ses sujets de plainte, et; parfois, crée le mécontentement. La libre parole est née de la presse. Mais les Gouvernements n’ont pas su tirer parti de cette force, et elle tomba entre nos mains. Par la presse, nous acquîmes l’influence, tout en restant dans la coulisse.

L’or et notre sang

Grâce à la presse, nous accumulâmes l’or, bien qu’il nous en coûta des flots de sang ; il nous en coûta le sacrifice de bien des nôtres; mais chacun de nos sacrifices vaut, devant Dieu, des milliers de Gentils.

– 20 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Troisième protocole

Le cercle du Serpent Symbolique

Aujourd’hui, je puis vous assurer que nous ne sommes plus qu’à quelques pas de notre but, Encore une courte distance à franchir et le cercle du Serpent Symbolique – le signe de notre peuple – sera complet. Quand ce cercle sera fermé, il entourera tous les États de l’Europe comme de chaînes indestructibles:

Pour atteindre les Chefs d’États

Bientôt s’écrouleront les échafaudages qui existent actuellement, parce que nous leur faisons continuellement perdre l’équilibre pour les user plus rapidement et les mettre hors de service. Les Gentils s’imaginaient qu’ils étaient suffisamment solides et que leur équilibre serait durable. Mais les supports des échafaudages – C’est-à-dire les chefs d’État – sont gênés par leurs serviteurs inutiles, entraînés qu’ils sont par cette force illimitée de l’intrigue qui leur est propre et grâce à la terreur qui règne dans les palais.

N’ayant aucun moyen d’accès au cœur de son peuple, le souverain ne peut se défendre des intrigants avides de pouvoir. Comme le pouvoir vigilant a été séparé par nous de la force aveugle de la populace, tous deux ont perdu leur signification, parce qu’une fois séparés, ils sont aussi impuissants qu’un aveugle sans son bâton.

Opposer les partis

Afin d’inciter les amateurs de pouvoir à faire mauvais usage de leurs droits, nous avons dressé tous les pouvoirs les uns contre les autres en encourageant leurs tendances libérales vers l’indépendance. Nous avons favorisé toute entreprise dans ce sens : nous avons mis des armes formidables aux mains de tous les partis et nous avons fait du pouvoir le but de toute notre ambition. Nous avons transformé les Gouvernements en arènes pour les guerres de partis.

Pour ruiner le pouvoir

Bientôt le désordre flagrant et la banqueroute apparaîtront partout. D’incorrigibles bavards ont converti en parlottes les assemblées parlementaires et administratives. D’audacieux journalistes et des pamphlétaires impudents attaquent continuellement les pouvoirs administratifs. Les abus de pouvoir prépareront définitivement. l’effondrement de toutes les institutions, et tout tombera en ruines sous les coups de la populace en fureur.

– 21 –

Des droits fictifs pour les masses

Les gens sont asservis, à la sueur de leur front, dans la pauvreté, d’une manière plus formidable qu’au temps des lois du servage. De celui-ci, ils pouvaient se libérer d’une manière ou de l’autre, tandis que rien ne les affranchira de la tyrannie du besoin absolu. Nous avons eu soin d’insérer, dans .les Constitutions, des droits qui sont pour la masse purement fictifs. Tous les soi-disant « droits du peuple » ne peuvent exister que sous forme d’idées inapplicables en pratique.

Le pouvoir contre le peuple

Qu’importe à un ouvrier prolétaire, courbé en deux par un dur labeur et apprimé4 par son sort, qu’un bavard obtienne le droit de parler, ou un journaliste celui de publier une sottise quelconque ? A quoi sert une Constitution au prolétariat s’il n’en retire d’autre avantage que les miettes que nous lui jetons de notre table, en échange de ses votes pour l’élection de nos agents ? Les droits républicains sont une ironie pour le pauvre, car la nécessité du travail quotidien l’empêche d’en retirer aucun avantage, et ils ne font que lui enlever la garantie de salaire fixe et assuré, le rendant dépendant des grèves des patrons et des camarades.

Noblesse et profiteurs

Sous nos auspices, la populace extermina l’aristocratie qui, dans son intérêt propre, avait pourvu aux besoins du peuple et l’avait défendu, car son intérêt est inséparable du bien-être de la populace. De nos jours, ayant détruit les privilèges de la noblesse, le peuple tombe sous le joug de profiteurs rusés et de parvenus.

Protection aux communistes

Nous tenons à passer pour les libérateurs du travailleur, venus pour le délivrer de cette oppression en lui suggérant d’entrer dans les rangs de nos armées de socialistes, d’anarchistes et de communistes. Nous: protégerons toujours ces derniers, feignant de les aider par principe de fraternité et d’intérêt général pour l’humanité, évoqué par notre Maçonnerie socialiste. La noblesse qui, de droit, partageait le travail des classes laborieuses, avait tout intérêt à ce qu’elles fussent bien nourries, saines et fortes.

Brimer le travailleur

Notre intérêt veut, au contraire, la dégénérescence des Gentils. Notre force consiste à maintenir le travailleur dans un état: constant de besoin et d’impuissance, parce qu’ainsi nous l’assujettissons à notre volonté ; et dans son. entourage, il ne trouvera jamais ni pouvoir ni énergie pour se dresser contre nous.

4 Note du transcripteur – Dans le texte original

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

– 22 –

Traduction NILUS

Le droit de l’or

La faim conférera au Capital des droits plus puissants sur le travailleur que jamais le pouvoir légal du souverain n’en conféra à l’aristocratie.

Nous gouvernerons les masses en tirant parti des sentiments de jalousie et de haine allumés par l’oppression et le besoin. Et, au moyen de ces sentiments, nous nous débarrassons de ceux qui entravent notre marche.

Détruire les obstacles

Quand viendra pour nous le moment de couronner notre « Maître du Monde », nous veillerons à ce que, par les mêmes moyens – c’est-à-dire en nous servant de la populace – nous détruisions tout ce qui serait un obstacle sur notre route.

L’enseignement. La science de la vie

Les Gentils ne sont plus longtemps capables de penser sans notre aide en matière de science. C`est pourquoi ils ne se rendent pas compte de la nécessité vitale de certaines choses que nous aurons soin de réserver pour le moment où notre heure sera venue, à savoir que, dans les écoles, doit, être enseignée la seule vraie et la plus importante de toutes les sciences : la science de la vie de l’homme et celle des conditions sociales ; toutes deux exigent une division du travail, et, par suite, la classification des gens en castes et en classes. Il est indispensable que chacun sache que la véritable, égalité ne peut exister, étant donnée la différence de nature des diverses sortes de travail, et que ceux qui agissent au détriment de toute une caste, ont, devant la loi, une autre responsabilité que ceux qui commettent un crime ne compromettant que leur honneur personnel.

L’organisation secrète

La vraie science des conditions sociales, aux secrets de laquelle nous n’admettons pas les Gentils, convaincrait le monde que les métiers et le travail devraient être réservés a des castes spéciales, afin de ne pas causer la souffrance humaine provenant d’une éducation qui ne correspond pas au travail que les individus sont appelés à accomplir. S’il étudiait cette science, le peuple, de sa propre et libre volonté, se soumettrait aux pouvoirs régnants et aux classes gouvernementales classées par eux. Étant données les conditions présentes de la science et la ligne que nous lui avons permis de suivre, la populace, dans son ignorance, croit aveuglément tout ce qui est imprimé et les fallacieuses illusions dûment inspirées par nous, et elle est hostile à toutes les classes qu’elle croit au-dessus d’elle, car elle ne comprend pas l’importance de chaque caste.

– 23 –

Les crises économiques

Cette haine sera encore accrue par l’effet que produiront les crises économiques qui arrêteront les marchés et la production. Nous créerons une crise économique universelle par tous les moyens détournés possibles et à l’aide, de l’or qui est entièrement entre nos mains. Simultanément, nous jetterons à la rue, dans toute l’Europe, des foules énormes d’ouvriers. Ces masses seront alors heureuses de se précipiter sur ceux que, dans leur ignorance; elles ont jalousés dès l’enfance ; elles répandront leur sang et pourront ensuite s’emparer de leurs biens.

Protéger les Juifs

On ne nous fera pas de mal, parce que le moment de l’attaque nous sera connu et que nous prendrons des mesures pour protéger nos intérêts.

Le libéralisme doit disparaître

Nous avons persuadé les Gentils que le libéralisme les conduirait au règne de la raison. Notre despotisme sera de cette nature, car il sera en situation d’abattre toute rébellion et de supprimer; par une juste rigueur, toute idée libérale dans toutes les Institutions.

La « grande » révolution

Quand la populace s’aperçut qu’au nom de la liberté on lui accordait toute espèce de droits, elle s’imagina être la maîtresse et essaya de s’emparer du pouvoir. Naturellement, comme tout autre aveugle, la masse se heurta à d’innombrables obstacles. Alors, ne voulant pas retourner a L’ancien régime, elle dépose, sa puissance à nos pieds. Souvenez-vous de la Révolution française, que nous appelons « la Grande » ; les secrets de sa préparation, étant l’œuvre de nos mains, nous sont bien connus.

Le Roi-Despote

A partir de ce moment, nous avons conduit les nations de déception en déception, de sorte qu’elles en viennent à nous désavouer en faveur du Roi-despote issu du sang de Sion que nous préparons au monde.

Force internationale de la Juiverie

Actuellement, eu tant que force internationale, nous sommes invulnérables, parce que si un gouvernement des Gentils nous attaque, d’autres nous soutiennent. L’intense abjection des peuples chrétiens favorise notre indépendance – soit qu’à genoux ils rampent devant le pouvoir, ou qu’ils soient sans pitié pour le faible, sans miséricorde pour les fautes et cléments pour les crimes ; soit qu’ils refusent de reconnaître les contradictions de la liberté ;

– 24 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

soit enfin qu’ils se montrent patients jusqu’au martyre dans leur indulgence pour la violence d’un audacieux despotisme.

De la part de leurs dictateurs actuels, présidents du Conseil et Ministres, ils supportent des abus pour le moindre desquels ils auraient assassiné vingt Rois.

Éducation faussée du peuple

Comment expliquer un tel état de choses ? Pourquoi les masses sont-elles si logiques dans leur conception des événements ? Parce que les despotes persuadent le peuple; par l’intermédiaire de leurs agents, que, même s’ils faisaient un mauvais usage du pouvoir et portaient préjudice à l’État, ce serait dans un but élevé, c’est-à-dire en vue de la prospérité du peuple pour la cause de la fraternité, de l’union et de l’égalité internationales.

Certes, il ne leur disent pas qu’une telle unification ne peut être obtenue que sous notre domination. Aussi, voyons-nous la populace condamner l’innocent et acquitter le coupable, convaincue qu’elle peut toujours faire ce qu’il lui plaît. En raison de cet état d’esprit, la foule détruit tout équilibre et crée partout le désordre.

La « liberté »

Le mot « liberté » met la société en conflit avec toutes les puissances, même avec celle de la Nature, et avec celle de Dieu. C’est pourquoi, lorsque nous arriverons au pouvoir, il nous faudra effacer le mot « liberté » du dictionnaire humain, comme étant le symbole du pouvoir bestial qui transforme les hommes en animaux sanguinaires. Mais rappelons-nous que ces animaux s’endorment dés qu’ils sont rassasiés de sang et qu’il est facile alors de les charmer et de les asservir. Si on ne leur donne pas de sang, ils ne dormiront pas et se battront entre eux.

– 25 –

Quatrième protocole

L’évolution de la république

Toute république passe par diverses phases. La première ressemble aux premiers jours de fureur d’un homme frappe de cécité, qui balaye et déduit tout à droite et à gauche. La seconde, c’est le règne du démagogue faisant naître l’anarchie pour lui substituer le despotisme. Ce despotisme n’est pas officiellement légal et, partant, irresponsable ; il est caché et invisible, tout en se laissant sentir.! Il est généralement sous le contrôle de quelque organisation secrète, qui agit derrière un agent, ce qui la rend d’autant plus audacieuse et sans scrupule. Ce pouvoir secret n’hésitera pas à changer ses agents qui le masquent. Ces changements seront profitables à l’organisation qui pourra ainsi se débarrasser de vieux serviteurs auxquels il aurait fallu donner de plus importantes gratifications pour leur long service.

L’action occulte des Loges

Par qui ou par quoi pourrait être détrôné un pouvoir invisible ? Or, c’est là justement ce qu’est notre Gouvernement. La Loge maçonnique joue, inconsciemment, dans le monde entier, le rôle d’un masque qui cache notre but. Mais l’usage que nous allons faire de ce pouvoir dans notre plan d’action, et jusque dans nos quartiers généraux, reste à jamais ignoré du monde en général.

Détruire la foi en Dieu

La liberté pourrait être inoffensive et exister dans les gouvernements et les pays sans être préjudiciable à la prospérité du peuple, si elle reposait sur la religion et sur la crainte de Dieu, sur la fraternité humaine, exempte d’idées d’égalité qui sont en opposition directe aux lois de la création, lesquelles ont prescrit la soumission.

Gouverné par une telle loi, le peuple serait sous la tutelle des paroisses et vivrait paisiblement et humblement sous la direction des pasteurs spirituels et soumis à la Providence divine sur cette terre. C’est pourquoi nous devons arracher de l’esprit des chrétiens jusqu’à la conception même de Dieu et la remplacer par des calculs arithmétiques et des besoins matériels.

Pour ruiner les Gentils – La spéculation

Pour détourner l’attention des Chrétiens de notre politique, il est essentiel que nous l’attirions du côté du commerce et de l’industrie ; en sorte que toutes les nations luttant pour leurs intérêts propres ne s’occuperont pas, dans cette agitation universelle, de leur commun ennemi. Mais, pour que la liberté puisse disloquer et ruiner la vie sociale des Gentils, il faut que nous établissions le commerce sur une base spéculative, ce qui aura pour

– 26 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

résultat d’empêcher les Gentils de retenir entre leurs mains les richesses tirées de la production du sol ; par la spéculation, elles passeront dans nos coffres.

La soif de l’or

La lutte pour la supériorité et les spéculations continuelles dans le monde des affaires créera une société démoralisée, égoïste et sans cœur. Cette société deviendra complètement indifférente à la religion et à la politique dont elle aura même le dégoût. La passion de l’or sera son seul guide et elle fera tous ses efforts, pour se procurer cet or qui, seul, peut lui assurer les plaisirs matériels dont elle a fait son véritable culte. Alors les classes intérieures se joindront à nous contre nos compétiteurs – les Gentils privilégiés – sans alléguer aucun but élevé, ou même l’amour des richesses, mais par pure haine des classes supérieures.

– 27 –

Cinquième protocole

Gouvernement despotique

Quelle sorte de gouvernement peut-on donner à des sociétés où la concussion et la corruption ont pénétré partout, où les richesses ne peuvent s’acquérir que par d’astucieuses surprises ou par des moyens frauduleux, où les querelles dominent continuellement, ou la morale doit être soutenue par le châtiment et par de sévères lois et non par des principes volontairement acceptés ; où les sentiments patriotiques et religieux se notent dans des convictions cosmopolites ?

Quelle autre forme de gouvernement peut-on donner à ces sociétés, si ce n’est la forme despotique que je vais vous décrire ?

Nous voulons organiser un gouvernement central et fort, de façon à obtenir pour nous- mêmes les pouvoirs sociaux. Par de nouvelles lois, nous réglerons la vie politique de nos sujets, comme s’ils étaient autant de rouages d’une machine. De telles lois restreindront graduellement la liberté et tous les privilèges accordés par les Gentils. Notre règne se développera ainsi en un despotisme si puissant qu’il pourra à tout moment et en tout lieu écraser les Gentils mécontents ou récalcitrants.

On nous dira que la sorte de despotisme que je suggère ne s’accordera pas avec le progrès actuel de la civilisation, mais je vais vous prouver le contraire.

Le pouvoir basé
sur la ruine de la religion

Au temps ou le peuple croyait au droit divin de ses souverains, il se soumettait paisiblement au despotisme de ses monarques. Mais, du jour où nous inspirâmes à la populace la notion de ses propres droits, elle regarda les rois comme de simples mortels ; l’onction sacrée disparut à ses yeux, et lorsque nous lui eûmes enlevé sa religion, le pouvoir fut jeté dans les rues comme propriété publique, et nous nous en emparâmes. De plus, parmi nos talents administratifs,, nous comptons également celui de régir les masses et les individus au moyen d’une phraséologie et de théories habillement construites, de règles de vie et de toutes sortes de stratagèmes. Toutes ces théories, auxquelles les Gentils ne comprennent rien, sont fondées sur l’analyse et sur l’observation combinées avec un raisonnement si habile qu’il ne peut être égalé par nos rivaux pas plus que ceux-ci ne peuvent entrer en compétition avec nous dans la construction de plans d’action politique et de solidarité. A notre connaissance, la seule société capable de lutter avec nous dans cette science serait celle des Jésuites. Mais nous sommes parvenus à la discréditer aux yeux de la foule stupide, comme étant urne organisation apparente, tandis que nous sommes restés dans la coulisse, tenant occulte notre organisation.

– 28 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

En outre, qu’est-ce que cela pourra bien faire au monde que celui qui doit devenir son maître soit le chef de l’Église catholique ou un despote du sang de Sion ? Mais à nous, le « peuple choisi », la chose ne peut-être indifférente.

Désunion des peuples chrétiens

Pendant un certain temps, les Gentils pourraient peut-être bien composer avec nous. Mais, sur ce point, nous ne courons aucun danger, étant. sauvegardés par les profondes racines de leur haine mutuelle. qui ne peuvent être extirpées. Nous avons mis en désaccord les uns avec les autres tous les intérêts personnels et nationaux des Gentils pendant près de vingt siècles, en y mêlant des préjugés de religion et de tribu. De tout cela, il résulte que pas un seul gouvernement ne trouvera d’appui chez ses voisins lorsqu’il fera contre nous appel à leur aide, parce que chacun d’eux pensera qu’une action intentée contre nous pourrait être désastreuse pour son existence individuelle. Nous sommes trop puissants – le monde doit compter avec nous. Les gouvernements ne peuvent même pas faire un traité de peu d’importance sans que nous y soyons secrètement impliqués.

Le « génie » du peuple élu

« Per me reges regunt » (Que les rois règnent par moi).

Nous lisons, dans la « Loi des Prophètes », que nous avons été choisis pour gouverner la terre. Dieu nous donna le génie pour que nous puissions accomplir cette œuvre. S’il se trouvait un génie dans le camp ennemi, il pourrait, cependant, nous combattre, mais un nouveau venu ne pourrait se mesurer à de vieux lutteurs de notre espèce, et le combat serait entre nous d’une nature si désespérée que le monde n’en a encore jamais vu de semblable. Il est déjà trop tard pour leur génie.

L’or,
seule puissance gouvernementale

Tous les rouages du mécanisme de l’État sont mus par une force qui est entre nos mains, à savoir : l’or.

La science de l’économie politique, élaborée par nos savants, a déjà prouvé que la puissance du capital surpasse le prestige de la couronne.

Le monopole des affaires

Le capital, pour avoir le champ libre; doit obtenir le monopole de l’industrie et du commerce. Ceci est en voie d’être réalisé, dans toutes les parties du monde, par une main invisible.. Un tel privilège donnera un pouvoir politique aux industriels qui, s’enrichissant de profits excessifs, opprimerons le peuple:

De nos jours, il est plus important de désarmer le peuple que de le mener à la guerre. Il est plus important d’utiliser pour notre cause les passions brûlantes que de les éteindre, d’encourager les idées des nôtres et de s’en servir pour nos desseins que de les écarter.

– 29 –

Le rôle de notre presse

Le problème essentiel de notre gouvernement est celui-ci ; comment affaiblir la pensée publique par la critique, comment lui faite perdre sa puissance de raisonnement, celle qui engendre l’opposition, et comment distraire l’esprit public par une phraséologie dépourvue de sens ?

Discours éloquents De tout temps, les nations, comme les individus, ont pris les mots pour des actes. Satisfaits de ce qu’ils entendent, ils remarquent rarement si la promesse a vraiment été tenue. C’est pourquoi, dans le seul but de parader, nous organiserons des institutions dont les membres, par des discours éloquents, prouveront et glorifierons leur contribution au « progrès ».

Nous nous donnerons une attitude libérale vis-à-vis de tous les partis et de toutes les tendances, et nous la communiquerons à tous nos orateurs. Ces orateurs seront si. loquaces qu’il fatigueront le peuple de leurs discours, à ce point qu’ils lui rendront tout genre d’éloquence insupportable.

…et corruption de l’opinion publique

Pour s’assurer l’opinion publique, il faut, tout d’abord, l’embrouiller complètement en lui faisant entendre de tous côtés et de toutes manières des opinions contradictoires, jusqu’à qu’à ce que les Gentils soient perdus dans leur labyrinthe. Ils comprendront alors que le meilleur parti à prendre est de n’avoir aucune opinion en matière politique ; matière qui n’a pas été comprise du public, mais qui doit être exclusivement réservée à ceux qui dirigent les affaires. Ceci est le premier secret.

Le second secret, nécessaire au succès de notre gouvernement, consiste à multiplier à un tel degré les fautes, les habitudes, les passions et les lois conventionnelles, du pays que personne ne soit plus capable de penser clairement dans ce chaos ; les hommes cesseront ainsi de se comprendre les uns les autres.

Cette politique nous aidera également à semer des dissensions parmi tous les partis, à dissoudre toutes les puissantes collectivités et à décourager toute initiative individuelle pouvant gêner nos projets.

Contre toute initiative personnelle

Il n’est rien de plus dangereux que l’initiative personnelle : s’il y avait un cerveau par derrière, elle pourrait nous faire plus de mal que les millions d’individus que nous avons mis aux prises.

Il nous faut diriger l’éducation des sociétés chrétiennes, de telle façon que, chaque fois que l’initiative est requise pour une entreprise, elles s’avouent désespérément vaincues. La tension produite par .la liberté d’action perd de sa force dés qu’elle se heurte à la liberté d’autrui ; de là, les chocs moraux, les déceptions et les échecs.

– 30 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Le Supergouvernement juif

Par ,tous ces moyens nous opprimerons tant les Chrétiens qu’ils seront contraints de nous demander de les gouverner internationalement. Dès que nous aurons atteint une telle position, nous pourrons aussitôt absorber toutes les puissances gouvernementales du monde entier et former un supergouvernement universel. Nous remplacerons les gou- vernements existants par un monstre que nous appellerons l’Administration du Supergouvernement. Ses mains s’étendront au loin comme de longues tenailles et il aura à sa disposition une organisation telle qu’il ne pourra manquer de soumettre toutes les nations.

– 31 –

Sixième protocole

L’absorption des fortunes

Bientôt nous nous mettrons à organiser de grands monopoles, réservoirs de richesses colossales dans lesquels entreront précisément les grosses fortunes des Gentils, en sorte qu’elles sombreront ensemble, avec le crédit de leur gouvernement, le lendemain de la crise politique.

Que les économistes présents parmi vous aujourd’hui mesurent seulement l’importance de ce dessein !

Nous devons employer toute espèce de moyens possibles pour développer la popularité de notre Supergouvernement, le présentant comme le protecteur et le, rémunérateur de tous ceux qui, volontairement, se soumettent à nous.

Ruiner l’aristocratie par les impôts

L’aristocratie des Gentils, comme puissance politique, n’est plus. Il est donc inutile de nous en occuper désormais à ce point de vue; mais, comme propriétaires fonciers, les aristocrates sort encore dangereux pour nous, parce que leur indépendance est assurée par leurs ressources. Il nous est donc indispensable de dépouiller à tout prix l’aristocratie de ses terres, pour arriver à ce but, la meilleure méthode est d’élever les impôts et les taxes. Cette méthode maintiendra les revenus des biens fonciers au minimum. Les aristocrates Gentils qui, par les goûts dont ils ont hérité, sont incapables de se contenter de peu, seront bientôt ruinés.

Pour drainer toutes les richesses

Il faut qu’en même temps nous protégions le plus possible le commerce et l’industrie, et tout particulièrement la spéculation, dont le principal rôle est de servir de contrepoids à l’industrie.

Sans la spéculation, l’industrie accroîtrait les capitaux privés et tendrait à relever l’agriculture en affranchissant. la terre de dettes et d’hypothèques avancées par les banques agricoles. Il est essentiel que l’industrie draine toutes les richesses de la terre et que la spéculation verse entre nos mains ces mêmes richesses ainsi captées. Par ce moyen, tous les Gentils seront jetés dans les rangs du prolétariat. Alors, les Gentils se courberont devant nous pour obtenir le droit d’exister.

– 32 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Encourager le luxe

Afin de ruiner l’industrie des Gentils et d’activer la spéculation, nous encouragerons l’amour du luxe effréné que nous avons déjà développé.

Salaires et « vie chère »

Nous augmenterons les salaires, ce qui ne soulagera pas les ouvriers, car, en même temps, nous élèverons le prix des objets de première nécessité, sous prétexte de mauvaises récoltes.

L’alcoolisme

Nous voulons aussi ruiner la production dans sa base en semant des germes d’anarchie parmi les ouvriers et en flattant leur goût pour l’alcool. Nous emploierons, en même temps, tous les moyens possibles pour chasser de la terre toute l’intelligence des Gentils.

Fausses doctrines économiques

Pour que les Gentils ne se rendent pas prématurément compte de la véritable situation des affaires, nous la dissimulerons sous un désir apparent d’aider les classes ouvrières dans la solution des grands problèmes économiques, dont nos théories économiques facilitent la propagande de toutes les manières possibles.

– 33 –

Septième protocole

Les armements

L’intensification du service militaire et l’augmentation des forces de police sont essentielles à la réalisation des plans ci-dessus mentionnés. Il faut que nous arrangions les choses de façon qu’en dehors de nous il n’y ait dans tous les pays qu’un immense prolétariat dont tous les individus seront autant de soldats et d’agents de police dévoués à notre cause.

Fomenter la lutte entre Nations

Dans toute l’Europe, et avec l’aide de l’Europe, sur les autres continents, nous devons exciter la sédition, les dissensions et l’hostilité mutuelle. Il y a à cela double avantage d’abord nous commandons par ces moyens le respect de tous les pays qui avent bien que nous avons le pouvoir de créer les soulèvements à volonté ou de restaurer l’ordre. Tous les pays sont accoutumés à recourir à nous quand la répression devient nécessaire. En second lieu, nous embrouillerons, par nos intrigues, tous les fils ourdis par nous dans les ministères de tous les gouvernements, non seulement au moyen de notre politique, mais par des conventions commerciales et des obligations financières.

Pour atteindre ces fins, il nous faudra recourir à beaucoup de ruse et d’artifice pendant les négociations et les débats ; mais dans ce qui s’appelle le « langage officiel », nous semblerons adopter la tactique opposée et paraîtrons honnêtes et conciliants. Ainsi, les gouvernements des Gentils, à qui nous avons appris de ne regarder que le côté brillant des affaires, telles que nous les leur présentons, nous considéreront même comme les bienfaiteurs et les sauveurs de l’humanité.

Buts des guerres

Nous devons être à même de répondre à toute opposition par une déclaration de guerre du pays voisin de L’État qui ,ose se mettre en travers de notre route ; mais si ces voisins, à leur tour; devaient se décider à s’unir contre nous, il faudrait leur répondre en déchaînant une guerre mondiale.

L’art politique

En politique, le succès capital consiste dans le degré de secret qu’on a su garder pour y atteindre. Les actes d’un diplomate ne doivent pas correspondre à ses paroles.

– 34 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

L’opinion publique

Pour favoriser notre plan mondial, qui est près d’aboutir à ses fins désirées, il nous faut influencer les gouvernements des Gentils par ce que l’on nomme l’opinion publique, pré-disposée par nous au moyen de la plus grande de toutes les puissances : la presse, qui, à part quelques insignifiantes exceptions, auxquelles il ne vaut pas la peine de s’arrêter, est tout entière entre nos mains.

Bref, afin de démontrer que tous les gouvernements des Gentils d’Europe nous sont asservis, nous manifesterons notre pouvoir à l’un d’eux, au moyen de crimes, de violences, c’est-à-dire par un règne de terreur, et, au cas où ils se révolteraient tous contre nous, nous répondrions avec les fusils américains, chinois ou Japonais.

– 35 –

Huitième protocole

une fausse justice

Nous devons nous assurer tous les moyens dont nos ennemis pourraient se servir contre nous. Nous aurons recours aux expressions les plus obscures et les plus compliquées du dictionnaire de la loi, afin de nous justifier dans le cas où nous serions obligés de prendre des décisions qui pourraient sembler trop hardies ou injustes. Car il sera important d’exprimer de telles décisions d’une manière si énergique, qu’aux yeux du peuple elles puissent paraître de nature excessivement morale, équitable et juste.

Les auxiliaires du Juif

Notre gouvernement devra s’entourer de toutes les puissances de la civilisation au sein de laquelle il aura à agir. Il attirera à lui les publicistes, les avocats, les praticiens, les administrateurs, les diplomates, et, enfin, tous ceux que nous aurons formés dans nos écoles spéciales modernistes.

But du écoles spéciales

Ces gens connaîtront les secrets de la vie sociale, ils seront maîtres de toutes les langues rassemblées dans le vocabulaire politique ; ils connaîtront. à fond le côté intérieur de la nature humaine avec toutes ses cordes les plus sensibles, sur lesquelles ils auront. à jouer. Ces cordes constituent le cerveau des Gentils, leurs bonnes et leurs mauvaises qualités, leurs tendances et leurs vices, les particularités des castes et des classes. Il va sans dire que ces sages conseillers de notre puissance auxquels je fais allusion ne seront pas choisis parmi les Gentils qui ont coutume de poursuivre leur travail administratif sans garder en vue les résultats qu’ils doivent obtenir et sans savoir pour quelle fin ces résultats sont requis. Les administrateurs des Gentils signent des papiers qu’ils ne lisent pas et servent pour l’amour de l’argent ou par ambition.

Professeurs d’économie

Nous entourerons notre gouvernement de toute une armée d’économistes. C’est la raison pour laquelle la science de l’économie est le principal sujet enseigné aux Juifs. Nous aurons autour de nous des milliers de banquiers, de négociants et, ce qui est plus important encore de millionnaires, parce qu’en réalité l’argent décidera de tout.

– 36 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Exploitation des gens tarés

Cependant, tant qu’il ne seras pas sûr de remplir les postes de gouvernement par nos frères juifs, nous confierons ces postes importants à des gens dont les antécédents et la réputation sont si mauvais, qu’ils forment un abîme entre eux et la nation, et à des hommes tels, qu’au cas où ils enfreindraient nos ordres, ils pourraient s’attendre à être jugées et emprisonnés. Et tout ceci dans le but de les obliger à défendre nos intérêts jusqu`à leur dernier souffle.

– 37 –

Neuvième protocole

Pour la rééducation des peuples

En appliquant nos principes, faites surtout attention au caractère de la nation particulière au sein de laquelle vous vivez et devez travailler. Il ne faut pas vous attendre à réussir en appliquant partout nos doctrines, jusqu’à ce que la nation en question ait été rééduquée par nos principes ; mais, en procédant avec précaution dans leur application, vous découvrirez qu’avant, dix ans le caractère le plus obstiné aura changé, et nous aurons ajouté une nation de plus à celles qui nous ont déjà fait leur soumission.

Destruction des pouvoirs

À la formule libérale de notre devise maçonnique : « Liberté, Égalité, Fraternité » nous substituerons non pas les mots de notre devise, mais des mots exprimant simplement une idée, et nous dirons « Le droit de la Liberté, le devoir de l’Égalité et l’idée de Fraternité », tenant ainsi le taureau par les cornes. En fait, nous avons déjà détruit tous les pouvoirs régnants, excepté le nôtre ; mais, en théorie, ils existent encore.

L’antisémitisme de certains nous favorise

Actuellement, si quelques gouvernements se rendent répréhensibles à notre égard, ce n’est que pure formalité et tout se passe avec notre connaissance et notre plein consentement, car nous avons besoin de leurs débordements antisémites pour maintenir dans l’ordre nos frères inférieurs. Je ne m’étendrai pas sur ce point qui a déjà fait le sujet de nombreuses discussions.

La dictature Juive

Somme toute, nous ne rencontrerons aucune opposition. Notre gouvernement est dans une situation si extraordinairement forte devant la loi que nous pouvons presque le définir par l’énergique expression de dictature. Je peux honnêtement dire que, pour le temps présent, nous sommes des législateurs ; nous tenons des assises et infligeons des peines : nous mettons à mort, ou faisons grâce ; nous sommes, pour ainsi dire, le commandant en chef chevauchant à la tête de toutes les armées. Nous gouvernons par la force puissante parce que les restes d’un parti, puissant jadis, sort entre nos mains ; ce parti nous est aujourd’hui assujetti. Nous avons des ambitions illimitées, une convoitise dévorante, une vengeance impitoyable et une haine intense.

– 38 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

La source de la terreur

Nous sommes la source d’une terreur s’étendant au loin.

Nos serviteurs

Nous avons à notre service des gens de toute opinion et de tous les partis : des hommes désireux de rétablir les monarchies, des socialistes, des communistes et des partisans de toutes sortes d’utopies. Nous les avons tous mis sous le harnais ; chacun à sa manière, miné le reste du pouvoir et essaye de détruire les lois existantes. Par ce procédé, tous les gouvernements sont torturés ; Ils hurlent pour réclamer le repos ; et, pour l’amour de la paix, ils sont prêts à tous les sacrifices. Mais nous ne leur laisserons aucune paix jusqu’à ce qu’ils aient reconnu notre Supergouvernernent international.

Le peuple réclama, en gémissant, la solution indispensable des problèmes sociaux par des moyens internationaux. Les dissensions de partis mirent ceux-ci entre nos mains, parce que, pour conduire l’opposition, il faut de l’argent, et l’argent est sous notre contrôle.

Conflit entre le pouvoir et le peuple

Nous avons redouté l’alliance de la puissance souveraine et expérimentée du Gentil avec la puissance aveugle de la foule, mais nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour supprimer la possibilité d’une telle éventualité. Entre ces deux puissances, nous avons élevé un mur, sous la forme de la terreur qu’elles éprouvent l’une pour l’autre. Ainsi la puissance aveugle de la populace reste pour nous un appui. Nous seuls serons ses chefs et la guiderons vers notre but.

Le contact avec les masses

Afin que la main de l’aveugle ne puisse se libérer de notre étreinte, nous devons être en contact permanent avec les masses, sinon personnellement, du moins par l’intermédiaire de nos frères les plus fidèles. Lorsque nous serons devenus un pouvoir reconnu, nous nous adresserons personnellement, au peuple, sur les places publiques, et nous ferons son éducation politique dans le sens qui nous conviendra.

Comment pourrons-nous contrôler ce qui est enseigné au peuple dans les écoles de campagne ? En tout cas, il est certain que ce qui est dit par le délégué du gouvernement, ou par le souverain lui-même, ne peut manquer d’être connu de toute la nation, la voix du peule le répandant aussitôt.

L’organisme libéral est entre nos mains

Afin de ne pas détruire prématurément les institutions des Gentils, nous les avons touchées de notre main expérimentée, et nous avons saisie extrémité des ressorts de leur mécanisme. Ceux-i fonctionnaient autrefois suivant un ordre sévère, mais juste nous. nous substitué un organisme libéral déréglé. Nous avons mis la main sur la juridictions, les

– 39 –

manœuvres électorales, sur la direction de la presse, sur le développement de la liberté individuelle, et, ce qui est plus important encore, sur l’éducation, principal appui de l’existence libre.

Corrompre les Goïm5 et contourner leurs lois

Nous avons abêti et corrompu la génération actuelle des Gentils en lui enseignant des principes et des théories que nous savions entièrement faux, mais que nous lui avons nous- mêmes inculqués. Sans amender, en réalité, les lois déjà en vigueur, mais simplement. en les contournant et en les interprétant ainsi que ne l’avaient pas prévu ceux qui les ont conçues, nous avons obtenu un résultat extraordinairement utile.

Savoir interpréter les lois

On peut, tout d’abord, constater ces résultats dans le fait que notre interprétation cacha le sens réel des lois, et les rendit, par suite, si. inintelligibles qu’il fut impossible au gouvernement de démêler un Code aussi confus.

De là est sortie la théorie de ne pas s’attacher à la lettre de la loi, mais de juger d’après sa conscience.

De l’utilité des voies souterraines

On nous objectera que les nations pourraient prendre les armes contre nous si, nos plans étaient prématurément découverts ; mais, en vue de cette possibilité, nous pouvons nous reposer sur la mise en action d’une force si formidable qu’elle ferait frémir les hommes les plus braves. D’ici là, des chemins de fer métropolitains et des passages souterrains seront construits dans toutes les villes. De ces lieux souterrains, nous ferons sauter toutes les cités du monde, avec leurs institutions et leurs documents.

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

5 ‘’…L’expression “les Peuples des nations en l’homme” signifie les attributs, les désirs (kilim) qu’il n’est pas possible d’utiliser jusqu’au parachèvement de la réparation. Seul le travail sur les désirs “Israël” est possible. “Israël” correspond aux kilim, aux attributs altruistes. Le terme “Goïm” correspond aux kilim se caractérisant par l’attribut du recevoir, aux attributs d’égoïsme. Après la réparation de tous les attributs en l’homme, tous les kilim d’Israël et des Goïm doivent s’unir et ressentir le Créateur pleinement (parfaitement). Avant cela, la réparation doit être effectuée par Israël qui doit procéder le premier à sa réparation. A mesure qu’Israël se répare, il rapproche également les Peuples des nations de leur réparation.’’

Rav Mikhael Laitman – Entretien du 19 octobre 2000 ; Traduction : N. Baron, Bnei Baruch, Paris

– 40 –

Traduction NILUS

Dixième protocole

Nécessité du camouflage

Aujourd’hui, je commencerai par répéter ce qui a été dit précédemment, et je vous prie tous de vous souvenir qu’en politique les gouvernements et les nations sont satisfaits par le côté apparent de toute chose. Et comment auraient-ils le temps d’en examiner le côté intérieur, alors que leurs représentants ne songent qu’aux plaisirs ?

Il est de la plus haute importance pour notre politique de ne pas perdre de vue le détail ci-dessus mentionné qui nous sera d’un grand secours lorsque nous discuterons des questions telles que la répartition des pouvoirs, la liberté de la parole, la liberté de la presse et de la religion, le droit d’association, l’égalité devant la loi, l’inviolabilité de la propriété et du domicile, la question de l’impôt (l’idée d’un impôt secret) et la force rétroactive des lois. Toutes les questions analogues sont d’une nature telle qu’il ne serait pas prudent de les discuter ouvertement devant le peuple ; cependant, au cas où il deviendrait nécessaire d’en parler à la foule, il ne faut pas les énumérer, mais faire, sans entrer dans le détail, des exposés concernant les principes de droit moderne, comme étant reconnus par nous.

L’importance des réticences réside dans le fait qu’un principe non ouvertement proclamé nous laisse la liberté d’action, tandis que ce même principe, une fois déclaré, peut être considéré comme établi.

La fortune sourit aux audacieux

La nation tient en grand respect la puissance d’un génie politique ; elle supporte ses actes les plus hardis et les commente ainsi : ” Quelle escroquerie, mais qu’elle a été bien faite, et avec quel courage ! ”

Nous comptons, en attirant toutes les nations, travailler à construire les fondations d’un nouvel édifice dont nous avons fait les plans. Pour cela, il nous faut acquérir le concours d’agents hardis et audacieux, capables de surmonter tous les obstacles qui entraveraient notre marche.

Importance du mensonge et du vote

Quand nous ferons notre ” coup d’État “, nous dirons au peuple : ” tout a très mal marché jusqu’ici, vous avez tous souffert ; nous détruisons, maintenant, la cause de vos souffrances, à savoir : les patries, les frontières et les valeurs financières nationales. Certes, vous serez libres de nous condamner, mais votre jugement sera-t-il juste, si vous le prononcez sans avoir expérimenté ce que nous pouvons faire pour votre bien ? ”

– 41 –

Alors, dans un élan d’espoir et d’exultation, ils nous porteront en triomphe sur leurs épaules. La puissance du vote – dont nous avons investi les membres les plus insignifiants de l’humanité en organisant des réunions et des conventions réglées d’avance – jouera alors son dernier rôle ; cette puissance, au moyen de laquelle ” nous sommes montés sur le trône “, s’acquittera de sa dernière dette envers nous en témoignant de son anxiété de voir le résultat de notre proposition avant de prononcer son jugement.

Le suffrage universel, arme de choc

Pour obtenir la majorité absolue, il faudra que nous amenions tout le monde à voter, sans distinction de classes. On n’obtiendrait pas cette majorité par les seules classes instruites ou par une société divisée en castes.

La famille doit disparaître

Après avoir ainsi rempli l’esprit de l’homme de sa propre importance, nous détruirons la vie de famille des Gentils et son influence éducatrice ; nous empêcherons les hommes de valeur de percer, et, sous notre direction, la populace les tiendra sous le joug et ne leur permettra pas même d’exposer leurs plans.

La foule a l’habitude de nous écouter, nous qui payons son attention et son obéissance. Nous créerons, par ces moyens, une force si aveugle qu’elle ne sera jamais capable de prendre aucune décision sans l’avis de nos agents, placés par nous pour la guider.

La foule se soumettra donc à ce système, parce qu’elle saura que ses gages, ses gains et tous autres bénéfices lui viendront par ces guides.

L’unité de commandement est nécessaire

Le système de gouvernement doit être l’oeuvre d’une seule tête, parce qu’il serait impossible de le consolider s’il était l’oeuvre combinée de nombreuses intelligences. C’est pourquoi il ne nous est permis de connaître que le plan d’action, mais nous ne devons, en aucune façon, le discuter, sous peine d’en détruire l’efficacité, les fonctions de ses différentes parties et le sens pratique de chacun de ses points. Si de tels plans étaient mis en discussion et altérés par des passages répétés au scrutin de vote, ils seraient déformés par suite des conceptions erronées des électeurs qui n’auraient pas approfondi leur signification. Il est donc nécessaire que nos plans soient décisifs et logiquement conçus. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas lancer à la foule, ni même à une petite coterie, pour qu’elle soit mise en pièces, la grande oeuvre de notre chef. Ces plans ne bouleverseront pas pour l’instant les institutions existantes. Ils ne changeront que leur théorie économique, et, partant, toute la marche de leurs procédures qui suivront alors inévitablement le chemin prescrit par nos plans.

– 42 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Saper les institutions de l’État

Les mêmes institutions existent dans tous les pays ; leurs noms seuls diffèrent : les Chambres, les Ministères, le Sénat, un Conseil privé, des Départements législatif et administratif.

Je n’ai pas à vous expliquer le mécanisme qui relie ces diverses institutions, il vous est déjà bien connu. Retenez seulement que chacune des institutions susnommées correspond à quelque fonction importante du gouvernement. (J’applique le mot ” importante ” non pas aux institutions, mais à leurs fonctions.)

Toutes ces institutions se sont partagé toutes les fonctions du gouvernement, c’est-à- dire le pouvoir administratif, le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif. Et leurs fonctions sont devenues semblables à celles des différents organes du corps humain.

Si nous portons atteinte à quelque partie que ce soit de la machine gouvernementale, l’État tombera malade, comme le ferait un corps humain, et il mourra.

Le libéralisme, ce poison mortel

Lorsque nous eûmes injecté le poison du libéralisme dans l’organisation de l’État, sa complexion politique changea ; les États furent infectés d’une maladie mortelle : la décomposition du sang. Il ne reste plus qu’à attendre la fin de leur agonie.

Les tares des états constitutionnels

Le libéralisme donna naissance aux gouvernements constitutionnels qui prirent la place de l’autocrate – la seule forme de gouvernement saine pour les Gentils. Toute constitution, comme vous le savez par vous-mêmes, n’est autre chose qu’une école de dissensions, de mauvaise entente, de querelles et d’agitations inutiles de partis ; en résumé, c’est l’école de tout ce qui affaiblit la force du gouvernement. La tribune comme la presse tendirent à rendre les gouvernants inactifs et faibles, et, par conséquent, inutiles et superflus ; c’est pourquoi ils furent déposés dans bien des pays.

L’institution d’une ère républicaine devint alors possible, et nous remplaçâmes le souverain par sa caricature en la personne d’un président tiré par nous de la foule et choisi parmi nos créatures et nos esclaves.

C’est de cette manière que nous avons posé la mine sous les Gentils, ou, mieux, sous les nations des Gentils.

Des présidents responsables…

Dans un avenir prochain, nous rendrons le président responsable.

Nous appliquerons hardiment alors, et sans scrupule, les plans dont notre « dummy » (celui qui fait « le mort » au whist) sera responsable. Que nous importe si les rangs des coureurs de places s’éclaircissent, s’il s’élève des troubles parce qu’on ne peut trouver de président – troubles qui finiront par désorganiser le pays ?

– 43 –

…réduits au rôle de pantins

Pour arriver à de tels résultats, nous prendrons nos mesures, afin qu’on nomme des présidents ayant à leur passif un scandale comme le « Panama », ou quelque autre affaire louche du même genre. Un président de cet acabit sera le fidèle exécuteur de nos plans, parce qu’il craindra d’être découvert, et sera dominé par cette peur qui s’empare toujours d’un homme parvenu au pouvoir et qui désire vivement conserver les privilèges et les honneurs que lui confère sa haute charge. La Maison des Représentants élira, protégera et masquera le président ; mais nous retirerons à cette chambre son pouvoir d’introduire et de modifier les lois.

Nous donnerons ce pouvoir au président responsable, qui sera comme une marionnette entre nos mains. Le pouvoir du président deviendra, en pareil cas, une cible exposée à toutes sortes d’attaques, mais nous lui donnerons un moyen de défense dans son droit d’appel au peuple par-dessus la tête des députés de la nation, c’est-à-dire qu’il en appellera directement au peuple composé de nos esclaves aveugles – la majorité de la populace.

De plus, nous conférerons au président le pouvoir de proclamer la loi martiale. Nous expliquerons cette prérogative par le fait que le président, étant le chef de l’armée, doit la tenir sous son autorité pour protéger la nouvelle Constitution républicaine ; il doit sa protection à cette Constitution dont il est le représentant responsable.

Contrôle de la législation

Il est clair que, dans de telles conditions, la clef de la situation intérieure sera entre nos mains, et nul autre que nous ne contrôlera la législation.

Pour une nouvelle Constitution démocratique

De plus, quand nous instaurerons la nouvelle Constitution républicaine, sous prétexte de secret d’État, nous priverons la Chambre de son droit de discuter l’opportunité des mesures prises par le gouvernement. Par cette nouvelle Constitution, nous réduirons également au minimum le nombre des représentants de la nation, diminuant ainsi du même coup, d’un nombre équivalent, les passions politiques, et la passion de la politique. Si, en dépit de tout, ils se montraient récalcitrants, nous supprimerions les derniers représentants en faisant appel à la nation. Le président aura la prérogative de nommer le président et le vice-président de la Chambre des députés et du Sénat. Nous substituerons aux sessions permanentes des Parlements des sessions de quelques mois seulement. En outre, le président, comme chef du pouvoir exécutif, aura le droit de convoquer et de dissoudre le Parlement, et, en cas de dissolution, de différer la convocation d’un nouveau Parlement. Mais, afin que le président ne soit pas tenu pour responsable des conséquences de ces actes, à proprement parler illégaux, avant que nos plans soient parvenus à maturité, nous convaincrons les ministres et les autres hauts personnages officiels qui entourent le président, de dénaturer ses ordres en lançant des instructions à leur guise, ce qui les obligera à assumer une responsabilité qui incombait au président. Nous recommanderions, tout particulièrement, de confier cette fonction au Sénat, au Conseil d’État ou au Conseil des Ministres, mais non à des individus. Sous notre direction, le président interprétera les lois qui pourraient être comprises de plusieurs manières.

– 44 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

De plus, il annulera les lois au cas où cela nous paraîtrait opportun. Il aura également le droit de proposer de nouvelles lois temporaires et même des modifications dans l’œuvre constitutionnelle du gouvernement, invoquant pour cela les exigences de la prospérité du pays.

L’autocratie juive

De telles mesures nous permettront de retirer graduellement tous les droits et toutes les concessions que nous aurions pu être tout d’abord contraints d’accorder en nous arrogeant le pouvoir. Nous aurons été obligés de les introduire dans la Constitution des gouvernements pour dissimuler l’abolition progressive de tous les droits constitutionnels, lorsque l’heure viendra de substituer notre autocratie à tous les gouvernements existants.

Vers le règne d’un souverain juif

Il est possible que notre autocrate soit reconnu avant l’abolition de Constitutions, autrement dit, la reconnaissance de notre gouvernement partira du moment où le peuple, déchiré par les discordes et souffrant de la faillite de ses dirigeants (faillite préparée par nous), vociférera : « Déposez-les, et donnez-nous un chef mondial qui puisse nous unir et détruire toutes les causes de dissensions, c’est-à-dire les frontières, les nationalités, les religions, les dettes d’État, etc., un chef qui puisse nous donner la paix et le repos que nous ne pouvons trouver sous le gouvernement de nos souverains et de nos représentants ».

Les Loges, instrument de contagion

Mais vous le savez parfaitement bien vous-mêmes, pour que la multitude en arrive à hurler cette requête, il faut que dans tous les pays on trouble continuellement les relations qui existent entre le peuple et les gouvernements, – les hostilités, les guerres, les haines, et même le martyre de la faim et du besoin, des maladies inoculées, et cela à un tel degré que les Gentils ne voient d’autre issue à leurs malheurs qu’un appel à notre argent et à notre complète souveraineté.

Mais si nous donnons à la nation le temps de se ressaisir, il est peu probable que pareille opportunité se représente.

– 45 –

Onzième protocole

Fondements de la nouvelle Constitution

Le Conseil d’État sanctionnera la puissance du souverain. En tant que corps législatif officiel, il sera, pour ainsi dire, un Comité destiné à lancer les ordres des gouvernants.

Voici donc un programme de la Constitution nouvelle que nous préparons au monde. Nous ferons les lois, définirons les droits constitutionnels et administratifs : 1° au moyen d’édits de la Chambre législative, proposés par le président ; 2° au moyen d’ordres généraux et d’ordres du Sénat et du Conseil d’État, et au moyen des décisions du Cabinet, et, 3° lorsque le moment opportun se présentera, au moyen d’un coup d’État.

Notre révolution

Ayant ainsi déterminé les grands traits de notre plan d’action, nous allons discuter les détails qui peuvent nous être nécessaires pour accomplir la révolution dans tous les rouages de la machine de l’État, suivant le sens que j’ai déjà indiqué. Par ces détails, j’entends la liberté de religion, l’élection des représentants du peuple, et bien d’autres droits qui auront à disparaître de la vie courante des hommes. S’ils ne disparaissent pas tous entièrement, ils devront être radicalement transformés dès le lendemain du jour où sera proclamée la Constitution nouvelle. Ce serait seulement à ce moment précis qu’il n’y aurait plus aucun danger pour nous à faire connaître toutes les innovations, et cela pour la raison suivante : tout changement apparent, en un autre temps, pourrait être dangereux, parce que s’il était introduit par la force, et mis en vigueur strictement et sans discernement, il tendrait à exaspérer le peuple qui redouterait de nouveaux changements dans des conditions semblables. D’autre part, si ces changements devaient nous obliger à accorder plus de concessions encore, le peuple dirait que nous reconnaissons nos erreurs, et cela pourrait ternir la gloire de l’infaillibilité du nouveau pouvoir. Il pourrait également dire que nous avons été effrayés et contraints de céder. Et si tel était le cas, le monde ne nous remercierait jamais, parce qu’il considère comme son droit d’obtenir toujours des concessions. Si l’une ou l’autre de ces impressions agissait sur l’esprit du public, ce serait un immense danger pour le prestige de la Constitution nouvelle.

Il est essentiel pour nous que, dès cette proclamation, tant que le peuple souffrira encore du brusque changement et sera dans un état de terreur et d’indécision, il se rende compte que nous sommes si puissants, si invulnérables, si pleins de force, qu’en aucun cas nous ne prendrons ses intérêts en considération. Nous tiendrons à ce qu’il soit convaincu que non seulement nous ignorons ses opinions et ses désirs, mais que nous serons prêts à tout moment et en tous lieux à réprimer énergiquement toute manifestation ou toute velléité d’opposition. Nous ferons entendre au peuple que nous avons pris tout ce que nous

– 46 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

désirions et que nous ne lui permettrons jamais de partager le pouvoir avec nous. Alors, la crainte lui fermera les yeux, et il attendra patiemment la suite des événements.

Loups et moutons

Les Gentils sont comme un troupeau de moutons – nous sommes les loups. Et savez- vous ce que font les moutons lorsque les loups pénètrent dans la bergerie ? Ils ferment les yeux. Nous les amènerons à faire de même, car nous leur promettrons de leur rendre toutes leurs libertés après avoir asservi tous les ennemis du monde et obtenu la soumission de tous les partis. J’ai à peine besoin de vous dire combien de temps ils auront à attendre le retour de leurs libertés.

Ce que cachent les Loges

Pour quelle raison avons-nous été conduits à imaginer notre politique et à l’implanter chez les Gentils ? Nous la leur avons inculquée sans leur en laisser comprendre le sens intime. Qu’est-ce qui nous a poussés à adopter une telle ligne de conduite, sinon ce fait que, race disséminée, nous ne pouvions atteindre notre objet par des moyens directs, mais seulement par des moyens détournés ? Telle fut la cause réelle de notre organisation de la Maçonnerie, dont ces pourceaux de Gentils n’ont pas approfondi le sens, ni même soupçonné le but. Ils sont attirés par nous dans la multitude de nos Loges, qui paraissent être uniquement maçonniques pour jeter de la poudre aux yeux de leurs camarades.

Par la miséricorde de Dieu, son peuple élu fut dispersé, et cette dispersion, qui parut au monde comme notre faiblesse, a constitué toute notre puissance, laquelle nous a conduits au seuil de la souveraineté universelle.

Il nous reste peu de chose à ajouter à ces fondations pour atteindre notre but.

– 47 –

Douzième protocole

La liberté

Le mot « liberté », qui peut être interprété de diverses manières, nous le définirons ainsi : « La liberté est le droit de faire ce qui est permis par la loi ». Une telle définition nous sera utile en ce sens qu’elle nous réserve de déterminer où il y a et où il n’y aura pas de liberté, pour la simple raison que la loi permettra seulement ce qui peut satisfaire nos désirs.

La presse

Envers la presse, nous nous conduirons de la manière suivante : – Quel est actuellement le rôle joué par la presse ? Elle sert à déchaîner sur les peuples les plus violentes passions, ou, quelquefois, des luttes égoïstes de partis qui peuvent être nécessaires à nos desseins. Elle est souvent creuse, injuste, fausse, et la plupart ne comprennent en rien ses intentions véritables. Nous la mettrons sous le joug et la conduirons avec des rênes solides ; nous devrons également nous assurer le contrôle de toutes les formes de publications. Il ne serait d’aucune utilité pour nous de contrôler les journaux, si nous restions exposés aux attaques des brochures et des livres. Nous ferons du produit de la publicité, actuellement si coûteuse, une ressource avantageuse pour notre gouvernement, en introduisant un droit de timbre spécial et en contraignant les éditeurs et les imprimeurs à nous verser une caution afin de garantir notre gouvernement contre toutes espèces d’attaques de la part de la presse. En cas d’attaque, nous répondrions de tous côtés par des amendes. Ces mesures, timbres, cautions, amendes, seront une importante source de revenus pour le gouvernement. Certainement, des organes de partis ne regarderont pas à payer de fortes amendes, mais, après une seconde attaque sérieuse contre nous, nous les supprimerons totalement. Nul ne pourra impunément toucher au prestige de notre infaillibilité politique. Pour interdire une publication, nous trouverons le prétexte suivant : – la publication qui vient d’être supprimée excitait, dirons-nous, l’opinion publique, sans aucune raison ou aucun fondement. Je vous prie de bien remarquer que, parmi les publications agressives, se trouveront celles qui auront été créées par nous dans ce dessein ; mais ces dernières n’attaqueront notre politique que sur les points où nous nous serons proposé un changement.

La censure

Aucune information n’atteindra la société sans passer par notre contrôle. Ceci est déjà pour nous un point acquis par le fait que toutes les nouvelles sont reçues de toutes les parties du monde par un petit nombre d’agences qui les centralisent. Lorsque nous serons

– 48 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

arrivés au pouvoir, ces agences nous appartiendront entièrement et ne publieront que les nouvelles qu’il nous plaira de laisser paraître.

Si, dans les conditions actuelles, nous avons réussi à obtenir, sur la société des Gentils, un contrôle tel qu’elle n’entrevoie les affaires du monde qu’à travers des lunettes colorées que nous lui avons mises devant les yeux ; si, dès maintenant, aucune barrière ne peut nous empêcher de pénétrer les secrets d’État, ainsi que les nomme la stupidité des Gentils, quelle ne sera pas notre situation, lorsque nous serons officiellement reconnus comme les dirigeants du monde, dans la personne de notre Empereur mondial ?

Revenons à l’avenir de la presse. Celui qui voudra devenir éditeur, libraire ou imprimeur, devra obtenir un certificat et une licence qui, en cas de désobéissance, lui seraient retirés. Les canaux par lesquels la pensée humaine trouve son expression seront mis entre les mains de notre gouvernement, qui les utilisera comme organe éducateur et qui empêchera ainsi le public d’être dérouté par le « progrès » idéalisateur et par le libéralisme.

Le progrès

Qui d’entre nous ne sait que cet insigne bienfait mène tout droit à l’utopie d’où naquirent l’anarchie et la haine de l’autorité ? Et cela pour la simple raison que le «progrès», ou plutôt l’idée d’un progrès libéral, donne aux hommes des pensées différentes d’émancipation, sans leur assigner aucune limite. Tous les soi-disant libéraux sont des anarchistes, sinon dans leurs actes, du moins dans leurs idées. Chacun d’eux court après le fantôme de la liberté, pensant qu’il peut faire tout ce qui lui plaît, c’est-à-dire tombant dans un état d’anarchie pour autant qu’il fait de l’opposition par pur amour de l’opposition.

Littérature et journalisme

Discutons maintenant sur la publication des livres. Nous les taxerons de la même manière que les quotidiens – autrement dit par le moyen de timbres de régie et de cautions. Mais, sur les livres de moins de 300 pages, nous doublerons l’impôt. Nous rangerons cette sorte de livre parmi les brochures, de manière à restreindre la publication des périodiques qui constituent la forme la plus virulente du poison imprimé. Ces mesures obligeront également les écrivains à publier de si longs ouvrages qu’ils seront peu lus du public, surtout en raison de leur prix élevé. Nous-mêmes publierons des livres bon marché, afin d’instruire et de fixer l’esprit public dans le sens qui nous convient. L’impôt réduira la production de la littérature sans sujet spécial, purement récréative ; et le fait qu’ils seront responsables devant la loi mettra les auteurs entre nos mains. Celui qui voudrait nous attaquer avec sa plume ne trouverait pas d’éditeur.

Avant d’imprimer un ouvrage quelconque, l’éditeur ou l’imprimeur devra obtenir des autorités un permis de publier ledit ouvrage. Ainsi nous connaîtrons d’avance toute conspiration contre nous, et nous pourrons la frapper à la tête en prévenant le complot et en publiant une explication.

La littérature et le journalisme sont les deux puissances d’éducation les plus importantes ; pour cette raison, notre gouvernement achètera le plus grand nombre de périodiques. Nous neutraliserons ainsi la mauvaise influence de la presse indépendante, et nous

– 49 –

acquerrons un empire énorme sur l’esprit humain. Si nous permettons dix périodiques privés, nous en lancerons trente nous-mêmes, et ainsi de suite.

Mais le public ne doit pas avoir de ces mesures le plus léger soupçon ; aussi, les périodiques par nous publiés devront paraître de vues et d’opinions contradictoires, inspirant ainsi confiance et présentant une forme attrayante à nos ennemis sans défiance, qui tomberont de la sorte dans notre piège et seront désarmés.

Au premier rang, nous placerons la presse officielle. Elle veillera constamment à la défense de nos intérêts, et, par suite, son influence sur le public sera relativement insignifiante. Au second rang, nous placerons la presse semi-officielle, dont le devoir sera d’attirer les tièdes et les indifférents. Au troisième rang, nous placerons la presse qui se donnera l’air de nous faire opposition et qui, dans l’une de ses publications, semblera notre adversaire. Nos véritables ennemis croiront à la sincérité de cette opposition et nous laisseront voir leurs cartes.

Tous les journaux défendront des partis différents – aristocratique, républicain, révolutionnaire et même anarchiste – mais, bien entendu, aussi longtemps seulement que dureront les Constitutions. Ces journaux, comme le dieu indien Vishnou, auront des centaines de mains dont chacune tâtera le pouls de la changeante opinion publique.

Quand le pouls s’accélérera, ces mains inclineront l’opinion publique vers notre cause, car un sujet nerveux est facilement conduit et subit aisément toutes sortes d’influences.

Si quelques bavards s’imaginent qu’ils répètent l’opinion de l’organe de leur parti, ils ne répètent, en réalité, que notre propre opinion ou celle que nous désirons. En pensant qu’ils suivent leur journal, ils suivront, en réalité, le drapeau que nous ferons flotter devant eux. Pour que notre armée de journaux puisse exécuter ce programme dans son esprit, à savoir soutenir les différents partis, il nous faudra organiser notre presse avec grand soin.

Sous le nom de « Commission centrale de la Presse », nous organiserons des meetings littéraires où nos agents, inaperçus, donneront le mot d’ordre et le mot de passe. En discutant et en contredisant notre politique, toujours superficiellement, bien entendu, sans toucher effectivement à aucune de ses parties essentielles, nos organes mèneront des débats simulés avec les journaux officiels, afin de nous donner un motif de définir nos plans avec plus d’exactitude que nous ne le pouvions faire dans nos programmes préliminaires. Mais ceci uniquement lorsqu’il y aura profit pour nous. Cette opposition de la presse nous servira également à faire croire au peuple que la liberté de la parole existe encore. A nos agents, elle donnera l’opportunité de montrer que nos adversaires portent contre nous des accusations dénuées de sens, puisqu’ils seront incapables de découvrir une base réelle pour réfuter notre politique.

De telles mesures, échappant à l’attention publique, seront les plus sûrs moyens de guider l’esprit du peuple et d’inspirer confiance en notre gouvernement.

Grâce à ces mesures, nous pourrons exciter ou calmer l’esprit public sur les questions politiques, lorsque cela nous deviendra nécessaire ; nous pourrons le persuader ou le dérouter en imprimant de vraies ou de fausses nouvelles, des événements exacts ou contradictoires, suivant la convenance de nos desseins. Les informations que nous publierons dépendront de la disposition actuelle du peuple à accepter telle sorte de nouvelles, et nous examinerons toujours soigneusement le terrain avant d’y mettre le pied.

Les restrictions que nous imposerons – comme je l’ai dit – aux publications privées nous permettront de rendre certaine la défaite de nos ennemis, parce qu’ils n’auront aucun organe de presse à leur disposition au moyen duquel ils pourraient donner libre cours à leurs opinions. Nous n’aurons même pas à faire une réfutation totale de leurs affirmations.

– 50 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Les ballons d’essai que nous lancerons dans le troisième rang de notre presse seront, s’il est nécessaire, réfutés par nous d’une manière semi-officielle.

La franc-maçonnerie et la presse

Déjà il existe dans le journalisme français un système d’entente maçonnique pour donner les mots d’ordre. Tous les organes de la presse sont liés par des secrets professionnels mutuels, à la manière des anciens augures. Aucun de ses membres ne dévoilera sa connaissance du secret, si l’ordre n’a pas été donné de le rendre public. Pas un seul éditeur n’aura le courage de trahir le secret qui lui a été confié, car nul n’est admis dans le monde littéraire s’il ne porte la marque de quelque acte ténébreux dans son passé. Au moindre signe d’insoumission, la tache serait aussitôt révélée. Tant que ces marques restent connues du petit nombre seulement, le prestige du journaliste attire l’opinion publique à travers le pays tout entier. Le peuple le suit et l’admire.

Les provinces

Nos plans doivent principalement s’étendre à la province. Il nous est indispensable d’y créer des idées et des opinions telles qu’à un moment donné nous les puissions lancer contre la capitale, en les présentant comme les vues neutres des provinces.

Évidemment, la source et l’origine de ces idées ne seraient pas changées – elles seraient nôtres.

Il est pour nous de toute nécessité qu’avant notre prise de possession du pouvoir les grandes villes soient, pendant quelque temps, sous l’influence de l’opinion des provinces, c’est-à-dire qu’elles connaissent l’opinion de la majorité, opinion par nous préparée. Il nous est nécessaire que les capitales, au moment critique et psychologique, n’aient pas le temps de discuter un fait accompli, mais qu’elles l’acceptent simplement parce qu’il a été approuvé par une majorité dans les provinces.

Un régime infaillible

Lorsque nous arriverons à la période du nouveau régime – c’est-à-dire pendant la période transitoire qui précédera notre souveraineté -, nous ne permettrons à la presse de publier aucun compte rendu d’affaires criminelles ; il faut que le peuple pense que le nouveau régime est si satisfaisant que le crime même n’existe plus.

Là où le crime sera commis, il ne devra être connu que de la victime et de ceux qui, par hasard, en auront été les témoins, mais de ceux-là seuls.

– 51 –

Treizième protocole

Nos serviteurs

Le besoin du pain quotidien obligera les Gentils à tenir leurs langues et à rester nos humbles serviteurs. Ceux des Gentils que nous pourrions occuper dans notre presse discuteront, sous nos ordres, les faits que nous ne jugerions pas à propos de discuter dans notre gazette officielle. Et, tandis que tous les genres de discussion et de débats auront lieu de la sorte, nous ferons passer les lois dont nous aurons besoin, puis nous les présenterons au public comme un fait accompli.

Nul n’osera demander que ce qui a été décidé soit abrogé, tout spécialement parce que nous aurons tout coloré de notre intention d’aider au progrès. Alors, la presse détournera l’attention du public par de nouvelles propositions. Vous savez vous-mêmes que nous avons toujours appris au peuple à rechercher de nouvelles émotions.

L’opinion publique

Des aventuriers politiques, sans cervelle, précipiteront la discussion de nouveaux problèmes, semblables à ceux qui, même de nos jours, ignorent ce dont ils parlent. Les problèmes politiques ne sont pas destinés à être connus du commun des mortels ; ils ne peuvent être compris, comme je l’ai dit plus haut, que des gouvernements qui ont, depuis des siècles, dirigé les affaires. De tout ceci, vous pouvez conclure que nous n’en déférerons à l’opinion publique que pour faciliter le travail de notre machinerie. Vous pouvez également remarquer que nous cherchons l’approbation sur les diverses questions non par des actes, mais par des paroles. Nous affirmons continuellement que, dans toute la mesure possible, nous sommes guidés par l’espoir et la certitude de servir le bien public.

Commerce et industrie

Afin de détourner les gens agités des questions politiques, nous leur fournirons de nouveaux problèmes, concernant le commerce et l’industrie, par exemple. Qu’ils s’excitent sur ces questions tant qu’ils voudront. Les masses ne consentent à s’abstenir et à se détacher de ce qu’elles croient être l’action politique que si nous leur procurons de nouveaux amusements : le commerce, par exemple, que nous essayons de leur faire passer comme question politique. Nous-mêmes avons amené les masses à prendre part à la politique pour nous assurer leur appui dans notre campagne contre les gouvernements des Gentils.

– 52 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Distraire pour mieux tromper

Pour les empêcher de se découvrir une nouvelle ligne de conduite en politique, nous les distrairons également par toutes sortes de divertissements : jeux, passe-temps, passions, maisons publiques.

Nous allons bientôt lancer des annonces dans les journaux, invitant le peuple à prendre part à des concours de tout genre : artistiques, sportifs, etc. Ces nouveaux divertissements distrairont définitivement l’esprit public des questions qui pourraient nous mettre en conflit avec la populace. Comme le peuple perdra graduellement le don de penser par lui-même, il hurlera avec nous, pour cette raison bien simple que nous serons les seuls membres de la société à même d’avancer des idées nouvelles ; ces voies inconnues seront ouvertes à la pensée par des intermédiaires qu’on ne pourra soupçonner être des nôtres.

Crédulité des Goïm

Le rôle des idéalistes libéraux sera définitivement terminé quand notre gouvernement sera reconnu. Jusque-là, ils nous rendront grand service, et c’est pourquoi nous essayerons d’incliner l’esprit public vers toutes sortes de théories fantastiques qui pourraient être avancées ou libérales. C’est nous qui avons, avec un succès complet, tourné les têtes sans cervelle des Gentils vers le socialisme, par nos théories progressistes ; on ne trouverait pas parmi les Gentils un seul homme capable de s’apercevoir que, hors les cas où il s’agit de découvertes matérielles ou scientifiques, il y a toujours derrière le mot « progrès » un leurre quelconque. Car il n’existe qu’un seul enseignement vrai dans lequel le « progrès » n’a point de place. Le progrès, comme toute idée fausse, sert à cacher la vérité pour que personne ne la sache que nous, le Peuple élu de Dieu, pour en être le gardien.

Le monde aux mains des Juifs

Lorsque nous aurons le pouvoir, nos orateurs discuteront les grands problèmes qui ont bouleversé l’humanité que nous amènerons, enfin, sous notre joug béni.

Qui se doutera alors que tous ces problèmes furent lancés à notre instigation, pour servir un plan politique que nul n’aura saisi durant tant de siècles ?

– 53 –

Quatorzième protocole

La religion juive seule tolérée

Quand nous serons les maîtres de la terre, nous ne tolérerons aucune religion que la nôtre, c’est-à-dire une religion n’admettant qu’un seul Dieu à qui notre destin est lié par l’élection qu’il fit de nous, et par qui est également déterminé le destin du monde.

Il faut, pour cette raison, que nous abolissions toutes les professions de foi. Si, momentanément, le résultat obtenu est de faire des athées, notre but n’en sera pas contrarié, mais cela servira d’exemple aux générations futures qui écouteront notre enseignement sur la religion de Moïse, religion dont la doctrine ferme et bien réfléchie nous imposa le devoir de mettre toutes les nations sous nos pieds.

En agissant ainsi, nous insisterons également sur les vérités mystiques de l’enseignement mosaïque, desquelles dépend, dirons-nous, toute valeur éducative.

La paix dans l’esclavage

Puis, nous publierons, en toute occasion, des articles dans lesquels nous comparerons notre avantageuse autorité à celle du passé. L’état de bénédiction et de paix qui existera alors, bien qu’il sera le fruit de longs siècles de perturbation, mettra encore en relief le bienfait de notre nouveau gouvernement. Nous exposerons, sous les couleurs les plus vives, les erreurs commises par les Gentils dans leur administration. Nous soulèverons un tel dégoût pour l’ancien régime que les nations préféreront la paix dans l’esclavage aux droits que lui donnerait la liberté si haut exaltée, mais qui les a si cruellement torturés, qui a épuisé les sources de l’existence humaine et vers lesquels poussait seule, à vrai dire, une troupe d’aventuriers qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient.

Les inutiles changements de gouvernement auxquels nous aurons poussé les Gentils, pour ruiner leur édifice gouvernemental, auront tellement fatigué les peuples, qu’ils préféreront tout endurer de nous dans la crainte d’avoir à souffrir, de nouveau, les tourments et les malheurs qu’ils auront subis. Nous attirerons une attention spéciale sur les erreurs historiques des gouvernements des Gentils, erreurs qui les conduisirent à martyriser l’humanité durant tant de siècles, parce qu’ils n’entendaient rien à ce qui concerne le vrai bonheur de la vie humaine, étant constamment à la recherche de plans fantastiques de bien- être social. Car les Gentils ne se sont pas aperçus que leurs plans, au lieu d’améliorer les rapports des hommes entre eux, n’ont servi qu’à les rendre de plus en plus mauvais. Cependant, ces rapports mutuels sont la base même de l’existence humaine. Toute la force de nos principes et des mesures que nous prendrons pour les appliquer consistera en ce que nous les interpréterons en les mettant en contraste lumineux avec le régime tombé des anciennes conditions sociales.

– 54 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Notre religion et ses mystères

Nos philosophes exposeront tous les désavantages des religions des Gentils, mais personne ne jugera jamais notre religion de son vrai point de vue, parce que personne n’en aura jamais une connaissance complète, à part les nôtres, qui ne se hasarderont, dans aucun cas, à en dévoiler les mystères.

Littérature malsaine et littérature de l’avenir

Dans les pays soi-disant dirigeants, nous avons fait circuler une littérature malsaine, ordurière et dégoûtante. Nous continuerons à laisser prévaloir cette littérature pendant un court espace de temps, après l’établissement de notre gouvernement, afin qu’elle fasse ressortir d’une manière plus frappante le contraste des enseignements que nous donnerons du pinacle où nous serons élevés. Nos savants, instruits tout exprès pour diriger les Gentils, feront des discours, tireront des plans, ébaucheront des mots et écriront des articles au moyen desquels nous influencerons les esprits, les inclinant vers la science et les idées qui nous conviendront.

– 55 –

Quinzième protocole

Organiser la révolution mondiale

Quand nous aurons obtenu le pouvoir, par des coups d’État préparés par nous, de façon à ce qu’ils se produisent simultanément dans tous les pays, et aussitôt après que les gouvernements respectifs de ces derniers auront été officiellement proclamés incapables de gouverner le peuple – il pourra s’écouler un temps considérable, tout un siècle peut-être – nous ferons tous nos efforts pour empêcher les conspirations de se tramer contre nous.

La terreur n’épargnera pas les sociétés secrètes

Pour atteindre ce but, nous emploierons l’impitoyable moyen des exécutions contre tous ceux qui pourraient prendre les armes contre l’établissement de notre pouvoir.

L’institution d’une nouvelle société secrète quelconque tombera aussi sous le coup de la peine de mort ; quant aux sociétés secrètes qui existent actuellement et qui nous sont connues, celles qui servent et ont servi notre cause, nous les dissoudrons et enverrons leurs membres en exil au bout du monde.

Ce qui attend les francs-maçons non juifs

C’est de cette manière que nous agirons avec les francs-maçons Gentils qui pourraient en savoir plus long qu’il ne nous convient. Nous tiendrons dans une perpétuelle crainte de l’exil tels francs-maçons auxquels, pour une raison quelconque, nous ferions miséricorde. Nous ferons passer une loi qui condamnera tous les anciens membres des sociétés secrètes à être exilés d’Europe, où sera le centre de notre gouvernement.

Les décisions de notre gouvernement seront irrévocables et nul n’aura le droit d’en appeler.

Terreur et autocratie

Pour mettre sous la botte la société des Gentils, dans laquelle nous avons si profondément enraciné la discorde et les dogmes de la religion protestante, des mesures impitoyables devront être introduites. De telles mesures montreront aux nations que notre puissance ne peut être bravée. Nous ne devons tenir aucun compte des nombreuses victimes qui devront être sacrifiées afin d’obtenir la prospérité future.

– 56 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Obtenir la prospérité, même au moyen de nombreux sacrifices, est le devoir d’un gouvernement qui comprend que les conditions de son existence ne consistent pas seulement dans les privilèges dont il jouit, mais aussi dans la pratique de son devoir.

Fortifier le prestige de son pouvoir est la condition principale de sa stabilité, et ce prestige ne peut s’obtenir que par une puissance majestueuse et inébranlable qui se montrerait inviolable et entourée d’un pouvoir mystique, par exemple, le pouvoir décrété par Dieu.

Telle fut, jusqu’à nos jours, l’autocratie russe, notre seule ennemie dangereuse, si nous ne comptons pas le Saint-Siège. Rappelez-vous le temps où l’Italie était inondée de sang ; elle ne toucha pas un cheveu de la tête de Sylla, bien que ce fût lui qui fit couler son sang.

Grâce à sa force de caractère, Sylla devint un dieu aux yeux du peuple, et son audacieux retour en Italie le rendit inviolable. La populace ne touchera pas celui qui l’hypnotise par son courage et sa force d’âme.

De l’utilisé des Loges

Tant que nous n’aurons pas atteint le pouvoir, nous tâcherons de créer et de multiplier les Loges de francs-maçons dans toutes les parties du monde. Nous attirerons dans ces Loges tous ceux qui peuvent revêtir la mentalité publique ou qui en sont déjà revêtus, car ces Loges seront les principaux lieux où nous recueillerons nos renseignements en même temps qu’elles seront des centres de propagande.

La direction des Loges aux mains des Juifs

Nous centraliserons toutes ces Loges sous une direction unique, connue de nous seuls et constituée par nos Sages. Ces Loges auront également leurs propres représentants, afin de masquer les véritables dirigeants. Et ces dirigeants auront seuls le droit de désigner les orateurs et de tracer l’ordre du jour. Dans ces Loges, nous resserrerons les liens de toutes les classes socialistes et révolutionnaires de la société. Les plans politiques les plus secrets nous seront connus, et, dès qu’ils seront formés, nous en dirigerons l’exécution.

L’espionnage, arme juive

Presque tous les agents de la police internationale et secrète seront des membres de nos Loges.

Les services de la police sont d’une extrême importance pour nous, car ils peuvent masquer nos entreprises, inventer des explications plausibles du mécontentement des masses, aussi bien que punir ceux qui refusent de se soumettre.

Les Juifs, seuls maîtres des sociétés secrètes

La plupart de ceux qui entrent dans les sociétés secrètes sont des aventuriers qui, pour une raison ou pour une autre, veulent se frayer un chemin dans la vie et qui ne sont point d’esprit sérieux.

– 57 –

Avec de tels hommes, il nous sera facile de poursuivre notre but et nous leur ferons mettre notre machine en mouvement.

Si le monde entier en est bouleversé, c’est qu’il nous était nécessaire de le bouleverser ainsi, afin de détruire sa trop grande solidité. Si, au milieu de ce bouleversement, éclatent des conspirations, cela voudra dire que l’un de nos plus fidèles agents est à la tête desdites conspirations. Il est bien naturel que nous soyons le seul peuple à diriger les entreprises maçonniques. Nous sommes le seul peuple qui sache les conduire. Nous connaissons le but final de toute action, tandis que les Gentils ignorent la plupart des choses concernant la maçonnerie et ne peuvent même pas voir les résultats immédiats de ce qu’ils font. Généralement, ils ne pensent qu’aux avantages immédiats du moment et sont contents si leur orgueil est satisfait par l’accomplissement de leurs intentions, et ils ne perçoivent pas que l’idée originale ne leur revient pas, mais fut inspirée par nous.

L’arrivisme des Goïm

Les Gentils fréquentent les Loges maçonniques par pure curiosité, ou dans l’espoir de recevoir leur part des avantages qu’elles procurent ; et quelques-uns d’entre eux, afin de pouvoir discuter leurs idées idiotes devant un auditoire. Les Gentils sont à l’affût des émotions que donnent le succès et les applaudissements ; nous les leur distribuons sans compter. C’est pourquoi nous les laissons remporter leurs succès et tournons à notre avantage les hommes possédés par la vanité et qui s’assimilent inconsciemment nos idées, convaincus de leur propre infaillibilité et persuadés qu’eux seuls ont des idées et ne sont pas soumis à l’influence d’autrui.

Vous ne vous doutez pas combien il est facile d’amener le plus intelligent des Gentils à un degré ridicule de naïveté, en flattant sa vanité, et, d’autre part, combien il est facile de le décourager par le plus petit échec, ou simplement en cessant de l’applaudir ; on le réduit ainsi à un état de sujétion servile par la perspective de quelque nouveau succès. Autant les nôtres méprisent le succès et sont seulement anxieux de voir leurs plans réussir, autant les Gentils aiment le succès et, pour son amour, sont prêts à lui sacrifier la réussite de tous leurs plans. Ce trait caractéristique des Gentils nous permet de faire aisément d’eux ce que nous voulons. Ceux qui paraissent être des tigres sont aussi stupides que des moutons et leurs têtes sont pleines de vide.

Nous les laisserons donc chevaucher, dans leurs rêves, sur le coursier des vains espoirs de détruire l’individualité humaine par des idées symboliques de collectivisme.

Ineptie du collectivisme

Ils n’ont pas encore compris et ne comprendront jamais que ce rêve fou est contraire à la loi fondamentale de la nature, qui, depuis le commencement du monde, créa les êtres différents les uns des autres, afin de donner à chacun son individualité.

Le fait que nous avons été capables d’amener les Gentils à une idée aussi erronée ne prouve-t-il pas, avec une clarté frappante, quelle conception étroite, en comparaison de la nôtre, ils se font de la vie humaine ? Là réside notre plus grand espoir de succès.

– 58 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Massacres pour la cause

Combien clairvoyants étaient nos anciens Sages lorsqu’ils nous disaient que, pour atteindre un but réellement grand, nous ne devions pas nous arrêter devant les moyens, ni compter le nombre des victimes devant être sacrifiées à la réalisation de la cause ! Nous n’avons jamais compté les victimes de la race de ces brutes de Gentils, et, bien que nous ayons dû sacrifier un assez grand nombre des nôtres, nous avons déjà donné à notre peuple une situation dans le monde telle qu’il ne l’eût jamais rêvée. Un nombre relativement restreint de victimes de notre côté a sauvé notre nation de la destruction.

Les francs-maçons doivent payer

Tout homme doit inévitablement finir par la mort. Il vaut mieux hâter cette fin pour ceux qui entravent le progrès de notre cause, plutôt que pour ceux qui la font avancer. Nous mettons à mort les francs-maçons de telle manière que nul, en dehors de la Fraternité, n’en peut avoir le moindre soupçon. Les victimes elles-mêmes ne peuvent s’en douter à l’avance. Toutes meurent, quand il est nécessaire, d’une mort apparemment naturelle. Connaissant ces faits, la Fraternité n’ose protester contre ces exécutions.

Par ces moyens, nous avons coupé à sa racine même toute protestation contre nos ordres pour autant que les francs-maçons eux-mêmes sont en jeu. Nous prêchons le libéralisme aux Gentils, mais, d’autre part, nous tenons notre propre nation dans une entière sujétion.

La vérité sur les lois et la puissance des Gentils

Sous notre influence, les lois des Gentils furent obéies aussi peu que possible. Le prestige de leurs lois a été miné par nos idées libérales que nous avons introduites parmi eux. Les questions les plus importantes, aussi bien politiques que morales, sont résolues, par les Cours de Justice, de la manière que nous leur prescrivons. L’administrateur de la Justice des Gentils envisage ces questions à la lumière qu’il nous plaît de les lui présenter. Nous y parviendrons grâce à nos agents et à des hommes avec lesquels nous paraissons n’avoir aucune relation : opinions de la presse et autres moyens ; même des sénateurs, et d’autres personnages officiels, suivent aveuglément nos avis.

Le cerveau du Gentil, étant d’un caractère purement bestial, est incapable d’analyser et d’observer quoi que ce soit, et, plus encore, de prévoir les conséquences que peut avoir un cas présenté sous un certain jour.

Notre mission

C’est, précisément, dans cette différence de mentalité entre les Gentils et nous-mêmes que nous pouvons aisément voir le signe de notre élection par Dieu et de notre nature surhumaine ; il nous suffit de la comparer au cerveau instinctivement bestial des Gentils. Ils ne font que voir les faits, mais ne les prévoient pas, et sont incapables d’inventer quoi que ce soit, à l’exception, peut-être, de choses matérielles. De tout cela, il ressort clairement que la nature elle-même nous a destinés à conduire et à gouverner le monde.

– 59 –

Nos lois seront courtes et claires

Quand l’heure viendra pour nous de gouverner ouvertement, le moment sera venu aussi de montrer la douceur de notre régime et d’amender toutes les lois. Nos lois seront brèves et concises, ne demandant aucune interprétation ; tout le monde pourra les connaître dans leurs moindres détails.

Obéissance absolue

Leur trait essentiel sera d’exiger l’obéissance absolue à l’autorité, et ce respect de l’autorité sera porté à ses limites extrêmes. Alors cessera tout abus de pouvoir.

Châtiments impitoyables contre les abus de pouvoir

Chacun sera responsable devant l’unique pouvoir suprême, nommément celui du souverain.

L’abus de pouvoir, de la part de qui que ce soit, exception faite pour le souverain, sera si sévèrement puni qu’on perdra l’envie d’essayer sa force à cet égard.

Nous surveillerons attentivement chacune des décisions prises par notre Corps administratif, d’où dépendra le travail de la machine départementale, parce que si l’administration se relâche le désordre surgira partout. Pas un seul acte illégal, pas un seul abus de pouvoir ne restera impuni.

Tous les actes de dissimulation ou de négligence volontaire de la part des agents de l’administration disparaîtront dès qu’on aura vu les premiers exemples de châtiment.

Le prestige de notre puissance exigera que des châtiments convenables soient infligés, c’est-à-dire qu’ils soient durs, même dans le cas de la plus insignifiante atteinte portée à ce prestige, en vue d’un gain personnel. L’homme qui, par une peine même trop sévère, expie son crime sera comme le soldat mourant sur le champ de bataille de l’administration pour la cause de l’autorité, des principes et de la loi ; cause qui n’admet aucune déviation de la voie commune en faveur d’intérêts personnels, même pour ceux qui conduisent le char de l’État. Ainsi, nos juges sauront que, en essayant de montrer leur indulgence, ils violent la loi de la justice faite pour imposer un châtiment exemplaire, en raison des fautes commises, et non pour permettre au juge de montrer sa clémence. Cette heureuse qualité ne devra s’exercer que dans la vie privée et non dans l’exercice officiel des fonctions de juge, sans quoi la portée éducatrice de la vie politique perd toute son efficacité.

S’assurer la docilité des juges

Les magistrats, à cinquante-cinq ans, cesseront toutes fonctions pour les raisons suivantes :

1° Parce que des hommes âgés s’attachent plus fortement à des idées préconçues et sont moins capables d’obéir à des ordres nouveaux ;

2° Parce qu’une telle mesure nous permettra d’opérer de fréquents changements dans la magistrature qui, ainsi, sera docilement soumise à toute pression de notre part. Tout homme désirant conserver son poste devra, pour se l’assurer, nous obéir aveuglément.

– 60 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Pas de juges et de fonctionnaires libéraux

En général, nos juges seront choisis parmi ceux qui comprennent que leur devoir est de punir et d’appliquer les lois et non de s’attarder à des rêves de libéralisme qui pourraient porter atteinte à notre plan d’éducation, comme c’est le cas pour les juges Gentils actuels. Notre système de renouveler les magistrats nous aidera, en outre, à détruire toutes les combinaisons qu’ils pourraient former entre eux ; aussi travailleront-ils uniquement dans l’intérêt du gouvernement dont leur sort dépendra. La génération future des juges sera formée de manière à empêcher, instinctivement, toute action qui pourrait entamer les relations existantes de nos sujets entre eux.

Actuellement, les juges des Gentils sont indulgents pour tous les genres de crimes, car ils ne se font pas une idée exacte de leur devoir, pour cette simple raison que les gouvernants, lorsqu’ils nomment les juges, ne leur inculquent pas cette idée.

Les gouvernants des Gentils, lorsqu’ils nomment leurs sujets à des postes élevés, ne se soucient pas de leur en expliquer l’importance et de leur faire comprendre dans quel but les postes en question ont été créés ; ils agissent comme les animaux lorsque ceux-ci envoient leurs petits à la recherche d’une proie. Ainsi les gouvernements des Gentils sont ruinés par leurs propres serviteurs. Nous tirerons une morale de plus des résultats du système adopté par les Gentils ; elle nous servira à édifier notre gouvernement.

Nous déracinerons toute tendance libérale de chacune des institutions de propagande importantes dans notre gouvernement, institutions dont peut dépendre la formation de tous ceux qui seront nos sujets. Ces postes importants seront exclusivement réservés à ceux qui furent spécialement formés par nous pour l’administration.

Tout l’or du monde entre nos mains

Observera-t-on que de retraiter prématurément nos fonctionnaires serait trop dispendieux pour notre gouvernement, je répondrai alors que, tout d’abord, nous essayerons de découvrir pour de tels fonctionnaires une occupation privée propre à compenser pour eux la perte de leur emploi, ou que, d’ailleurs, notre gouvernement étant alors en possession de tout l’argent du monde, les dépenses ne seront pas à considérer.

Notre autocratie sera logique dans tous ses actes ; aussi toute décision prise par le bon plaisir de notre gouvernement sera toujours traitée avec respect et obéie sans condition.

Despotisme absolu

Nous ne tiendrons aucun compte des murmures et des mécontentements, et nous punirons tout indice de mauvaise humeur si sévèrement, que chacun tirera de là un exemple applicable à soi-même.

Suppression du droit d’appel

Nous supprimerons le droit d’appel et le réserverons à notre seul usage, parce que nous ne devons pas laisser se développer parmi le peuple l’idée que nos juges sont capables de se tromper dans leurs décisions.

– 61 –

Au cas où un jugement exigerait la révision, nous déposerions immédiatement le juge en question, et le châtierions publiquement, afin qu’une telle erreur ne se reproduisît pas.

Je répète ce que j’ai déjà dit : l’un de nos principes les plus importants sera de surveiller nos fonctionnaires administratifs, et ceci dans le but exprès de satisfaire la nation, parce qu’elle peut, de plein droit, exiger qu’un gouvernement ait de bons fonctionnaires.

Sous des apparences patriarcales

Notre gouvernement aura l’apparence d’une mission patriarcale dévolue à la personne de notre souverain. Notre nation et nos sujets le regarderont comme un père qui prend soin de satisfaire tous leurs besoins, de surveiller tous leurs actes et de régler les relations de ses sujets les uns avec les autres, aussi bien que leurs relations avec le gouvernement.

Le roi juif du monde

Ainsi le sentiment de respect envers le souverain pénétrera si profondément dans la nation qu’elle ne pourra plus se passer de sa sollicitude et de sa direction. Elle ne pourra vivre en paix sans lui et, finalement, le reconnaître comme son maître absolu.

Le peuple aura pour lui un sentiment de respect si profond qu’il sera proche de l’adoration, spécialement lorsqu’il se convaincra que ses fonctionnaires exécutent aveuglément ses ordres et que, seul, il règne sur eux. Ils se réjouiront de nous voir organiser leurs vies comme si nous étions des parents désireux d’inculquer à leurs enfants un vif sentiment du devoir et de l’obéissance.

Sacrifier les individus

En ce qui concerne notre politique secrète, toutes les nations sont des enfants comme le sont leurs gouvernements. Ainsi que vous pouvez le voir vous-mêmes, je fonde notre despotisme sur le Droit et le Devoir. Le droit du gouvernement d’exiger que le peuple remplisse son devoir est, en lui-même, une obligation du souverain qui est le père de ses sujets. Le droit de la force lui est accordé, afin qu’il conduise l’humanité dans la direction voulue par les lois de la nature, c’est-à-dire vers l’obéissance.

Toute créature en ce monde est en sujétion, soumise tantôt à un homme, tantôt aux circonstances, tantôt à sa propre nature, en tous les cas à quelque chose de plus puissant qu’elle-même. Soyons donc les plus puissants dans l’intérêt de la cause commune.

Nous devons, sans hésitation, sacrifier les individus qui auraient violé l’ordre existant, parce qu’un châtiment exemplaire est la solution du grand problème de l’éducation.

Notre roi, patriarche du monde

Le jour où le roi d’Israël posera sur sa tête sacrée la couronne que lui offrira l’Europe entière, il deviendra le Patriarche du monde.

– 62 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Le nombre des victimes qui devront être sacrifiées par notre roi n’excédera jamais le nombre de celles qui ont été immolées par les souverains Gentils dans leur poursuite de la grandeur et dans leurs rivalités.

Notre souverain sera en communication constante avec le peuple ; il lui adressera, du haut des tribunes, des discours qui seront immédiatement transmis au monde entier.

– 63 –

Seizième protocole

L’enseignement

En vue de détruire toute espèce d’entreprise collective autre que la nôtre, nous annihilerons toute œuvre collective dès sa naissance ; en d’autres termes, nous transformerons les universités et les reconstruirons sur de nouveaux plans.

Les chefs et les professeurs des universités seront spécialement préparés au moyen de programmes d’action perfectionnés et secrets, dont ils seront instruits et ne pourront s’écarter sans châtiment. Ils seront désignés avec soin et dépendront entièrement du gouvernement. De notre programme, nous exclurons tout l’enseignement de la loi civile, comme celui de tout autre sujet politique. A un petit nombre d’hommes, choisis parmi les initiés pour leurs capacités évidentes, seront dévoilées ces sciences. Les universités n’auront pas le droit de lancer dans le monde des blancs-becs regardant les nouvelles réformes constitutionnelles comme si elles étaient des comédies ou des tragédies, ou se préoccupant de la question politique que leurs pères eux-mêmes ne comprennent pas.

Une mauvaise connaissance de la politique pour une foule de gens est la source d’idées utopiques, et en fait de mauvais citoyens. Vous pouvez vous en rendre compte vous- mêmes d’après le système d’éducation des Gentils. Nous y avions introduit tous ces principes afin de pouvoir, avec succès, détruire leur structure sociale, ainsi que nous y sommes parvenus. Lorsque nous serons au pouvoir, nous supprimerons des programmes d’éducation tous les sujets qui pourraient troubler le cerveau de la jeunesse ; nous en ferons des enfants désobéissants, aimant leur maître et reconnaissant dans sa personne le pilier principal de la paix et du bien public.

Aux classiques et à l’étude de l’histoire ancienne, qui contiennent plus de mauvais exemples que de bons, nous substituerons l’étude des problèmes de l’avenir. Nous effacerons de la mémoire humaine le passé qui pourrait nous être défavorable, ne laissant subsister que les faits où s’affirment indubitablement les erreurs des gouvernements Gentils. Les sujets traitant des questions de la vie pratique, de l’organisation sociale et des relations des hommes entre eux, comme aussi des conférences contre les exemples mauvais et égoïstes, qui sont corrupteurs et font du mal, et d’autres questions semblables où le raisonnement n’intervient pas, seront au premier plan de notre système d’éducation. Ces programmes seront spécialement tracés pour les classes et les castes différentes, dont l’éducation sera tenue strictement séparée.

Il est de la plus haute importance d’insister sur ce système spécial.

Des écoles pour chaque caste

Chaque classe ou caste sera instruite séparément, suivant sa situation particulière et son travail. Un génie a toujours su et saura toujours comment pénétrer dans une caste plus

– 64 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

élevée, mais à part ce cas tout à fait exceptionnel, il n’est pas utile de mélanger l’éducation des différentes castes et d’admettre à des rangs supérieurs des hommes qui prendraient la place de ceux qui sont nés pour les occuper. Vous savez vous-mêmes combien il fut désastreux pour les Gentils d’émettre l’idée absolument idiote que nulle différence ne doit être faite envers les classes sociales.

L’école au service de notre souverain

Afin que le souverain s’assure une place solide dans le cœur de ses sujets, il est nécessaire que, durant son règne, on enseigne à la nation, aussi bien dans les écoles que dans les lieux publics, l’importance de son activité et les bonnes intentions de ses entreprises.

Plus de liberté d’enseignement

Nous abolirons toute espèce d’éducation privée. Les jours de congé, les étudiants et leurs parents auront le droit de se réunir dans leurs collèges, comme si ceux-ci étaient des clubs. A ces réunions, les professeurs prononceront des discours, qui passeront pour des conférences libres, sur des sujets tels que les rapports des hommes entre eux, les lois et les malentendus qui sont généralement le résultat d’une fausse conception de la situation sociale des hommes, et, finalement, ils exposeront les nouvelles théories philosophiques qui n’ont pas encore été révélées au monde.

Nos théories seront des dogmes de foi

De ces théories, nous ferons des dogmes de foi, nous en servant comme d’un marchepied pour notre foi.

Quand j’aurai fini de vous exposer tout mon programme et quand nous aurons discuté tous nos plans pour le présent et pour l’avenir, je vous lirai le plan de cette nouvelle doctrine philosophique.

Liberté de pensée

Nous savons, par l’expérience de plusieurs siècles, que les hommes vivent et sont guidés par des idées, et qu’ils sont influencés par ces idées grâce à l’éducation ; celle-ci peut leur être donnée à tout âge avec le même résultat, mais naturellement, par des moyens différents.

Par une éducation systématique, nous nous chargerons de faire disparaître tout ce qui pourrait rester de cette indépendance de la pensée, dont nous nous sommes si largement servis, depuis un certain temps, pour aboutir à nos fins.

– 65 –

L’enseignement intuitif

Nous avons déjà établi un plan pour subjuguer les esprits, au moyen de l’enseignement intuitif (l’enseignement par les yeux), auquel on attribue la propriété de rendre les Gentils incapables de penser par eux-mêmes ; en sorte que, tels des animaux obéissants, ils attendent la démonstration d’une idée avant de chercher à la saisir. L’un de nos meilleurs agents, en France, est Bouroy [Les traductions allemande, américaine et polonaise donnent : Bourgeois.] ; il a déjà introduit dans ce pays le nouveau système de l’éducation intuitive.

– 66 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Dix-septième protocole

Enchaîner les avocats

La profession de légiste rend ceux qui l’exercent froids, cruels et obstinés ; elle leur enlève tout principe et les oblige à voir la vie sous un aspect inhumain, mais purement légal. Ils ont pris l’habitude de considérer les événements au seul point de vue de savoir ce qu’il y a à gagner en les défendant, au lieu de considérer quel serait l’effet de cette défense sur le bien-être général.

Un praticien ne refuse jamais de défendre un cas, quel qu’il soit. Il s’efforcera d’obtenir l’acquittement, à n’importe quel prix, en s’attachant à de petits détours de la jurisprudence, pour démoraliser la Cour.

Nous limiterons donc le champ d’action de cette profession en mettant les avocats sur le même pied que les magistrats chargés de faire exécuter la loi. Les avocats, comme les juges, n’auront pas le droit d’interviewer leurs clients et ne recevront leurs dossiers que lorsque lesdits clients leur auront été assignés par le tribunal ; ils n’étudieront ces dossiers que sur des rapports et des documents, et ils ne défendront leurs clients qu’après qu’ils auront été examinés par le tribunal, appuyant leur défense sur ce premier examen. Leurs honoraires seront fixes, sans égard au succès ou à l’insuccès de leur défense. Ils deviendront ainsi de simples rapporteurs au service de la défense, faisant contrepoids au plaignant qui sera un rapporteur pour le compte de l’accusation.

La procédure légale se trouvera ainsi considérablement abrégée. Par ce moyen nous obtiendrons aussi une défense honnête et impartiale, que ne guideront pas les intérêts matériels, mais l’intime conviction de l’avocat. Ceci aura encore l’avantage d’empêcher tout pot-de-vin ou corruption qui peuvent actuellement se glisser dans les tribunaux de quelques pays.

Le clergé non juif

Nous avons pris grand soin de discréditer le clergé des Gentils aux yeux du peuple, et nous avons ainsi réussi à nuire à sa mission qui aurait pu contrarier gravement nos desseins. L’influence du clergé sur le peuple diminue chaque jour.

La liberté de conscience

Aujourd’hui, la liberté religieuse est reconnue partout, et nous ne sommes éloignés que de quelques années du temps où le christianisme s’effondrera de toutes pièces. Il sera plus facile encore d’en finir avec les autres religions, mais il est trop tôt pour discuter sur ce point.

– 67 –

Nous réduirons le clergé et ses enseignements à un rôle si infime, et nous rendrons son influence si antipathique au peuple, que ses enseignements auront un effet contraire à celui qu’ils avaient jadis.

Contre le Vatican

Quand le moment sera venu pour nous de détruire complètement la Cour pontificale, une main inconnue indiquant le Vatican donnera le signal de l’assaut.

Lorsque, dans sa fureur, le peuple se jettera sur le Vatican, nous apparaîtrons comme des protecteurs pour arrêter l’effusion du sang. Par cet acte, nous pénétrerons jusqu’au cœur même de cette Cour pontificale, d’où rien au monde ne pourra nous chasser, jusqu’à ce que nous ayons détruit la puissance du Pape.

Le roi des Juifs, pape de l’Église universelle

Le roi d’Israël deviendra le vrai Pape de l’univers, le Patriarche de l’Église internationale.

Mais, jusqu’à ce que nous ayons réussi à faire la rééducation de la jeunesse, au moyen de nouvelles religions transitoires, pour aboutir à la nôtre propre, nous n’attaquerons pas ouvertement les églises existantes, mais nous les combattrons par la critique qui a déjà répandu des dissensions parmi elles et qui continuera à le faire.

Les buts de la presse juive

D’une manière générale, notre presse dénoncera les gouvernements, les institutions des Gentils, religieuses ou autres, par toutes sortes d’articles peu scrupuleux, écrits dans l’intention de les discréditer à un point tel que, seule, notre sage nation est capable d’atteindre.

La police

Notre gouvernement ressemblera au dieu hindou Vishnou. Chacune de nos cent mains détiendra un ressort du mécanisme social de l’État.

Nous saurons tout sans avoir recours à l’aide de la police officielle, que nous avons tellement corrompue pour nuire aux Gentils, qu’elle ne sert qu’à empêcher le gouvernement de voir les faits clairement. D’après notre programme, un tiers de la population sera amené à surveiller le reste, par pur sentiment du devoir, et pour obéir au principe du service volontaire rendu au gouvernement.

Il n’y aura rien de déshonorant alors d’être un espion ; au contraire, ce sera regardé comme honorable. D’autre part, les porteurs de fausses nouvelles seront sévèrement punis, pour empêcher l’abus du privilège de l’espionnage.

Nous choisirons nos agents dans les hautes et dans les basses classes de la société ; nous en prendrons parmi les administrations, les éditeurs, les imprimeurs, les libraires, les employés, les ouvriers, les cochers, les valets de pied, etc. Cette force policière n’aura aucune puissance d’action indépendante et n’aura le droit de prendre aucune mesure de son

– 68 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

propre chef ; par conséquent, le devoir de cette impuissante police consistera uniquement à servir de témoin et à faire des rapports. La vérification de ces rapports et de ces arrestations éventuelles sera l’affaire d’un groupe d’inspecteurs de police responsables ; les arrestations seront effectuées par des gendarmes et par la police municipale. Si un délit ou un crime politique ne sont pas rapportés, celui qui aurait dû les signaler sera puni pour avoir volontairement caché ce crime ou ce délit, si l’on peut prouver la dissimulation.

Le Kahal

Nos frères sont tenus d’agir de la même manière, c’est-à-dire devront, de leur propre initiative, dénoncer à l’autorité compétente tous les apostats et tous les faits qui seraient contraires à notre loi. Dans notre gouvernement universel, ce sera donc un devoir, pour tous les sujets, de servir leur souverain en agissant comme je viens de le dire.

Pour corrompre les institutions des Gentils

Une organisation comme la nôtre déracinera tous les abus de pouvoir et tous les genres si variés de vénalité et de corruption ; elle détruira, en réalité, toutes les idées dont nous avons contaminé la vie des Gentils par nos théories sur les droits surhumains.

Comment pourrions-nous atteindre notre but de créer le désordre dans les institutions administratives des Gentils sinon par de tels moyens ?

Parmi les plus importants de ces moyens de corrompre leurs institutions, il faut compter l’emploi des agents qui sont susceptibles, étant donné leur activité destructive, de contaminer les autres en leur révélant et leur développant leurs tendances corrompues, comme l’abus de pouvoir ou l’achat sans pudeur des consciences.

– 69 –

Dix-huitième protocole

Mise en vigueur du système soviétique

Quand viendra pour nous le moment de prendre des mesures spéciales en mettant en vigueur le système russe actuel de l’ « Okhrana » (le poison le plus dangereux qui puisse attaquer le prestige de l’État), nous soulèverons, grâce au concours de bons orateurs, des désordres fictifs parmi le peuple, ou nous l’exciterons à manifester un mécontentement prolongé. Ces orateurs rencontreront beaucoup de sympathies, et, grâce à eux encore, on nous excusera de perquisitionner chez les gens et de les soumettre à certaines restrictions, employant pour cela les serviteurs que nous avons dans la police des Gentils.

Mesures à prendre contre les conspirateurs

Comme la plupart des conspirateurs le sont par amour de l’art, ou par celui de bavarder, nous n’y toucherons pas, jusqu’au moment où nous verrons qu’ils sont prêts d’agir, et nous nous bornerons à introduire parmi eux ce que nous appellerons un élément de délation. Il faut se rappeler qu’une puissance perd de son prestige cheque fois qu’elle découvre une conspiration publique dirigée contre elle-même. Il y a dans une telle révélation un aveu de faiblesse, et, ce qui est plus dangereux encore, l’aveu de ses propres erreurs. Il faut qu’on sache que nous avons détruit le prestige des Gentils régnants au moyen d’un nombre considérable de meurtres secrets préparés par nos agents, moutons aveugles de notre bergerie, qu’on persuade facilement de commettre un crime, si ce crime revêt un caractère politique.

Nous obligerons les gouvernements à convenir de leurs propres faiblesses en employant ouvertement des mesures de police spéciales, comme l’ « Okhrana », et nous ébranlerons ainsi le prestige de leur puissance.

Surveillance du roi des Juifs

Notre souverain sera protégé par des gardes absolument secrètes, car jamais nous ne permettrons qu’on puisse penser qu’il est incapable de détruire à lui tout seul une conspiration quelconque ourdie contre lui et qui l’oblige à se cacher. Si nous laissions prévaloir une telle idée, comme elle prévaut parmi les Gentils, nous signerions, par le fait même, l’arrêt de mort de notre souverain, ou du moins celui de sa dynastie.

A s’en tenir aux seules apparences, notre chef n’emploiera sa puissance que dans l’intérêt de ses sujets et jamais pour son propre bien ou celui de sa dynastie.

– 70 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

En adoptant scrupuleusement cette mise en scène, ses sujets eux-mêmes honoreront et protégeront son pouvoir qu’ils vénéreront, sachant que le salut de l’État est attaché à l’existence d’un tel pouvoir dont dépendra l’ordre public.

Garder le roi ouvertement serait admettre la faiblesse de son pouvoir.

Notre chef sera toujours au milieu de son peuple ; on le verra entouré d’une foule curieuse d’hommes et de femmes qui occuperont toujours, comme par hasard, les rangs les plus rapprochés de lui et qui tiendront à distance la populace sans autre but apparent que celui de maintenir l’ordre pour l’amour de l’ordre. Cette attitude apprendra aux autres à savoir se posséder. Lorsqu’un pétitionnaire essayera de se frayer un passage à travers la foule pour présenter sa demande, les gens des premiers rangs prendront la pétition et la remettront au souverain, en présence du pétitionnaire. Chacun saura ainsi que toutes les pétitions lui parviennent et qu’il s’occupe lui-même de toutes les affaires.

Un pouvoir n’a de prestige que si les sujets peuvent se dire entre eux : « Si seulement le roi savait cela ! » ou : « Quand le roi le saura ».

Le mystère qui entoure la personne du souverain s’évanouit aussitôt qu’on voit une garde de police autour de lui. Devant une telle garde, un assassin n’a besoin que d’un peu d’audace pour se croire plus fort qu’elle ; il prend ainsi conscience de sa force et n’a plus qu’à guetter le moment favorable pour se lancer contre le roi.

Nous ne prêchons pas cette doctrine aux Gentils, et vous pouvez voir vous-mêmes les résultats qu’ils ont obtenus avec les gardes officielles.

Un simple soupçon doit suffire

Notre gouvernement arrêtera ceux qu’à tort ou à raison il soupçonnera coupables de crimes politiques. Il serait regrettable que, dans la crainte de commettre une erreur judiciaire, on donnât à de tels criminels l’occasion d’échapper. Nous ne leur témoignerons, certes, aucune pitié. Il sera peut-être possible, dans certains cas exceptionnels, d’admettre des circonstances atténuantes, lorsqu’il s’agira de crimes de droit commun ; mais il n’y aura pas d’excuse pour le crime politique, c’est-à-dire pour des gens mêlés à la politique que, seuls, les gouvernants ont le droit de comprendre. Et, à dire vrai, tous les souverains ne sont pas aptes à comprendre la vraie politique.

– 71 –

Dix-neuvième protocole

Pétitions et propositions

Nous interdirons aux individus de se mêler de politique ; mais, d’autre part, nous encouragerons toute espèce de rapport ou de pétition concernant l’amélioration de la vie sociale et nationale, soumis à l’approbation du gouvernement. Car, par ce moyen nous serions tenus au courant des erreurs de notre gouvernement, d’une part, et des idéals de nos sujets, de l’autre. Aux demandes qui seraient ainsi présentées, nous répondrions, soit en les acceptant, soit en faisant valoir contre elles un argument frappant, pour bien prouver que leur réalisation est impossible, parce qu’elles reposent sur une mesquine conception des affaires.

Répression des troubles et des émeutes

On pourrait comparer les effets de la sédition à ceux que produisent, sur l’éléphant, les aboiements d’un roquet. Si le gouvernement est bien organisé, non pas au point de vue de sa police, mais à un point de vue social, le chien aboie sans se rendre compte de la force de l’éléphant ; mais que celui-ci montre une bonne fois sa force, et le chien se taira sur l’heure et il agitera sa queue dès qu’il apercevra l’éléphant.

Déshonorer les criminels politiques

Pour enlever au crime politique son auréole de bravoure nous placerons ceux qui l’auront commis au rang des autres criminels ; ils iront de pair avec les voleurs, les assassins et autres malfaiteurs du même genre odieux. L’opinion publique ne fera plus alors de différence entre les crimes politiques et les crimes vulgaires et les chargera d’égal opprobre.

Nous avons fait tous nos efforts pour empêcher les Gentils d’adopter cette méthode particulière de traiter les crimes politiques. Nous avons employé pour cela la presse, le public, la parole et des manuels classiques d’histoire habilement conçus. Nous avons inspiré l’idée qu’un condamné pour crime politique était un martyr, puisqu’il mourait pour l’idée du bien commun. Une telle réclame a multiplié le nombre des libéraux et grossi les rangs de nos agents de milliers de Gentils.

– 72 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Vingtième protocole

La science financière et les impôts

Je vais traiter aujourd’hui de notre programme financier que j’ai gardé pour la fin de mon rapport parce que c’est la question la plus difficile, celle qui sera la dernière clause de nos plans. Avant de discuter ce point, je veux vous rappeler ce que j’ai déjà dit plus haut, à savoir que toute notre politique repose sur ces chiffres.

Quand nous arriverons au pouvoir, notre gouvernement autocratique évitera, dans son propre intérêt, de faire peser de trop lourds impôts sur le peuple et ne perdra jamais de vue le rôle qu’il doit jouer : celui de père protecteur.

L’impôt sur les fortunes

Mais, comme l’organisation du gouvernement absorbera des sommes d’argent considérables, il est de toute nécessité de se procurer les fonds indispensables pour y subvenir. Il nous faudra donc employer de grandes précautions en élaborant cette question et voir que la charge des impôts soit justement répartie.

Notre souverain sera, grâce à une fiction légale, propriétaire de tous les biens, ce qui est facilement réalisable. Il pourra lever les sommes nécessaires pour régulariser la circulation de l’argent dans le pays.

Dès lors, le meilleur moyen de faire face aux dépenses du gouvernement sera l’établissement d’un impôt progressif sur la propriété. Ainsi les impôts seront couverts sans opprimer ni ruiner le peuple, et la charge qui incombera à chacun sera proportionnée à ce qu’il possédera.

Il faudra que les riches comprennent qu’il est de leur devoir de céder au gouvernement une part du surplus de leurs richesses, puisque le gouvernement leur garantit la possession paisible du reste de leurs biens et leur donne le droit de s’enrichir par des moyens honnêtes. Je dis « honnêtes » parce que le contrôle de la propriété rendra le vol impossible au point de vue légal.

Comme cette réforme sociale est la principale garantie de la paix et qu’elle ne souffre aucun délai, nous devons la mettre au premier plan de notre programme.

Chaque fois que les impôts ont pesé sur les pauvres, la révolution s’en est suivie, au grand préjudice du gouvernement qui, en essayant de tirer de l’argent des pauvres, risque fort de n’en pas obtenir des riches.

L’impôt sur le capital diminuera l’accroissement de la fortune privée à laquelle, jusqu’ici, nous avons, à dessein, permis d’augmenter, pour qu’elle soit un contrepoids au gouvernement des Gentils et à leurs finances.

Un impôt progressif, réparti suivant la fortune de chacun, produira un revenu beaucoup plus important que ne le fait le système actuel de répartition égale pour tous. Ce système

– 73 –

nous est, en ce moment, des plus favorables ; il engendre le mécontentement parmi les Gentils.6

La puissance de notre souverain reposera principalement sur ce fait qu’il sera la garantie de l’équilibre du pouvoir et de la paix perpétuelle du monde. Pour obtenir une telle paix, il est naturel que les capitalistes cèdent une partie de leurs revenus pour sauvegarder le gouvernement dans son action.

Les dépenses du gouvernement doivent être fournies par ceux qui peuvent le mieux les supporter et dont on peut tirer de l’argent.

Cette mesure éteindra la haine des pauvres pour les riches en qui ils reconnaîtront les auxiliaires financiers indispensables de l’État et les soutiens de la paix et du bien public ; car les classes pauvres comprendront que les riches fournissent les moyens de leur procurer les avantages sociaux.

Pour que les classes intelligentes qui, seules, payeront l’impôt, n’aient pas lieu de se plaindre outre mesure du nouveau système de répartition, nous leur soumettrons des comptes détaillés, dans lesquels nous indiquerons de quelle manière on emploie leur argent, sans qu’il soit fait mention, cela va sans dire, de ce qui sera attribué aux besoins particuliers du souverain et aux nécessités de l’administration.

Le souverain n’aura aucune propriété personnelle, puisque tout lui appartiendra dans l’État, car si l’on admettait que le souverain pût posséder une propriété privée, il semblerait que tout dans l’État ne fût pas sa propriété.

Les parents du souverain – sauf son héritier qui sera entretenu par l’État – devront servir l’État, soit comme fonctionnaires, soit dans un emploi quelconque, afin de conserver le droit de posséder ; le privilège d’être de sang royal ne leur vaudrait pas celui de vivre aux frais de l’État.

Principe de l’impôt progressif du timbre

Il y aura un droit de timbre progressif sur toutes les ventes, les achats et les successions. Toute transaction qui ne porterait pas le timbre requis sera considérée comme illégale, et le premier propriétaire aura à payer à l’État un pourcentage sur ledit droit à compter du jour de la vente.

Toutes les reconnaissances de transactions devront être remises, chaque semaine, au contrôleur local des contributions, avec les noms et prénoms du nouveau et de l’ancien propriétaires, ainsi que leurs adresses permanentes.

Il sera nécessaire d’employer la même méthode pour toute transaction dépassant un certain chiffre, c’est-à-dire dépassant le chiffre moyen des dépenses quotidiennes. La vente des objets de première nécessité ne sera timbrée qu’avec un timbre ordinaire de valeur fixe.

Comptez seulement combien de fois le montant de cette taxe dépassera le revenu des gouvernements des Gentils.

6 (Remarquer que cette conférence eut lieu en 1901.) (Note du texte.)

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

– 74 –

Traduction NILUS

L’argent doit circuler

L’État devra avoir en réserve un capital donné et, au cas où le produit des impôts excéderait cette somme, le surplus des rentrées serait mis en circulation. Ce reliquat sera employé à toutes sortes de travaux publics.

La direction de tels travaux serait confiée à un ministre d’État : les intérêts des classes ouvrières seraient ainsi intimement liés à ceux de l’État et du souverain. Une partie du reliquat servirait encore à distribuer des primes aux inventeurs et aux producteurs.

Il est absolument essentiel de ne pas laisser dormir l’argent dans les banques de l’État, du moins au-delà de la somme nécessaire pour faire face à une dépense spéciale. L’argent est fait pour circuler, et toute congestion monétaire est fatale à la marche des affaires publiques ; l’argent est, en effet, comme l’huile, dans les rouages de l’État ; si l’huile devient trop épaisse, le mécanisme s’encrasse et la machine s’arrête.

Le fait d’avoir substitué, pour une large part, le papier à la monnaie courante vient de créer le malaise dont nous parlons et dont il est facile de saisir les conséquences.

Rôle de la Cour des Comptes

Nous instituerons aussi une Cour des Comptes qui permettra au souverain de connaître exactement les dépenses et les revenus du gouvernement. Toute la comptabilité sera scrupuleusement tenue à jour – excepté pour le mois courant et celui qui précède.

La seule personne qui ne saurait avoir d’intérêt à voler l’État est le souverain, puisqu’il en est le propriétaire. C’est pourquoi son contrôle coupera court à toute possibilité de coulage et de gaspillage.

Suppression des réceptions protocolaires

Toutes réceptions purement protocolaires, qui sont pour le souverain une telle perte de temps si précieux, seront supprimées, afin de lui laisser davantage de loisirs pour s’occuper des affaires de l’État. Dans notre gouvernement, le souverain ne sera pas entouré de courtisans, qui, en général, font la cour au monarque par amour du faste, mais qui n’ont, au fond du cœur, que leur intérêt propre et non le désir du bien public.

L’origine des crises économiques

Nous n’avons réussi à faire éclore toutes les crises économiques, si habilement préparées par nous dans les pays des Gentils, qu’en retirant l’argent de la circulation. L’État se trouve obligé, pour ses emprunts, de faire appel aux grosses fortunes, qui sont congestionnées par le fait que l’argent a été retiré au gouvernement. Ces emprunts constituent une lourde charge pour les États qui sont obligés de payer des intérêts et qui se trouvent ainsi obérés.

La concentration de la production par le capitalisme a sucé jusqu’à la dernière goutte toute la force productrice, et, avec elle, toute la richesse de l’État.

La circulation de l’argent, problème vital

L’argent ne peut, actuellement, satisfaire tous les besoins des classes ouvrières, parce qu’il n’y en a pas assez pour circuler partout.

– 75 –

Il faut que l’émission de la monnaie courante corresponde à l’importance de la population : et, du premier jour de leur naissance, les enfants doivent être comptés comme des unités de plus à satisfaire. La révision de la quantité de monnaie mise en circulation doit être faite de temps à autre : c’est une question vitale pour le monde entier.

Condamnation de l’étalon or

Vous savez, je pense, que l’étalon or a été la perte de tous les États qui l’ont adopté, parce qu’il ne peut satisfaire tous les besoins des populations, d’autant plus que nous avons fait tous nos efforts pour obtenir son accaparement et le faire retirer de la circulation.

La monnaie future

Notre gouvernement mettra en circulation la quantité de monnaie en proportion avec la force ouvrière du pays, et cette monnaie sera en papier ou même en bois.

Nous émettrons une quantité de monnaie suffisante pour que chacun de nos sujets puisse en avoir suffisamment, ajoutant à chaque naissance et diminuant à chaque décès la somme correspondante.

Les comptes du gouvernement seront tenus par des gouvernements locaux séparés et par des bureaux provinciaux.

Faites ce que je dis

Pour qu’il ne puisse y avoir de retards dans le paiement des dépenses de l’État, le souverain lui-même donnera des ordres fixant les dates des paiements. Ainsi disparaîtra le favoritisme qui existe, dans certains ministères des finances, à l’égard d’autres ministères.

Les comptes des revenus et des dépenses seront tenus ensemble pour qu’ils puissent toujours être comparés.

Les plans que nous ferons pour réformer les institutions financières des Gentils seront présentés de telle manière qu’ils n’attireront jamais leur attention. Nous indiquerons la nécessité de réformes comme provenant de l’état de désordre auquel ont atteint les finances des Gentils. Nous montrerons que la première raison de ce mauvais état des finances provient de ce qu’au début de l’année financière on commence par faire une évaluation approximative du budget dont l’importance augmente chaque année, parce que, tel qu’il est, il suffit à peine pour aller jusqu’à la fin du premier semestre ; on propose une révision, on ouvre de nouveaux crédits, qui, généralement, sont absorbés au bout de trois mois ; on vote alors un budget supplémentaire, et, pour boucler le budget, il faut encore voter des crédits pour sa liquidation. Le budget de l’année est basé sur le chiffre des dépenses de l’année précédente ; or, il y a, chaque année, un écart de 50 % entre la somme nominale et la somme perçue, ce qui fait qu’au bout de dix ans le budget annuel a triplé. C’est à cette façon de procéder, tolérée par les gouvernements insouciants des Gentils, que leurs réserves ont été taries. Aussi, lorsque sont venus les emprunts, leurs caisses se sont vidées et ils ont été sur le point de faire banqueroute.

Vous comprendrez aisément que nous n’adopterons pas cette manière de conduire les affaires financières que nous avons conseillée aux Gentils.

– 76 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Les emprunts, faiblesse de l’État

Chaque emprunt prouve la faiblesse du gouvernement et son incapacité de comprendre ses propres droits. Tout emprunt, comme l’épée de Damoclès, est suspendu sur la tête des gouvernants, qui, au lieu de lever directement l’argent dont ils ont besoin en établissant des impôts spéciaux, s’en vont, chapeau bas, chez nos banquiers.

Les emprunts étrangers sont comme des sangsues : on ne peut les détacher du corps de l’État, il faut qu’elles tombent d’elles-mêmes, ou bien que le gouvernement réussisse à s’en débarrasser. Mais les gouvernements des Gentils n’ont aucun désir de secouer ces sangsues ; bien au contraire, ils en accroissent le nombre, se condamnant ainsi à mort par la perte de sang qu’ils s’infligent. A tout prendre, un emprunt étranger est-il autre chose qu’une sangsue ? Un emprunt est une émission de valeurs d’État qui comporte l’obligation de payer les intérêts de la somme empruntée suivant un taux donné. Si l’emprunt est émis à 5 %, au bout de vingt ans l’État aura déboursé, sans aucune nécessité, une somme égale au montant de l’emprunt, et cela pour le simple paiement des intérêts. Au bout de quarante ans, cette somme aura été déboursée deux fois, et trois fois au bout de soixante ans, l’emprunt lui-même demeurant impayé.

D’après ce calcul, il est évident que de tels emprunts, sous le régime actuel des impôts (1901), arrache ses derniers centimes au pauvre contribuable, et cela pour payer les intérêts aux capitalistes étrangers, auxquels l’État emprunte l’argent. L’État ferait bien mieux de recueillir les sommes nécessaires en levant un impôt qui ne le grèverait pas d’intérêt à payer.

Tant que les emprunts furent nationaux, les Gentils faisaient tout simplement passer l’argent des pauvres dans la poche des riches ; mais, lorsque, à force de corruption, nous eûmes acheté les agents nécessaires, les emprunts étrangers furent substitués aux emprunts nationaux, et toute la richesse des États se rua dans nos coffres, si bien que les Gentils en vinrent à nous payer une sorte de tribut.

Par leur négligence dans la conduite des affaires de l’État, ou par la vénalité de leurs ministres, ou par leur ignorance des choses financières, les souverains des Gentils ont rendu leurs pays à tel point débiteurs de nos banques qu’ils ne pourront jamais payer leurs dettes. Vous devez comprendre quelles peines nous a coûté l’établissement d’un tel état de choses.

Les futurs emprunts d’État

Dans notre gouvernement, nous aurons grand soin qu’il ne puisse se produire d’arrêt dans la circulation de l’argent ; nous n’aurons donc pas de ces emprunts d’État, sauf un seul consistant en bons du Trésor, émis à 1 % ; ce faible pourcentage n’exposant pas l’État à être saigné par les sangsues.

Le droit d’émettre des valeurs appartiendra exclusivement aux sociétés commerciales. Celles-ci n’auront aucune difficulté à payer les intérêts sur leurs bénéfices parce qu’elles empruntent de l’argent pour leurs entreprises commerciales, tandis que l’État ne peut tirer aucun bénéfice de ses emprunts, puisqu’il ne les fait que pour dépenser l’argent qu’il en reçoit.

– 77 –

L’État deviendra créancier

L’État achètera, lui aussi, des valeurs commerciales ; il deviendra, à son tour, un créancier au lieu d’être débiteur et de payer tribut comme il le fait de nos jours. Ceci mettra fin à l’indolence et à la paresse qui nous rendaient service tant que les Gentils étaient indépendants, mais qui seraient honnies dans notre gouvernement.

La faillite, seule issue pour les non-juifs

Le vide qui existe dans le cerveau purement bestial des Gentils est suffisamment prouvé par le fait qu’ils ne comprennent pas qu’en nous empruntant de l’argent ils auront, un jour ou l’autre, à soustraire des ressources du pays le capital emprunté avec ses intérêts. Il aurait été plus simple de prendre, tout de suite, l’argent des leurs, auxquels ils n’auraient pas eu à payer d’intérêts. Voilà qui prouve notre génie et le fait que notre peuple a été choisi par Dieu. Nous avons si bien présenté les choses que les Gentils ont cru qu’il y avait pour eux un bénéfice à tirer des emprunts.

Nos calculs, que nous exposerons en temps voulu et qui ont été élaborés au cours des siècles, tandis que les Gentils gouvernaient, différeront des leurs par leur extrême clarté et convaincront le monde des avantages de nos plans nouveaux. Ces plans mettront fin aux abus qui nous ont permis de nous rendre maîtres des Gentils et que nous ne tolérerons pas sous notre règne. Notre budget sera compris de telle façon qu’il sera impossible au souverain, comme au plus petit employé, de distraire la moindre somme d’argent sans être vu, ou de lui donner un tout autre emploi que celui qui a été prévu.

Il est impossible de gouverner avec succès si l’on n’a pas un plan fixe bien défini. Les chevaliers et les héros eux-mêmes périssent s’ils s’aventurent dans un chemin sans savoir où il conduit et s’ils partent en voyage sans s’être convenablement approvisionnés.

Les souverains des Gentils, encouragés par nous à abandonner leurs devoirs, pour ne penser qu’à paraître, à recevoir fastueusement et à se divertir de toute manière, nous ont servi d’écran pour dissimuler nos intrigues.

Les rapports de leurs partisans, envoyés pour représenter le souverain en public, étaient faits, en réalité, par nos agents. Ces rapports étaient toujours rédigés de façon à plaire aux souverains à l’esprit borné.

On ne manquait pas de les assaisonner de projets variés d’économie future. Ils auraient pu demander : « Comment pourrait-on économiser ? Serait-ce par de nouveaux impôts ? » Mais ils ne posaient aucune question semblable aux lecteurs de nos rapports.

Vous savez vous-mêmes à quel chaos financier ils ont abouti, par leur propre négligence ; ils ont fait banqueroute, en dépit de tous les durs efforts de leurs sujets.

– 78 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Vingt et unième protocole

Mécanisme des emprunts nationaux

Je veux maintenant reprendre le sujet de notre dernier entretien et vous donner une explication détaillée sur les emprunts nationaux. Je ne parlerai plus des emprunts étrangers, parce qu’ils ont rempli nos coffres de l’argent des Gentils, et encore parce que notre gouvernement universel n’aura pas de voisins à qui emprunter d’argent.

Nous avons employé la corruption des hauts fonctionnaires et la négligence des souverains des Gentils pour faire verser à l’État deux et trois fois l’argent par nous avancé, et dont, en réalité, il n’avait pas besoin. Qui pourrait en faire autant à notre égard ? Je passe donc aux détails sur les emprunts nationaux.

En annonçant l’émission d’un emprunt national, le gouvernement ouvre une souscription. Pour que les valeurs émises soient à la portée de tous, elles sont à très bas prix. Les premiers souscripteurs peuvent acheter au-dessous du pair. Le second jour, le prix augmente, pour donner l’impression que tout le monde se les arrache.

Quelques jours plus tard, les coffres du Trésor sont pleins de l’argent souscrit surabondamment. (Pourquoi continue-t-on de prendre l’argent lorsque l’emprunt est couvert et au-delà ?) La souscription est, évidemment, bien supérieure à la somme inscrite pour l’emprunt ; c’est là qu’est tout le succès : le public a toute confiance dans le gouvernement !

Les dettes d’État et les impôts

Mais, quand la farce est jouée, il ne reste plus que le fait d’une énorme dette à payer. Et, pour en servir les intérêts, il faut que le gouvernement ait recours à un nouvel emprunt qui n’annule pas la dette de l’État mais qui l’augmente, tout au contraire. Lorsqu’il ne lui est plus possible d’emprunter, l’État lève de nouveaux impôts pour arriver à payer les intérêts de ses emprunts. Ces impôts ne sont pas autre chose que des dettes qui couvrent d’autres dettes.

Les conversions d’emprunts

Nous arrivons alors aux conversions d’emprunts, mais ces conversions ne font que diminuer la somme d’intérêts à payer, sans éteindre la dette. De plus, on ne peut les faire qu’avec le consentement des créanciers. Lorsqu’on annonce ces conversions, on laisse le droit aux créanciers de les accepter ou non, et, dans ce dernier cas, ils peuvent retirer leur argent. Si tout le monde retirait son argent, l’État se trouverait pris dans ses propres filets et ne pourrait satisfaire toutes les demandes. Par bonheur pour les gouvernements, les Gentils

– 79 –

n’entendent pas grand’chose aux questions financières, et ils ont toujours préféré consentir à une diminution de leurs valeurs et à une réduction des intérêts, plutôt que de risquer de nouveaux placements : c’est ainsi qu’ils ont souvent aidé l’État à se libérer de ses dettes s’élevant, dans certains cas, à plusieurs millions.

Les Gentils n’oseraient pas opérer de même pour les emprunts étrangers, sachant très bien que nous exigerions alors tous nos capitaux.

Ne pas éveiller la méfiance du peuple

En agissant de la sorte, le gouvernement admettrait ouvertement son insolvabilité, ce qui montrerait au peuple que ses intérêts n’ont rien de commun avec ceux de l’État. J’attire tout particulièrement votre attention sur ce point, comme sur le suivant.

La consolidation des emprunts nationaux

Tous les emprunts nationaux sont, actuellement, consolidés par ce qu’on appelle des emprunts provisoires, dont l’échéance est de courte durée. Ces emprunts sont couverts au moyen de dépôts dans les banques d’État ou à la Caisse d’épargne. Cet argent étant à la disposition de l’État pendant un temps considérable, il est employé à payer les intérêts des emprunts étrangers, et le gouvernement remplace l’argent qu’il prend dans ces banques par des valeurs d’État. Ce sont ces valeurs qui couvrent tous les déficits dans les coffres des gouvernements des Gentils.

Détruire le marché des valeurs

Toutes ces opérations frauduleuses disparaîtront lorsque notre souverain montera sur le trône universel. Nous détruirons également le marché des valeurs, parce que nous ne permettrons pas que notre prestige puisse être ébranlé par la hausse ou la baisse de nos fonds, dont la valeur nominale sera fixée par la loi, sans possibilité de fluctuation. La hausse est la cause de la baisse, et c’est par les hausses que nous sommes arrivés à discréditer les fonds publics des Gentils.

Monopoliser les affaires commerciales

Nous substituerons aux marchés des valeurs d’énormes administrations d’État, dont le service consistera à taxer, suivant les ordres reçus, les entreprises commerciales. Ces administrations seront à même de lancer sur le marché des millions d’actions commerciales ou de les acheter en un seul jour. Toutes les affaires commerciales seront ainsi entre nos mains.

Vous pouvez imaginer quelle force sera la nôtre !

– 80 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Vingt-deuxième protocole

Nos plans secrets

Dans tout ce que je vous ai dit jusqu’ici, j’ai cherché à vous faire un tableau exact du mystère des événements actuels et de ceux du passé ; tous voguent au gré des flots du Destin, et nous en verrons le résultat dans un avenir prochain. Je vous ai montré nos plans secrets mis à exécution dans nos rapports avec les Gentils, puis notre politique financière. Je n’ai plus que quelques mots à ajouter.

L’or est entre nos mains

La plus grande force des temps présents est concentrée entre nos mains : c’est l’or. En deux jours, nous pouvons en faire sortir de nos trésors secrets n’importe quelle somme.

Est-il nécessaire, après cela, de prouver que notre gouvernement est voulu par Dieu ? Est-il admissible qu’avec d’aussi vastes richesses nous ne soyons pas capables de prouver que tout l’or accumulé pendant tant de siècles ne nous soit une aide pour faire triompher notre vraie cause pour le bien, c’est-à-dire pour la restauration de l’ordre sous notre gouvernement ?

Peut-être faudra-t-il employer la violence, mais cet ordre sera définitivement établi. Nous prouverons que nous sommes les bienfaiteurs qui avons rendu au monde torturé la paix et la liberté perdues. Nous donnerons au monde l’occasion de ressaisir cette paix et cette liberté, mais à une condition expresse : celle d’adhérer strictement à nos lois. De plus, nous rendrons évident à tous que la liberté ne consiste pas dans la dissolution, ni dans le droit de faire tout ce qui plaît ; que la position de la puissance d’un homme ne lui confère pas le droit de proclamer des principes destructeurs comme la liberté de religion, l’égalité ou autres idées analogues. Nous démontrerons clairement que la liberté individuelle ne donne pas le droit de s’agiter ou d’exciter les autres par des discours ridicules adressés aux masses en délire. Nous enseignerons au monde que la vraie liberté consiste seulement dans l’inviolabilité de la personne et de la propriété de ceux qui adhèrent à toutes les lois de la vie sociale, que la position d’un homme dépendra de sa conception des droits d’autrui et que sa dignité lui défend d’avoir sur lui-même des idées fantastiques.

Ne céder devant aucun droit

Notre domination sera glorieuse parce qu’elle sera forte et qu’elle gouvernera et guidera, sans se mettre à la remorque des chefs de la populace ou d’orateurs, quels qu’ils soient, clamant des paroles insensées qu’ils appellent de grands principes et qui ne sont, en réalité, que des utopies. Notre puissance sera l’organisatrice de l’ordre, principe du bonheur public.

– 81 –

Le prestige de cette puissance lui attirera une adoration mystique, en même temps que l’assujettissement de toutes les nations. Une vraie puissance ne doit céder devant aucun droit, pas même devant celui de Dieu. Personne n’osera s’en approcher avec l’intention de la diminuer, ne fût-ce que d’un fil.

– 82 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

– 83 –

Vingt-troisième protocole

Combattre le luxe

Pour que les hommes s’habituent à nous obéir, il faut qu’ils soient élevés dans la simplicité ; c’est pourquoi nous réduirons la production des objets de luxe. De cette façon, nous imposerons aussi les bonnes murs que viennent corrompre les rivalités engendrées par le luxe.

Encourager le travail

Nous encouragerons le travail manuel pour faire du tort aux manufactures privées.

La nécessité de telles réformes se manifeste dans ce fait que les grands usiniers incitent souvent leurs ouvriers contre le gouvernement, peut-être même sans s’en douter.

Le problème du chômage

Le peuple employé dans les industries locales ne sait pas ce que c’est que le « chômage » ; c’est ce qui l’attache à l’ordre existant et lui fait soutenir le gouvernement ; mais il n’y a pas de plus grand danger pour le gouvernement que le chômage.

Pour nous, le chômage aura terminé son œuvre lorsque, par lui, nous aurons obtenu le pouvoir.

L’ivrognerie sera également prohibée comme un crime de lèse humanité et punie comme tel, car l’alcool ravale l’homme au niveau de la bête.

Les nations ne se soumettent aveuglément qu’à un pouvoir fort, absolument indépendant, ayant en main une épée pour se défendre contre toute insurrection sociale. Pourquoi exigeraient-elles que leur souverain soit un ange ? Il faut qu’il soit la personnification de la force et de la puissance.

Le monde actuel sombrera dans l’anarchie

Un chef doit surgir : il supprimera les gouvernements existants que faisait vivre une foule dont nous avons amené la démoralisation en la jetant dans les flammes de l’anarchie. Le chef en question commencera par éteindre ces flammes qui jaillissent sans cesse de tous côtés.

Pour obtenir un tel résultat, il devra détruire toutes les sociétés capables d’allumer l’incendie, même s’il doit pour cela répandre son propre sang. Il devra former une armée

– 84 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

bien organisée qui combattra, sans trêve, l’infection de l’anarchie, véritable poison pour un gouvernement.

Notre roi sera l’élu de Dieu

Notre souverain sera l’élu de Dieu, avec la mission de détruire toutes les idées provenant de l’instinct et non de la raison, de la brutalité et non de l’humanité. Ces idées sont à l’ordre du jour, couvrant de la bannière du droit et de la liberté leurs rapines et leurs violences.

De telles idées ont détruit toutes les organisations sociales, préparant ainsi le règne du roi d’Israël.

Mais leur rôle sera fini lorsque commencera le règne de notre souverain. C’est alors qu’il faudra les balayer pour purifier de toute souillure le chemin de notre roi.

Nous pourrons alors dire aux nations : « Priez Dieu et courbez-vous devant Celui qui est marqué du sceau des prédestinés et dont Dieu Lui-même guide l’étoile, afin que nul autre que Lui ne puisse libérer l’humanité de tout péché. »

– 85 –

– 86 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Traduction NILUS

Vingt-quatrième protocole

Comment affermir la domination de la dynastie de David

Nous allons parler, maintenant, de la manière dont nous affermirons la dynastie de David pour qu’elle puisse durer jusqu’à la fin des temps.

Notre procédé consistera particulièrement dans les mêmes principes qui valurent à nos Sages le gouvernement des affaires du monde, c’est-à-dire la direction de l’éducation de toute la race humaine.

Plusieurs membres de la famille de David prépareront des rois et leurs successeurs, qui seront élus non par droit d’hérédité, mais d’après leur valeur. Ces successeurs seront initiés à nos mystères politiques secrets et à nos plans de gouvernement, en prenant toute précaution pour que nul autre ne puisse les connaître.

De telles mesures seront nécessaires, afin que tout le monde sache que seuls sont capables de gouverner ceux qui ont été initiés aux mystère de l’art politique. Ce n’est qu’à ces hommes seuls qu’on apprendra comment il faut appliquer nos plans dans la pratique, en se servant de l’expérience des siècles passés. On les initiera aux conclusions à déduire de toutes les observations qu’ils pourront faire sur notre système politique et économique et à toutes les sciences sociales. En un mot, on leur dira le véritable esprit des lois qui ont été établies par la nature elle-même pour gouverner l’humanité.

Plus d’hérédité naturelle

Les successeurs directs du souverain sont écartés si, pendant leur éducation, on s’aperçoit qu’ils sont frivoles ou trop sensibles, ou s’ils montrent quelque autre tendance susceptible de nuire à leur puissance ou de les rendre incapables de gouverner et d’être même un danger pour le prestige de la couronne.

Nos Sages ne confieront les rênes du gouvernement qu’à des hommes capables de régner avec fermeté, au risque peut-être d’être cruels.

En cas de maladie ou de perte d’énergie, notre souverain sera obligé de passer les rênes du gouvernement à tel membre de sa famille qui se serait montré plus capable que lui.

Les plans du roi pour le présent et, plus encore, pour l’avenir ne seront même pas connus de ceux que l’on appellera ses conseillers les plus intimes.

Notre roi et ses trois conseillers

Seul notre souverain et ses trois initiateurs connaîtront l’avenir.

– 87 –

Notre roi, incarnation du Destin

Le peuple croira reconnaître le Destin lui-même et toutes ses voies humaines dans la personne du souverain qui gouvernera avec une fermeté inébranlable, exerçant son contrôle sur lui-même et sur l’humanité. Personne ne connaîtra les intentions du souverain quand il donnera ses ordres ; nul n’osera donc entraver sa course mystérieuse.

Il faut, naturellement, que notre souverain ait un cerveau capable d’exécuter nos plans. Il ne montera donc sur le trône que lorsque ses facultés intellectuelles auront été vérifiées par nos Sages.

Pour s’assurer l’amour et la vénération de tous ses sujets, notre souverain devra souvent leur adresser la parole en public. Les deux puissances, celle du peuple et celle du souverain, s’harmoniseront au contact, au lieu de rester séparées, comme chez les Gentils, où l’une regardait l’autre avec terreur.

Il nous fallait maintenir ainsi ces deux puissances dans cet état de terreur mutuelle, pour qu’une fois séparées elles tombassent dans nos mains.

Notre souverain doit être irréprochable

Le roi d’Israël ne devra pas être dominé par ses passions, particulièrement par la sensualité. Il ne laissera pas dominer les instincts animaux qui affaibliraient ses facultés mentales. La sensualité, plus que toute autre passion, détruit, fatalement, toutes les facultés de l’intelligence et de la prévoyance ; elle dirige la pensée des hommes vers le plus mauvais côté de la nature humaine.

La Colonne de l’Univers, en la personne du Gouverneur du Monde, issu de la Sainte Race de David, doit renoncer à toutes passions pour le bien de son peuple.

Notre souverain doit être irréprochable

– 88 –

PROTOCOLES DES SAGES DE SION

Éditions C.E.A. Autorisations N° 22.346 Imp Spéciale des Éditions C.E.A. –––––––– PARIS –––––––––